enEnglish (Anglais) svSvenska (Suédois)

Qualité des soins, pro­tec­tion du péri­née, répa­ra­tion.… Voici ce que nous avons repé­ré en 2015 – 2016, et publié sur la page Facebook dédiée à l’épisiotomie

Publication sur FacebookDateLangue
« The risk of under­going a spon­ta­neous per­ineal tear or an epi­sio­to­my in the second deli­ve­ry is increa­sed by the prac­tice of epi­sio­to­my in the first one.« http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/243447122016‐08‐10anglais
Via Svenska Barnemorskeförbundet L’étude impor­tante dont je vous ai par­lé en juillet est main­te­nant publiée. On y apprend que la pré­va­lence de l’accouchement à la mai­son est de 0,0 6% en Suède, 0,019 en Norvège, et entre 1,5 et 1,8% en Islande et au Danemark. La pré­va­lence du stress post trau­ma­tique varie dans les pays nor­diques entre 2,3% en Norvège et 4,2 % au Danemark. Le trans­fert à l’hôpital (le plus sou­vent pour pro­gres­sion lente du tra­vail) est un fac­teur de risque d’épisiotomie. Les taux de SPT et d’épisiotomie sont plus bas à la mai­son qu’à l’hôpital. Les résul­tats : 2992 women with plan­ned home births, who bir­thed spon­ta­neous­ly at home or after trans­fer to hos­pi­tal, bet­ween 2008 and 2013 were inclu­ded. The pre­va­lence of SPT was 0.7 % and the pre­va­lence of epi­sio­to­my was 1.0 %. There were dif­fe­rences bet­ween the coun­tries regar­ding all mater­nal cha­rac­te­ris­tics. No asso­cia­tion bet­ween flexible sacrum posi­tions and sutu­red per­ineal inju­ries was found (OR 1.02 ; 95 % CI 0.86 – 1.21) or SPT (OR 0.68 ; CI 95 % 0.26 – 1.79). Flexible sacrum posi­tions were asso­cia­ted with fewer epi­sio­to­mies (OR 0.20 ; CI 95 % 0.10 – 0.54).http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4966598/2016‐08‐09anglais
Nous en avions déjà par­lé cette socié­té com­mer­cia­lise un objet pou­vant amé­lio­rer le quo­ti­dien à la suite de déchi­rures ou d’épisiotomie. Le repor­tage per­met d’apercevoir le pro­duit. Si vous l’avez uti­li­sé donnez‐nous vous impres­sions. http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/claripharm-bientot-championne-de-l-intimite-feminine-1053935.html2016‐07‐24fran­çais
Les der­nières publi­ca­tions qui com­plètent les RPC amé­ri­caines : http://www.medpagetoday.com/obgyn/pregnancy/587452016‐07‐19anglais
Les RPC (recom­ma­na­tions de pra­tiques cli­niques) des Etats‐Unis de 2006 pour lec­ture et com­pa­rai­son par exemple avec les fran­caises de 2005. http://www.aafp.org/afp/2006/1201/p1970a.html2016‐07‐19anglais
Surprise ! pen­dant des années on nous a dit que les dan­seuses chan­teuses et cava­lières avaient un péri­née trop mus­clé qu’il fal­lait épi­sio­to­mi­ser main­te­nant l’équitation nous ferait des péri­nées tout mous. Pourquoi, com­ment pas d’infos ni de réfé­rences. Bon moi comme non pro il n’y a que le tram­po­line que j’ai repé­ré comme pro­blé­ma­tique. La pis­cine avec un péri­née en mau­vais état c’est pas tou­jours agréable non plus. Par contre le péri­née per­met un « bon fon­de­ment » « un gai­nage de tout le corps » nous donne une idée de ce qui a été abi­mé et qui n’est pas dans la tête. Et vous quelles sont vos expé­riences ? http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/perinee-un-organe-essentiel-et-mal-connu-836743.html2016‐07‐18fran­çais
Je viens de décou­vrir ce site qui affirme que 40% des dou­leurs pel­viennes sont liées aux adhé­rences. Je signale le sigle Sanofi en haut à droite. http://prevenirlesadherences.com/accueil-2910.html2016‐07‐12fran­çais
Pas encore lu en entier conclu­sion encou­ra­geante : En l’absence d’anomalies du RCF, pro­lon­ger les EE (efforts expul­sifs) au‐delà de 45min per­met à plus de la moi­tié des femmes d’éviter une extrac­tion ins­tru­men­tale et ain­si de réduire les lésions périnéales.http://www.em-consulte.com/article/1030321/alertePM2016‐06‐25fran­çais
Le bio­feed­back 2.0 ! Tout de même je m’étonne qu’il ne soit pas pré­vu de pou­voir invi­ter ses copines sur Facebook à faire un match ou de deman­der les encou­ra­ge­ments en temps réel de l’ensemble de sa liste de contacts 😀 http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/15/muscler-perinee-jeu-video-perifit_n_10451984.html2016‐06‐19fran­çais
Fou rire du matin, je viens enfin de com­prendre pour­quoi mus­cler son péri­née per­met­trai de pré­ve­nir l’épisiotomie, la révi­sion uté­rine ou le tou­cher vagi­nal sans consen­te­ment. Un rien de kung fu et hop les ciseaux sont pul­vé­ri­sés, les doigts de l’accoucheur/se broyés et pro­je­tés contre le mur par une force cen­tri­fuge, il n’y a plus qu’à sor­tir avec style, bébé dans les bras et le sac soli­de­ment accro­ché au vagin. Vous avez tes­té ? racon­tez ! 🙂 http://www.closermag.fr/tele/videos-tele/elle-pratique-le-kung-fu-vaginal-decouvrez-c2016‐04‐25fran­çais
Un article de tona­li­té « publi­ci­taire » sur une méthode de réédu­ca­tion du péri­née via des élec­trodes pla­cées sur les cuisses. Si cer­taines d’entre vous ont tes­té n’hésitez pas à faire des retours soit en mes­sage pri­vé soit sous ce fil. Il est impor­tant que nous nous tenions à jour de tout ce qui peu venir en aide aux jeunes‐femmes qui nous contactent. http://www.e-sante.fr/incontinence-urinaire-reeducation-perinee-domicile/actualite/13262016‐03‐26fran­çais
http://www.journaldemontreal.com/2016/02/26/le-sexe-apres-la-grossesse Et vous avec ou sans épi­sio­to­mie cela à chan­ger quoi ?2016‐03‐14fran­çais
Marc Zaffran /Martin Wincler : « Ce n’est pas pos­sible et médi­ca­le­ment ça ne tient pas debout. L’anatomie (et en par­ti­cu­lier l’anatomie neu­ro­lo­gique) n’est pas une science exacte : tout le monde a une ana­to­mie neu­ro­lo­gique dif­fé­rente, d’une part ; une sen­si­bi­li­té dif­fé­rente, d’autre part ; et tout geste chi­rur­gi­cal est sus­cep­tible de lais­ser des séquelles neu­ro­lo­giques car la peau est par­se­mée de ter­mi­nai­sons ner­veuses. (Pensez aux dou­leurs rési­duelles des femmes qui subissent une épi­sio­to­mie par exemple. Et les cica­trices abdo­mi­nales d’une abla­tion de la vési­cule biliaire par voie endo­sco­pique, pour­tant très petites, sont sou­vent encore dou­lou­reuses des années plus tard. Concernant une zone aus­si riche­ment inner­vée que les grandes lèvres, la vulve et le cli­to­ris, on peut mul­ti­plier ces dou­leurs par mille…)« http://ecoledessoignants.blogspot.se/2016/02/excisions-chirurgicales-minima-quelques.html2016‐02‐25fran­çais
Via Dix Lunes Haut les mains ! et petits coups de main.…http://www.karinelasagefemme.com/lumiegravere-sur-le-hands-off.html2015‐12‐05anglais
Blandine Marie a repé­ré un gag dans un cours de méde­cine, tout en contra­dic­tions:« Lorsque le péri­née semble sur le point de se rompre au moment de l’expulsion, une pra­tique sys­té­ma­tique de l’épisiotomie n’est pas néces­saire ; en effet dans cette situa­tion, une poli­tique res­tric­tive de l’épisiotomie per­met de mul­ti­plier par trois le taux de péri­nées intacts sans pour autant aug­men­ter le risque de déchi­rures du troi­sième degré. …/… L’épisiotomie doit être impé­ra­ti­ve­ment réa­li­sée lorsque le péri­née est sur le point de rompre pour évi­ter une déchi­rure qua­si cer­taine par­fois com­pli­quée d’une lésion du sphinc­ter anal, c’est-à-dire lorsque la peau blan­chit et com­mence à se déchi­rer. » Étonnant, non ? « http://www.fmp-usmba.ac.ma/umvf/UMVFmiroir/mae/basereference/SGF/SGF-Campus/cours-episiotomie.pdf2015‐10‐05fran­çais
D’après les RPC fran­çaises l’épisiotomie ne devrait pas être sys­té­ma­tique en cas de muti­la­tion géni­tale anté­rieure. Néanmoins il faut faire au cas par cas et l’épisiotomie reste fré­quente et par­fois plus impor­tante que pour une femme non muti­lée. http://news.abidjan.net/h/564812.html2015‐10‐03fran­çais
Lecture de ren­trée pour s’échauffer : http://www.researchgate.net/publication/266148380_Sexualit_fminine_et_tapes_de_la_parentalit A vos com­men­taires2015‐09‐09anglais