Taux d’épisiotomie en France

En 2016, 35% d’épisiotomie pour un pre­mier accou­che­ment (femmes pri­mi­pares) et 10 % pour les accou­che­ments sui­vants (femmes mul­ti­pares) selon l’Enquête péri­na­tale 2016. Le taux glo­bal en France serait de 20 % en 2016. Le dos­sier du CIANE trouve un taux de xx % d’épisiotomie pour la période 2013 – 2016.

En 2010, 44 % d’épisiotomie pour les pri­mi­pares et 14 % pour les mul­ti­pares selon l’Enquête natio­nale péri­na­tale 2010. Le taux glo­bal en France était de 27 % en 2010. Le dos­sier du Ciane trou­vait aus­si un taux de 30 % d’épisiotomie pour la période 2010 – 2013.

En 1998/1999 ce taux était de 47 % : 71 % pour les pri­mi­pares et 36 % pour les mul­ti­pares. Le Collège natio­nal des gyné­co­logues obs­té­tri­ciens fran­çais a publié en 2005 des recom­man­da­tions sur l’épisiotomie. Cela a pu contri­buer à cette baisse, même si les taux avaient com­men­cé à bais­ser plus tôt. La pres­sion socié­tale avec la créa­tion de l’Alliance fran­co­phone pour l’Accouchement Respecté à l’origine de la pre­mière Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté (SMAR 2004) ayant pour thème l’épisiotomie ain­si que la créa­tion du pre­mier site épisiotomie.info en 2005 en a éga­le­ment contri­bué à cette baisse.

On observe une forte dis­pa­ri­té des taux d’épisiotomie entre les mater­ni­tés. Alors que la moyenne natio­nale est autour de 20%, cer­tains éta­blis­se­ments sont en des­sous de 5%. D’autres sont au des­sus de la moyenne natio­nale, mais dans ce cas, ils ne com­mu­niquent pas sur leurs taux. Un article du Monde paru en jan­vier 2018 per­met de retrou­ver le taux des mater­ni­tés proches de votre domi­cile.

Dans la par­tie Eviter l’épisiotomie de ce site, nous don­nons des indi­ca­tions pour ten­ter de trou­ver les taux par mater­ni­té.

D’après le Monde, la mater­ni­té de Besançon réa­li­sait 0,7% d’épisiotomie sur les pri­mi­pares et 0,1% chez les mul­ti­pares en 2016 soit un taux moyen de moins de 0,5%. Déjà en deça du seuil des 1 % d’épisiotomie en 2010, contre 19% en 2003 la mater­ni­té de Besançon rap­porte sur son site mis à jour en 2013 que cette dimi­nu­tion des taux d’épisiotomie s’est accom­pa­gnée d’une aug­men­ta­tion du nombre de péri­née intact et de déchi­rures sans gra­vi­té ne néces­si­tant pas for­cé­ment de suture (1er degré), et d’une dimi­nu­tion du nombre de déchi­rures graves avec rup­tures du sphinc­ter (de 1% en 2003 à 0,3%). La mater­ni­té de Besançon effec­tue actuel­le­ment une étude sur la non suture des déchi­rures légères.

A Nanterre, le taux d’épisiotomie en 2017 est de 0,7% ain­si que le taux de déchi­rures sévères (uni­que­ment des grade 3 pour l’année 2017). En 2016 le taux pour les pri­mi­pares était de 6% et 1% pour les mul­ti­pares.

Sources


  • l’Enquête péri­na­tale 2010 (Inserm, DGS, DREES ; 2011)
  • http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/01/31/nombre-d-accouchements-taux-de-cesarienne-ou-d-episiotomie-comparez-les-maternites-pres-de-chez-vous_5249599_4355770.html
  • http://www.epopé-inserm.fr/wp-content/uploads/2017/10/ENP2016_rapport_complet.pdf
Voir aussi

Taux d’épisiotomie (Europe et Monde)