enEnglish (Anglais) svSvenska (Suédois)

28-12-2005

Témoignages de femmes qui ont refu­sé de se lais­ser cou­per.

» Juste pour « témoi­gner »…

J’ai été épar­gnée de l’é­pi­sio­to­mie, même si j’ai accou­chée sur le dos.

J’étais véri­ta­ble­ment ENRAGEE au moment où la sage femme de ser­vice m’a bra­ve­ment et ambi­tieu­se­ment annon­cé : « madame, on va vous raser »…

Je me fai­sais déclen­cher parce que j’a­vais déve­lop­pé plu­sieurs symp­tômes de pré-éclampsie, mon bébé n’al­lait pas peser plus de 2,500 g selon la der­nière écho­gra­phie et MADAME LA SAGE-FEMME
n’é­tait appa­rem­ment pas au cou­rant de mon dos­sier… pour me pré­pa­rer un tel COUP!?!

J’ai vu rouge quand j’ai enten­du ça et me suis mise à gueu­ler que je REFUSAIS l’é­pi­sio­to­mie et que si elle essayait de me tou­cher… (par la suite, elle s’est ven­gée en appuyant comme une tim­brée sur mon ventre pour aider Tristan à sor­tir.….). Elle m’a tout juste répon­du qu’on ver­rait ce que dirait le gynob de garde (le mien ayant quit­té la mater­ni­té car ptite fête en famille ;o).
En ren­trant dans la pièce, elle a chu­cho­té au gynob : « Madame ne désire pas être rasée ».…. mais mal­heu­reu­se­ment pour elle, comme j’ai une ouïe de chat, j’ai répli­qué tout de suite et ce fer­me­ment que je REFUSAIS une épi­sio­to­mie!!!

Finalement, comme j’é­tais déchaî­née, ils ne m’ont rien fait… le gynob ne m’a même pas appro­ché mais s’est conten­té de res­ter assis sur sa chaise, à 2,5m de mon lit ; c’est ma sage-femme qui était près de moi et à part sou­te­nir mon péri­née et l’é­ti­rer un peu, je n’ai rien eu, même pas d’é­raillure.

Karo


J’étais sur le dos, presque à dila­ta­tion com­plète, j’a­vais très mal à chaque contrac­tion que je pre­nais dans les reins, quand la sage femme m’a sou­le­vé les fesses pour glis­ser un bas­sin des­sous.
J’ai demandé/crié « qu’est-ce que vous me faites ? »
Réponse : c’est pour vous raser. Là j’ai vu rouge : « Je ne veux pas d’é­pi­sio­to­mie ! » Mais c’est plus hygié­nique pour votre péri­née.… Du tac au tac : « Mon péri­née n’a pas de poil !!!!! »
Elle a enle­vé le bas­sin, très vexée et pas contente, et elle est allé infor­mer la gyné­co de garde, qui m’a jau­gée, l’air de dire que je n’al­lais pas être une patiente facile.
Mon dos­sier pré­ci­sait tout ça mais il a fal­lu, entre 2 contrac­tions, tou­jours poser des ques­tions, tou­jours me battre pour être res­pec­tée, pour qu’on m’ex­plique…
La sage femme s’est ven­gée en m’ap­puyant sur le ventre comme une abru­tie pour faire sor­tir Sernin. J’ai eu 2 points pour une déchi­rure et j’ai refu­sé l’anes­thé­sie locale.
Pour finir, en me recou­sant, la gyné­co m’a deman­dé si j’a­vais fait un pari pour avoir refu­sé toute forme de « confort » : péri­du­rale, etc.

Lydia


C’était mon 2ème enfant. Quand j’ai ren­con­tré pour la pre­mière fois le gyné­co, au 7ème mois, j’ai de suite dit que je ne vou­lais pas d’épisiotomie (je m’étais fait avoir une fois pour mon pre­mier bébé. Pas ques­tion que cela se repro­duise). Réponse : » vous ver­rez avec les sages femmes « .
Rencontre avec les sages femmes, lors des séances de » pré­pa­ra­tion à l’accouchement « , même ques­tion, réponse : » vous ver­rez avec la sage femme de garde « .
Arrivée en tra­vail, dila­ta­tion 6, tra­vail qui avan­çait rapi­de­ment, j’ai (re) dit la même chose. Réponse : » je ver­rais le moment venu « .

Alors pour le coup, c’est moi qui aie vu … rouge ! ! !

J’ai res­pi­ré un grand coup, et j’ai dit :

» Je ne VEUX pas d’épisiotomie. Je pré­fère être déchi­rée. Il n’y a rien à voir le moment venu. Si moi je vois des ciseaux, je tape. Si vous me faites une épi­sio­to­mie contre mon consen­te­ment, nous nous par­le­rons par avo­cats inter­po­sés « .

Je n’ai pas subi d’épisiotomie. J’ai été déchi­rée : un point de suture. Je pou­vais m’asseoir en tailleur deux heures après l’accouchement, sans souf­frir ni être gênée. Quand j’ai subi une épi­sio­to­mie, je n’ai pas pu m’asseoir sans souf­frir durant des semaines.

Blandine


Tu es aus­si inté­res­sée par quel­qu’un qui a sim­ple­ment dit à sa gyné­co (ladite gyné­co sachant que j’é­tais infor­mée +++) . « Pour l’é­pi­sio, uni­que­ment si c’est vrai­ment néces­saire » et pour mes 2 accou­che­ments, déchi­rure, mais pas d’é­pi­sio.
Ceci dit, pour ma 1° déchi­rure, un fils s’est infec­té et je n’ai pu m’as­seoir cor­rec­te­ment que 3 semaines plus tard. Et reprise d’une sen­si­bi­li­té tout à fait nor­male que des mois plus tard.
Comme quoi, on peut être res­pec­tée dans ses sou­haits et mal­gré tout avoir des sou­cis…

Muriel


Lors de la nais­sance de mon pre­mier enfant, accom­pa­gnée d’une sage femme libé­rale, j’ai été les­si­vée par la force des contractions…et il est arri­vé un moment où la tête de l’en­fant était enga­gée mais où je ne pous­sais plus … (j’é­tais allon­gée sur le côté, trop fati­guée pour chan­ger de posi­tion, ensuite pour mes deux accou­che­ments sui­vants j’ai accou­chée accrou­pie…)

Tout à coup, j’ai vu M. prendre une paire de ciseaux…et là j’ai crié : » Non, M. ne me coupe pas !… je te t’as­sure, je vais pous­ser, je vais y arri­ver!.. » et dans un der­nier effort, j’ai pous­sé de toutes mes forces … j’ai eu l’im­pres­sion que Thomas « atter­ris­sait » un mètre plus loin … ouf !… sau­vés tous les deux …

an.