frFrançais (French) svSvenska (Swedish)

Témoignage de V, 1995, France: J’ai eu épi­sio médi­ane (pour pro­tec­tion médico‐légale du doc) et recousue trop ser­rée à l’entrée du vagin = point du mari (ou bride, vis­i­ble à l’oeil nu, qui n’est claire­ment pas une com­pli­ca­tion de la cica­trice, comme une indura­tion ou une bride cica­tricielle peut l’être, mais bien une trop grande ten­sion de la peau, prête à cra­quer si on la tend, car en ser­rant trop le point de suture, les bor­ds sont com­pressés et se rec­ol­lent ain­si > l’ouverture est rétré­cie et la peau se tend davan­tage à la péné­tra­tion). Le médecin me l’a avoué 7 ans plus tard… Un enfer. Episodiquement cela déchi­rait mal­gré bcp de pré­cau­tions = saigne­ment + douleurs +++ et devoir atten­dre que cela cica­trise avant de repren­dre les rap­ports. 2 ans après, ostéo spé­cial­isée + homéo (Staphysagria, pour les blessures par objets tran­chants) m’ont bien aidée mais pas com­plète­ment guérie. C’est resté sen­si­ble et frag­ile. La vit­a­mine E aide avec mas­sages (le mieux étant quand même le plaisir…;) ), et un bon équili­bre hor­mon­al surtout. L’option était comme plus haut, chirurgie ou atten­dre un autre bb… celui‐ci n’est pas venu et suis main­tenant ménopausée. Donc il me reste l’option chirurgie, mais je n’ai pas encore fait le pas. Je red­oute que cela empire car je ne suis pas un bon sujet pour la chirurgie. Heureusement, cela ne m’a pas empêchée d’avoir beau­coup de plaisir, la gêne n’étant pas au même endroit… c’est ma chance là où d’autres n’en ont pas, mais c’est révoltant. Quand cer­tains refusent le terme de muti­la­tion, j’aimerais les y voir…