frFrançais (French) svSvenska (Swedish)

Articles et témoignages sur les vio­lences obstétri­cales, pub­li­ca­tions sci­en­tifiques, évo­lu­tion des taux d’épisiotomie… voici ce que nous avons repéré en 2016 – 2018, et pub­lié sur la page Facebook dédiée à l’épisiotomie

2018La douleur, l’errance thérapeu­tique, la douleur..https://www.oummi-materne.com/a-cette-satanee-depisiotomie/
2018Partout dans le monde l’accès des femmes au plaisir sex­uel est traité sur le mode de la bagatelle. 🙁 Non, l’épisiotomie n’est pas “sou­vent” néces­saire, oui elle aug­mente le risque de dys­pare­unie et oui il y a des choses pos­si­bles à ten­ter avant la chirurgie! #forme­ton­soignant https://www.thestar.com.my/opinion/columnists/putting-dr-g-on-the-spot/2018/08/05/vaginal-rejuvenation/
2018Un arti­cle nous sig­nale la paru­tion d’une étude israéli­enne indi­quant que l’épisiotomie pour un pre­mier accouche­ment entraine un risque de déchirures (ou d’épisiotomie mais ce point est for­cé­ment plus sub­jec­tif) pour l’ accouche­ment suiv­ant. Cette étude est bien sûr déjà dans la base de don­nées de l’AFAR: Ayala Zilberman, Eyal Sheiner, Orit Barrett, Batel Hamou, Tali Silberstein2 (2018). Once epi­sioto­my, always epi­sioto­my? Archives of Gynecology and Obstetrics (2018) 298:121 – 124 ➡ http://afar.info/id=2963 Lien vers l’article: https://www.israel21c.org/episiotomy-at-first-birth-raises-risk-of-repeat-episiotomy/
2018Article dans le JIM, rien de neuf en gros l’argumentaire que l’AFAR a util­isé pour saisir avec le CIANE l’ANAES (ancêtre de la HAS sur le sujet ) et ayant don­né l’idée de la per­ti­nence de sor­tir des RPC sur le sujet en 2005. Pas de réponse aux études scan­di­naves pour nour­rir le débat pied à pied. Ce n’est pas parce que ça va dans le sens que nous avons défendu toutes ces années dans le désert que nos exi­gences qual­ité bais­sent! A leur décharge le for­mat de l’article ne lais­sait pas for­cé­ment la place aux auteurs de dérouler leur pen­sée de manière plus fouil­lée. On retien­dra néan­moins d’une part l’aspect (par­fois pub­lic­i­taire ou d’affichage) crois­sant du respect de la phys­i­olo­gie et des aspects tech­niques sur lesquels nous revien­drons: “le Pr Stark a égale­ment mis au point une tech­nique de répa­ra­tion en 2 couch­es (sans répa­ra­tion de la paroi vagi­nale) qui appa­raît entraîn­er moins de kystes et de dys­pare­unie que la tech­nique stan­dard en 3 couch­es.” “Le Pr Stark pré­cise que « si les patientes sont sat­is­faites de cette baisse des épi­siotomies, les sages‐femmes très sat­is­faites, l’accueil de ce change­ment de men­tal­ités et de pra­tiques est encore vari­able selon les prati­ciens », ajoutant que « si l’accouchement en décu­bi­tus dor­sal est une entrave aux lois de la grav­i­ta­tion, une mau­vaise con­nais­sance de la phys­i­olo­gie et les pra­tiques « rou­tinières » des gynécologues‐obstétriciens » con­tribuent aus­si à la per­sis­tance d’une pra­tique non médi­cale­ment fondée.” Stark M, Multon O L’épisiotomie, une pra­tique qui devrait être en voie de dis­pari­tion JIM, 26/07/2018 Via Portail sage‐femme et Mari Joinjoin.
2018Luc Périno vient de pub­li­er un bref bil­let d’humeur qui fait suite à l’article du JIM d’il y a quelques jours. Il y affirme: “En réal­ité, un exa­m­en plus atten­tif des méta‐analyses mon­tre que l’épisiotomie pour­rait totale­ment être sup­primée sans mod­i­fi­er le nom­bre des graves déchirures périnéales.” L’affirmation est là mais la démon­stra­tion sour­cée pas à pas manque, c’est dom­mage. Bien sûr, nous allons l’ajouter à la page cita­tion du site episio.info de manière à ce que vous retrou­viez rapi­de­ment cette référence. Via le groupe Tais toi et pousse con­sacré à la vio­lence obstétri­cale et aux con­di­tions de nais­sance en Polynésie. https://lucperino.com/585/de-l-episiotomie-a-l-epistemologie.html
2018Rapport du HCE et après? On par­le beau­coup de l’importance de la for­ma­tion dans les médias et cela tombe bien car nous avons juste­ment un mot‐clef “for­ma­tion des sages‐femmes” avec près de 46 entrées. On peut y lire entre autre la fiche 2030.
S. Brément, C. Giard, C. Racinet, Impact d’une for­ma­tion à l’accouchement phys­i­ologique sur les résul­tats mater­nels et péri­na­tals; Enquête de type avant/après dans une mater­nité de niveau 2A; La revue Sage‐femme Vol 4 — N° 3 — Juin 2005 p. 115 — 123 © Masson , Paris, 2005
Résumé:
L’objectif général de l’étude était d’évaluer l’impact de la for­ma­tion du per­son­nel d’une mater­nité française de niveau 2a à l’accouchement phys­i­ologique, d’une part sur les paramètres obstétri­caux et d’autre part sur le vécu des patientes. Cette éval­u­a­tion d’une inter­ven­tion de san­té publique a été faite par une étude de type avant/après por­tant sur deux échan­til­lons inclu­ant respec­tive­ment 123 puis 153 par­turi­entes. Les recueils des don­nées étaient séparés par une péri­ode de qua­tre mois durant lesquels eut lieu la for­ma­tion spé­ci­fique.

Les deux pop­u­la­tions étaient com­pa­ra­bles. Nous avons objec­tivé dans le sec­ond échan­til­lon une diminu­tion sig­ni­fica­tive des rythmes car­diaques fœtaux pathologiques, une amélio­ra­tion du statut périnéal à l’accouchement (moins d’épisiotomies, moins de déchirures), sans vari­a­tion sig­ni­fica­tive de l’adaptation cardio‐respiratoire néona­tale. Le per­son­nel soignant et les par­turi­entes ont bien adhéré au respect de la phys­i­olo­gie durant la grossesse et le tra­vail. Le con­fort de la par­turi­ente durant le tra­vail était sig­ni­fica­tive­ment amélioré.

Argument: Comparaison des don­nées avant et après la for­ma­tion du per­son­nel à la phys­i­olo­gie de l’accouchement : après le for­ma­tion, diminu­tion sig­ni­fica­tive des rythmes car­diaques fœtaux pathologiques, amélio­ra­tion du statut périnéal à l’accouchement (moins d’épisiotomies, moins de déchirures), sans vari­a­tion sig­ni­fica­tive de l’adaptation cardio‐respiratoire néona­tale. Amélioration sig­ni­fica­tive du con­fort de la par­turi­ente pen­dant le tra­vail.

https://naissance.asso.fr/biblio/detail.php?lang=fr&id=2030
2018D’après Zilberman et allii avoir une épi­siotomie lors d’un pre­mier enfan­te­ment aug­mente le risque d’en subir une à l’enfantement suiv­ant. Un raison­nement qui peut paraitre un peu rapi­de si l’on sait que la déci­sion de couper ou pas reste sub­jec­tive. Pourtant l’étude est très intéres­sante car le tableau 2 mon­tre égale­ment un impact sur la fréquence des extrac­tions instru­men­tales, des déchirures graves ou légères, des césari­ennes. Les auteurs rap­pel­lent l’étude de Antonakou et allii qui mon­tre une mul­ti­pli­ca­tion par 4 après épi­siotomie sur une pre­mière nais­sance du risque de répéter une lésion obstétri­cale su sphinc­ter anal lors d’une deux­ième nais­sance et souligne les mod­i­fi­ca­tions du tis­su cica­triciel comme fac­teur expli­catif. L’étude porte sur une cohorte de grande taille mais rétro­spec­tive et inclu­ant les extrac­tions sur lesquelles les épi­siotomies sont encore sou­vent réal­isées en rou­tine. Subir une épi­siotomie lors d’une pre­mière nais­sance est un fac­teur de risque périnéal. Il est donc cap­i­tal de réfléchir à 2 fois avant de pra­ti­quer une épi­siotomie sur une prim­i­pare. Pdf en accès libre. “Table 2 presents that women with episi‐ oto­my in their pre­vi­ous vagi­nal deliv­er­ies had sta­tis­ti­cal­ly sig­ni cant high­er rates of sub­se­quent epi­sioto­my (17.5 vs. 3.1%; P 0.001; OR 1.9), the rst and sec­ond degree per‐ ineal tears (33.6 vs. 17.8%; P 0.001), the third and fourth degree per­ineal tears (0.2 vs. 0.1%; P = 0.002), and vac­u­um extrac­tions (2.3 vs. 0.9%; P 0.001). CD rate was compara‐ ble between the groups.” https://link.springer.com/content/pdf/10.1007%2Fs00404-018‑4783-8.pdf
2018Une recherche sué­doise á pro­pos des périnées com­plets.
Fiche 2961. Tout pub­lic
Maria Lindqvist, PhD (mid­wife), Correspondence infor­ma­tion about the author PhD Maria LindqvistEmail the author PhD Maria Lindqvist, Margareta Persson, Margareta Persson, Margareta Nilsson, Margareta Nilsson, Eva Uustal, Eva Uustal, Inger Lindberg, ‘A worse night­mare than expect­ed’ — a Swedish qual­i­ta­tive study of women’s expe­ri­ences two months after obstet­ric anal sphinc­ter mus­cle injury. Midwifery. june 2018. vol. 61. p. 22 – 28
Résumé: Nous avons con­staté que les femmes ayant un prob­lème de rétab­lisse­ment deux mois après un périnée com­plet ont vécu leur sit­u­a­tion comme un pire cauchemar que prévu. La douleur intense entraî­nait des lim­i­ta­tions physiques et psy­chologiques. Il est néces­saire d’améliorer l’information des patientes souf­frant de périnée com­plet en ce qui con­cerne la douleur, les aspects psy­chologiques et per­son­nels, la fonc­tion sex­uelle et l’accouchement ultérieur.

En out­re, il est néces­saire de dis­pos­er de struc­tures organ­i­sa­tion­nelles et d’informations claires pour ori­en­ter les femmes qui cherchent de l’aide vers les soins dont elles ont besoin.

Argument: Les femmes ayant un prob­lème de rétab­lisse­ment deux mois après un périnée com­plet ont vécu leur sit­u­a­tion comme un pire cauchemar que prévu.
https://naissance.asso.fr/biblio/detail.php?id=2961
2018Bêtisier Officiel de l’Obstétrique. Le retour. http://boob.over-blog.fr
2018Depuis 2003 l’AFAR agit pour dénon­cer les épi­siotomies faites en rou­tine sans indi­ca­tion médi­cale ou con­sen­te­ment, informe sur l’état de la sci­ence, accueille et ori­ente les femmes qui souf­frent en suite de couch­es notam­ment au sein de son site spé­cial­isé episio.info et de episio.info groupe. On refait pass­er notre petite vidéo. et hop! https://episio.info/sur-100-femmes-qui-accouchent/
2018Cet après‐midi le rap­port du HCE pour lequel le Collectif Ciane​a été audi­tion­né sera remis à Marlène Schiappa: une avancée majeure dans la prise de con­science néces­saire de toute notre société. Vous pour­rez suiv­re l’évènement auquel par­ticipe Paule Boufferet, co‐présidente du CIANE depuis Facebook, Le rap­port se retrou­ve facile­ment depuis la base de don­nées de l’AFAR https://naissance.asso.fr/biblio/detail.php?id=2955 à par­tir de nom­breux mots‐clefs.
2018En 2018 peut‐on encore par­ler du vécu des femmes durant l’accouchement en se con­tentant de pro­fes­sion­nels sur le plateau? La France est riche d’associations qui con­tribuent active­ment à la démoc­ra­tie san­i­taire et jouent le rôle de lanceuses d’alerte. https://blogs.mediapart.fr/barbara-strandman/blog/230618/ou-sont-les-femmes?utm_source=facebook&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-66
2018Un petit rap­pel sur l’importance du rôle des asso­ci­a­tions en France et notam­ment de l’AFAR /episio.info et du CIANE dans la prise de con­science de la néces­sité de réduire le taux d’épisiotomie aux indi­ca­tions médi­cales. https://blogs.mediapart.fr/barbara-strandman/blog/230618/ou-sont-les-femmes
2018France. Le Collectif interas­soc­i­taif autour de la nais­sance (CIANE) auquel nous par­ticipons active­ment rap­pelle que “la bien­trai­tance n’est pas une option” dans un texte écrit en réac­tion à la pub­li­ca­tion de l’avis de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH). Episio.info est une opéra­tion de l’AFAR, asso­ci­a­tion mem­bre du CIANE. AFAR = Alliance fran­coph­o­ne pour l’accouchement respec­té
2018Partout dans le monde l’épisiotomie est un prob­lème de représen­ta­tion cul­turelle des com­pé­tences de la femme à don­ner nais­sance, un prob­lème géo­graphique d’inégalité des pra­tiques et de la qual­ité de l’information des femmes et de pro­fes­sion­nels. https://www.beckershospitalreview.com/quality/maternal-care-quality-fluctuates-across-hospitals-in-same-region.html
2018Le taux d’épisiotomie appa­rait de plus en plus comme un élé­ment com­mer­cial ou dis­ons de mise en valeur du tra­vail d’une équipe. https://lagazette-yvelines.fr/2018/05/25/la-derniere-maternite-publique-de-type-i-chouchoute-les-mamans/
2018Nouveauté dans la base de don­nées au mot‐clef épi­siotomie. Bonne lec­ture!
Fiche 2949.
Alexander M. Friedman, MD1; Cande V. Ananth, PhD, MPH1; Eri Prendergast, MS1; et al, Variation in and Factors Associated With Use of Episiotomy, 2015.

Within the cohort of 2 261 070 women who were hos­pi­tal­ized for a vagi­nal deliv­ery in 510 hos­pi­tals, 325 193 under­went epi­sioto­my (14.4%; 95% CI, 14.4%-14.5%). There was a tem­po­ral decline in rates of epi­sioto­my between 2006 (17.3%; 95% CI, 17.2%-17.4%) and 2012 (11.6%; 95% CI, 11.5%-11.7%) (P .001).

Several demo­graph­ic char­ac­ter­is­tics were asso­ci­at­ed with receipt of epi­sioto­my: 15.7% (95% CI, 15.6%-15.8%) of white women vs 7.9% (95% CI, 7.8%-8.0%) of black women (P .001) and 17.2% (95% CI, 17.1%-17.3%) with com­mer­cial insur­ance vs 11.2% (95% CI, 11.1%-11.3%) with Medicaid insur­ance (P .001). Hospital fac­tors (rur­al loca­tion and teach­ing sta­tus) were asso­ci­at­ed with less use. These fac­tors remained sta­tis­ti­cal­ly sig­nif­i­cant in a mul­ti­vari­able mod­el (Table).

Within the mul­ti­vari­able mod­el (Figure), adjust­ed hos­pi­tal rates of epi­sioto­my use demon­strat­ed sig­nif­i­cant vari­a­tion. Among the 10% of hos­pi­tals that used the pro­ce­dure most fre­quent­ly, the mean adjust­ed hos­pi­tal epi­sioto­my rate was 34.1% (95% CI, 32.0%-36.3%) vs 2.5% (95% CI, 2.2%-2.8%) in the 10% of hos­pi­tals that used the pro­ce­dure least fre­quent­ly.
https://naissance.asso.fr/biblio/detail.php?id=2949
2018Article de débat hands on/hands off avec les sources bib­li­ographiques. Le par­ti pris défendu est l’expectative. https://midwifethinking.com/2018/05/09/the-perineal-bundle-and-midwifery/
2018Être opérée durant l’accouchement dépend sou­vent davan­tage de la lat­i­tude ou de la force du vent que des indi­ca­tions médi­cales. Les moins hys­tériques d’entre nous diront que les méth­odes de tra­vail vari­ent vrai­ment beau­coup d’une équipe à l’autre. L’avantage c’est que un démé­nage­ment et hop vous êtes tout de suite mieux gaulée! À con­di­tion bien sûr que les taux soient pub­liés! http://www.modernhealthcare.com/article/20180516/NEWS/180519938
2018Pour la deux­ième fois en quelques mois je vois appa­raitre une chan­son où une jeune femme exprime la douleur de l’épisiotomie, les dif­fi­cultés post par­tum ren­for­cées par le fait d’avoir à cica­tris­er et retrou­ver un périnée qui fonc­tionne. Une libéra­tion de la parole réjouis­sante qui vient accom­pa­g­n­er les efforts pour accélér­er la baisse des taux d’épisiotomie par la dis­pari­tion des actes non médi­cale­ment jus­ti­fiés. https://www.facebook.com/MamanTresSpirituelle/videos/vb.1426932284273533/1823257174641040/?type=2&theater
2018Première sanc­tion ordi­nale pour défaut d’information sur une épi­siotomie dans le Profession sage‐femme de mars 2018. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1917695535209186&set=pcb.1917695585209181&type=3
2018Parfois en plongeant sur le por­tail Naissance on retrou­ve de jolis morceaux comme cet arti­cle de mai 2008 qui revient sur un série de pois­sons d’avril moquant le taux de 30% d’épisiotomie déter­miné aux RPC 2005. L’humour comme arme cul­turelle: http://dechaineesweb.free.fr/pro_sage-femme.bmp
2018Les muti­la­tions géni­tales aug­mentent par ailleurs le risque de subir épi­siotomie et /ou déchirures. Avant les grandes vacances ayons les yeux ouverts et soyons prêt à venir en aide aux jeunes filles qui ont besoins d’un coup de main.
2018Article essen­tiel de Renée Greusard via M‐H Lahaye et Maternités Féministes https://www.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20180326.OBS4186/et-si-comme-elles-on-accouchait-sans-pousser.html
2018Nouvelle Zélande. Taux bas/disparité des taux: “Tairawhiti also rat­ed bet­ter when it came to low‐risk women under­go­ing an epi­sioto­my (sur­gi­cal cut made between the vagi­na and per­ineum dur­ing child­birth) and hav­ing no third or fourth degree per­ineal tear. The dis­trict record­ed a rate of 1.2 per­cent of such births in 2016 com­pared to a nation­al aver­age of 22.7 per­cent.” http://gisborneherald.co.nz/localnews/3293457 – 135/hauora‐tairawhiti‐dhb‐maternity‐team‐delivering
2018Être infor­mé en temps réel des nou­velles fich­es ”épi­siotomie” entréer dans la base de don­nées de l’AFAR est main­tenant pos­si­ble. Un grand mer­ci á Bernard Bel notre secré­taire.
Une nou­velle vie pour la base de don­nees de l’AFAR !

Deux amélio­ra­tions majeures de la base de don­nées bib­li­ographiques de l’AFAR vien­nent d’être achevées. Elles con­cer­nent le suivi des nou­velles pub­li­ca­tions, à titre per­son­nel ou sur d’autres sites.

Connectez‐vous à http://afar.info/expert pour la suite des expli­ca­tions…
2018Nos amies des Clefs de Venus organ­isent un évène­ment sur Paris cen­tré sur le traite­ments des dys­pare­unies (douleurs durant les rap­ports). Je suis trop loin pour m’y ren­dre mais serait intéressée par une prise de notes si l’une d’entre vous s’y rend. (Barbara) http://04qs.mj.am/nl1/04qs/li89i.html
2018Champagne á Bora‐Bora ver­sus shot de whisky, et ton parte­naire il vit ca com­ment? un vécu qui devrait par­ler á beau­coup de femmes tra­verssant des dif­fi­cultés après épi­siotomie et/ou déchirures sévères. De l’importance de se tourn­er vers des spécialistes.…Découvrez au pas­sage l’excellent tra­vail de l’association Les clefs de Vénus. https://www.facebook.com/lesclesdevenus/?hc_ref=ARSQwqa8hWi1l5NAH8wyuSpp9zM7uejlZT9_FVOD8nJsa9yICk27eajpmY6s9NZ5Vj8&fref=nf
2018Article court un peu “pub­lire­portage” sur la mater­nité de Chinon. Taux d’épisiotomie: 10 %. https://www.lanouvellerepublique.fr/tours/a-chinon-au-plus-pres-de-la-nature
2018Un témoignage poignant sur l’errance médi­cale après une épi­siotomie. Une his­toire à lire absol­u­ment pour qu’aucune femme ne soit plus jamais lais­sée 5 ans à atten­dre un diag­nos­tic et un traite­ment appro­prié! https://www.facebook.com/marie.noirtin/posts/10215969236206124
2018https://actu.fr/occitanie/toulouse_31555/peridurale-cesarienne-episiotomie-maternites-toulouse-passees-crible_15562008.html
2018La chercheuse Pernilla Stenström de l’université de Lund (Scanie, Suède) a reçu un prix pour récom­penser son tra­vail de thèse en chirurgie pédi­a­trique cen­tré sur les mal­for­ma­tions du périnée et de l’appareil diges­tif. En col­lab­o­ra­tion avec Lund Tekniska Högskola (La haute école tech­nique de Lund) P. Stenström a entre autre util­isé une nou­velle tech­nolo­gie à ultra­sons haute fréquence per­me­t­tant un fonc­tion­nement plus sûr et le diag­nos­tic non invasif des enfants chez qui on soupçonne la mal­adie de Hirschsprung. Dans une inter­view avec les ado­les­cents ayant des anom­alies con­géni­tales du planch­er pelvien, Pernilla Stenstrom mon­tré que la plu­part d’entre eux ne savaient pas qu’ils sont nés avec des mal­for­ma­tions ni pourquoi ils ont été opérés. L’étude a égale­ment mon­tré que la vie sociale des ado­les­cents était sou­vent lim­itées dans l’enfance, par exem­ple en renonçant à aller en colo, dormir chez des amis et faire du sport en rai­son du risque de fuite fécale et de gaz. Les résul­tats ont con­duit à amélior­er l’information don­née aux enfants et aux familles reçues au ser­vice de chirurgie pédi­a­trique de l’hôpital uni­ver­si­taire de Scanie. http://www.mynewsdesk.com/se/region_skane/pressreleases/forskningspris-till-barnkirurg-paa-skaanes-universitetssjukhus-2253839
2018Pour moi ce texte com­prend de nom­breuses erreurs d’analyse. Je n’ai pas le temps de faire ce tra­vail de décon­struc­tion point par point, l’agenda est trop chargé, mais je tacherai d’y revenir. http://parcoursperineeintact.org/accouchement-episiotomie/
2018Vous vous en sou­venez sans doute cet arti­cle ne nous avait pas sat­is­fait. Alison Passieux, tré­sorière de l’Alliance fran­coph­o­ne pour l’Accouchement Respecté (AFAR= l’asso qui a pro­duit le site, la page et le groupe episio.info) a pris le temps d’écrire une belle let­tre doc­u­men­tée. L’article a été mod­i­fié et il est aujourd’hui plus nuancé. Si vous souhaitez par­ticiper à ce type d’action con­tactez nous à episio.info ou sur la page de l’AFAR. Un grand mer­ci à Alison pour sa déter­mi­na­tion sans faille. https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-des-femmes/enceinte/methodes-qui-permettent-eviter-episiotomie-accouchement-45229
2018Allez on fait repass­er un petit coup: https://www.facebook.com/episio/videos/602113753320987/
2018Allez on fait repass­er un petit coup de rap­pel: http://www.episio.info/sur-100-femmes-qui-accouchent/
2018En Belgique aus­si les asso­ci­a­tions deman­dent la pub­li­ca­tion des taux d’épisiotomie: http://www.lalibre.be/debats/opinions/a-quand-la-carte-des-maternites-avec-les-taux-d-episiotomie-et-de-cesarienne-opinion-5a846232cd70fdabba028a65
2018Petite lec­ture du soir. https://moodlefc.univ-brest.fr/moodle/mod/resource/view.php?id=2915
2018Loire. Auvergne. Maternité de Firminy, 16 % pour les prim­i­pares, c’est mieux que la moyenne bra­vo! Les efforts doivent se pour­suiv­re au deux­ième trimestre. 🙂 http://www.leprogres.fr/sante/2018/02/12/peridurale-episiotomie-cesarienne-les-bons-chiffres-de-la-maternite
2018France. Pyrénées Orientales. “Au cen­tre hos­pi­tal­ier de Perpignan, le taux d’épisiotomie s’établit à 6, 7 % sur les 1 925 accouche­ments pra­tiqués en 2016. A la clin­ique Notre‐Dame de Bonne Espérance, la mater­nité affiche un taux d’épisiotomie de l’ordre de 5,8 % pour 1389 nais­sance et celle de la clin­ique Saint‐Pierre (désor­mais regroupée avec celle de Notre‐Dame depuis sep­tem­bre 2017, NDLR) ne dépas­sait pas les 3,5 % d’épisiotomie en 2016 pour 1218 accouche­ments. ” (…) “Plus glob­ale­ment, en 2016 en France, un tiers des femmes qui ont accouché de leur pre­mier enfant ont subi une inci­sion du périnée. Un taux qui dépasse les 50 % dans une quar­an­taine d’établissements. Selon les sta­tis­tiques, la moyenne nationale d’épisiotomies pra­tiquées sur le ter­ri­toire français s’élève à 20 %. Autrement, la ten­dance est à la diminu­tion, puisque le taux était de 50,9 % en 1998, 47 % en 2002, et de 26,8 % en 2010.“http://www.lindependant.fr/2018/02/10/perpignan-les-maternites-en-pointe-pour-le-confort-des-mamans,3094371.php
2018Californie. Sonoma Valley Hospital. La fierté de baiss­er les taux de césari­enne, d’épisiotomie et d’augmenter les taux d’allaitement. “a low epi­sioto­my rate of 3.4 per­cent com­pared with a state aver­age of 9.1 per­cent.” http://www.sonomanews.com/news/7960087 – 181/svh-recognized-for-low-rate?sba=AAS
2018USA. Point du mari. ““People were taught in the ’50s and ’60s that rou­tine epi­sioto­my was good for the woman,” Dr. Robert Barbieri, chair of obstet­rics and gyne­col­o­gy and repro­duc­tive biol­o­gy at Brigham and Women’s Hospital in Boston, wrote in a piece for the Huffington Post. “What they thought is that if they did a rou­tine epi­sioto­my, they’d have a chance to repair it and that dur­ing the repair, they could actu­al­ly cre­ate a bet­ter per­ineum than if they hadn’t done it. The idea [was] that we could ‘tight­en things up.’” https://www.metro.us/sex-dating/husband-stitch-what-side-effects
2018France. Aquitaine. Taux d’épisiotomie de 9,5% pour les prim­i­pares (femmes accouchant de leur pre­mier enfant) en 2017 au CHU de Poitier. Il s’agit du ser­vice où exerce le Pr Xavier Fritel dont nous avions pub­lié l’interview il y a peu. A con­trario 34% d’épisiotomie (taux général semble‐t‐il) en 2016 à clin­ique du fief du Grimoire. https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/episiotomie-a-poitiers-un-ecart-flagrant-entre-prive-et-public-1517415622
2018Occitane: le taux le plus bas d’épisiotomie revient à la clin­ique Saint‐Pierre de Perpignan avec 3,5%. https://www.ladepeche.fr/article/2018/02/03/2735181-cesarienne-peridurale-episiotomie-tous-les-chiffres-des-maternites-d-occitanie.html#/search@43.636487921827666,2.3375165499999184,7.383822978593345
2018Reportage TV suite à la série d’articles du Monde. Et pourquoi ne pas évoluer en faisant appel aux com­pé­tences des représen­tants d’usagers? CIANE,AFAR, episio.info nous avons des com­pé­tences sur ce sujet sur lequel nous avons son­né l’alerte déjà au début des années 2000. Là aus­si en fin de reportage une con­clu­sion qui mon­tre que la lit­téra­ture devrait être lue et relue. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/limoges/record-france-du-taux-episiotomies-clinique-emailleurs-limoges-1413747.html
2018Article con­sti­tué à par­tir d’autres arti­cles par­fois datant de plusieurs années. Nous les toquons ici pour réponse. Les com­men­taires sont pos­si­bles. https://www.etreenceinte.com/article/l-episiotomie-et-le-point-du-mari-qu-est-ce-c-est
2018Le pas­sage sur les taux d’épisiotomie belge est aux alen­tours de 11min 40. Pour celles qui nous lisent depuis peu Marie‐Hélène Lahaye fait réfer­rence à l’obstétricien De Lee qui aux Etats Unis dans les années 20 craint que le vagin des femmes ne broye la tête du bébé. Il instau­re donc “une préven­tion” très lourde avec épi­siotomie, for­ceps qua­si systématique…puis pro­gres­sive­ment l’argument change vers une préser­va­tion du périnée tou­jours sans étude préal­able du fonde­ment sci­en­tifique de cette idée. Ce n’est qu’à par­tir des années 80 que des études sont pro­gres­sive­ment lancées et il a fal­lu plusieurs décen­nies pour chang­er le par­a­digme. On peut con­sid­ér­er que nous sommes tou­jours dans cette péri­ode charnière et que les mou­ve­ments d’usagers, les asso­ci­a­tions citoyennes ont fait active­ment par­tie des lanceurs d’alerte aux côtés de soignants atyp­iques. http://plus.lesoir.be/137516/article/2018 – 02‐01/laccouchement‐est‐parfois‐vecu‐comme‐un‐viol
2018http://www.liberation.fr/france/2018/01/30/au-chu-de-besancon-les-episios-ne-sont-plus-lesion_1626275
2018Il y a 4 ans episio.info (AFAR) a suivi l’affaire Amy Herbst faisant mod­i­fi­er quelques titres de une en écrivant des com­men­taires sous les arti­cles. Malheureusement cer­tains titres sont restés en l’état. 🙁

Et le titre le plus immoral sur cette affaire revient à : http://www.journaldemontreal.com/…/une-chanteuse-dopera-ne-… J’ai lais­sé un com­men­taire. Vous aus­si en deux min­utes écrivez un petit mot pour exiger le respect de cette femme.
2018Un ouvrage un peu ancien, mais nous ne l’avions pas encore sig­nalé. https://books.google.se/books?id=49FUPgAACAAJ&dq=épisiotomie&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi5kOXXw_zYAhUOh6YKHeFcCosQ6AEILDAB
2018Royaume‐Uni. Slow birth. Passer de 7% de déchirures sévères (LOSA) à 1% c’est l’exploit de ce pro­gramme de la région du Kent qui a tra­vail­lé sur les représen­ta­tions de la nais­sance. Ne pas pouss­er mais laiss­er aller, avoir 2 sages‐femmes de disponible, chang­er de posi­tions, main­tenir le périnée pour alléger la pres­sion, moins de manoeuvres…Le temps de récupér­er l’étude et on vous en dit plus! “The new pro­gramme, designed by staff at Medway Foundation Trust in Kent, has cut the inci­dence of trau­mat­ic tear­ing from sev­en per cent to just one per cent of patients. It encour­ages mothers‐to‐be to slow down dur­ing deliv­ery and con­sid­er alter­na­tive posi­tions. It was ini­ti­at­ed in response to a call for action by the Royal College of Obstetricians and Gynaecologists (RCOG) and the Royal College of Midwives fol­low­ing an alarm­ing rise in severe per­ineal tear­ing affect­ing near­ly 14,000 women in 2013 to 2014.” Read more: http://www.dailymail.co.uk/health/article-4435924/Medway-Foundation-Trust-aim-dispel-birth-misconceptions.html#ixzz551gNwOsS Follow us: @MailOnline on Twitter | DailyMail on Facebook http://www.dailymail.co.uk/health/article-4435924/Medway-Foundation-Trust-aim-dispel-birth-misconceptions.html Via Vulverine.
2018Je tra­vaille, pour ma part, dans un étab­lisse­ment qui fait très peu d’épisiotomies. Mais on s’interroge sur les bonnes indi­ca­tions, en par­ti­c­uli­er lors d’une extrac­tion instrumentale.https://www.pourquoidocteur.fr/Femme/22390-Episiotomie-medecine-predictive-developper
2018Canada. Du nou­veau dans la base de l’AFAR, un doc­u­ment très utile pour toutes les per­son­nes inter­ressées par la per­spec­tive com­par­a­tive: https://naissance.asso.fr/biblio/detail.php?id=2890
2018Nos félic­i­ta­tions sincères à la mater­nité de Nanterre pour leur baisse con­tin­ue du taux d’épisiotomie et leur poli­tique de trans­parence ne cachant pas sous le tapis ce qui est moins rock’n’roll: le taux élevé d’extractions instru­men­tales. Une démarche de trans­parence appré­cia­ble et appré­ciée! Avec un taux de 0,7% Nanterre est une des mater­nités français­es qui coupe le moins le périnée. Pour aller plus loin la pub­li­ca­tion des chiffres de déchirures sévères, de déclenche­ment et d’utilisation du syn­to­ci­non serait un plus évide­ment. Nos encour­age­ments à toute l’équipe pour les efforts entre­pris.
2018episio.info est une opéra­tion de l’AFAR pour favoris­er la baisse des taux d’épisiotomie, de déchirures sévères et la réflex­ion sur la préser­va­tion du périnée féminin.
2018France, Paris, une con­férence au titre promet­teur. Donnez‐nous des échos si vous pou­vez y aller. Via Patricia Perrenoud.http://www.cermes3.cnrs.fr/fr/115-categories-all/categories-fr/conferences/conferences-2018/663-quelles-sciences-du-desir-medicaliser-la-sexualite-feminine-de-la-psychanalyse-aux-neurosciences?utm_content=buffer96e1f&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer
2018Sara Wickham revient sur les dernières études disponibles sur l’accouchement dans l’eau (plutôt de petits nom­bres). Travail plus rapi­de, néces­si­tant moins d’interventions, diminu­tion des déchirures périnéales notam­ment du sec­ond degré. Nous ajouterons ces références dès que pos­si­ble dans la base de don­nées de l’AFAR. http://www.sarawickham.com/research-updates/more-benefits-of-water-for-birth/
2018Un arti­cle tout pub­lic très doc­u­men­té fait le point sur la sit­u­a­tion de la réé­d­u­ca­tion du périnée en France et à l’étranger, le niveau de preuve (léger voir inex­is­tant), les recom­man­da­tions, les dif­férentes méth­odes, le marché, les aspects cul­turels… C’est peu dire qu’il est pas­sion­nant. https://www.gynger.fr/perinee-la-french-touch-en-question/
2018Un arti­cle intéres­sant de jan­vi­er 2017. https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/19516-Gwyneth-Paltrow-les-oeufs-de-jade-dangereux-pour-le-perinee
2018Via la veille sci­en­tifique de l’AFAR. http://www.ajog.org/article/S0002-9378(17)31205-X/fulltext
2018Un bouquin avec un titre qui donne une énoooorme envie de lire! https://www.perineeshop.com/s/13968_221575_perinee-feminin-douloureux-livre-grimaldi
2018“L’intérêt pour la sex­u­al­ité fémi­nine n’est que très récent. N’oublions pas que la pilule n’a que 50 ans ! Il a fal­lu atten­dre 1998 pour avoir la pre­mière descrip­tion exacte d’un cli­toris et 2009 pour que celui‐ci soit échographié pour la pre­mière fois ! Aujourd’hui les vio­lences faites aux femmes sont sur le devant de la scène comme si on ne les décou­vrait que main­tenant. L’égalité homme/femme est un long com­bat… qui n’a pas com­mencé hier et qui ne se ter­min­era pas demain. Il existe des cam­pagnes télévi­suelles soutenues par le Ministère de la san­té pour les trou­bles de l’érection. Quand parlera‐t‐on des douleurs sex­uelles féminines ?”
2017Via la veille sci­en­tifique de l’AFAR: http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/14651858.CD007471.pub3/full
2017Via la veille sci­en­tifique de l’AFAR. L’article n’est pas en accès libre, je n’y ai pas eu accès, je le lirai volon­tiers. “Moderate/severe obe­si­ty, instru­men­tal deliv­ery and foetal weight result­ed as inde­pen­dent risk fac­tors for severe obstet­ri­cal tears.” http://www.ejog.org/article/S0301-2115(17)30594 – 8/fulltext?rss=yes
2017Astuces du quo­ti­di­en: cette culotte peut absorber jusqu’à 30 ml de fuite. Utile en post par­tum ou en cas d’incontinence. Partagez‐nous vos astuces… Via une page spé­cial­isée “inkon­ti­nens­da­gen” (le jour de l’incontinence, le 6 mai) http://www.wundies.se/en/alla-modeller/inkontinenstrosa-midi-lace-floral-rose
2017Nouvel arti­cle sur l’affaire Turbin que nous suiv­ons atten­tive­ment depuis de début de l’affaire. En anglais: http://www.dailymail.co.uk/health/article-5148567/Rape-survivor-describes-agony-labor.html
2017Via la veille sci­en­tifique de l’AFAR http://www.ajog.org/article/S0002-9378(17)32479 – 1/fulltext?rss=yes
2017Via la veille twit­ter de l’AFAR. Etude française de 1996. Noter les taux d’épisiotomie sys­té­ma­tique ou restric­tive très élevés de l’époque. Moins d’incontinence uri­naire dans le groupe où l’épisiotomie était restric­tive mais la dif­férence est encore plus mar­quée pour l’incontinence anale qui est 2 fois plus fréquente dans le groupe où l’épisiotomie était sys­té­ma­tique. We received 627 respons­es (81%), 320 from women deliv­ered under the restric­tive pol­i­cy, 307 from women deliv­ered under the rou­tine pol­i­cy. In the restric­tive group, 186 (49%) deliv­er­ies includ­ed medi­o­lat­er­al epi­siotomies and in the rou­tine group, 348 (88%). Four years after the first deliv­ery, there was no dif­fer­ence in the preva­lence of uri­nary incon­ti­nence (26 ver­sus 32%), per­ineal pain (6 ver­sus 8%), or pain dur­ing inter­course (18 ver­sus 21%) between the two groups. Anal incon­ti­nence was less preva­lent in the restric­tive group (11 ver­sus 16%). The dif­fer­ence was sig­nif­i­cant for fla­tus (8 ver­sus 13%) but not for fae­cal incon­ti­nence (3% for both groups). Logistic regres­sion con­firmed that a pol­i­cy of rou­tine epi­sioto­my was asso­ci­at­ed with a risk of anal incon­ti­nence near­ly twice as high as the risk asso­ci­at­ed with a restric­tive pol­i­cy (OR = 1.84, 95% CI: 1.05 – 3.22). CONCLUSIONS: A pol­i­cy of rou­tine epi­sioto­my does not pro­tect against uri­nary or anal incon­ti­nence 4 years after first delivery.http://www.hal.inserm.fr/inserm-00356856v2
2017Les douleurs lors des rap­ports ou l’appréhension de se touch­er, d’être touchée à l’endroit du trau­ma­tisme sont fréquentes. Un pro­jet intéres­sant de kit con­tenant une game var­iée d’objets facil­i­ta­teurs pour se réap­privois­er seule ou à deux. Malheureusement après recherche il sem­ble que pour le moment ce kit ne soit pas encore en vente. http://www.nienkehelder.com/#/sexualhealing/ http://www.rtl.fr/girls/love/troubles-sexuels-elle-a-imagine-des-objets-pour-aider-les-femmes-a-guerir-7791119386
2017Article dans Femme actuelle: pourquoi espér­er que les pro­fes­sion­nels de san­té lisent la recherche et adoptent de bonnes pra­tiques quand on peut blamer les femmes et les ren­dre respon­s­ables des pul­sions com­pul­sives d’autrui. Si un mag­a­sine féminin fait un arti­cle qui n’est pas fémin­iste, ne promeut ni l’information loyale, ni le con­sen­te­ment éclairé, ni l’expertise des citoyennes actives dans les asso­ci­a­tions spé­cial­isées; ne faudrait‐il pas finale­ment appeller le canard Femme des années 50? https://www.femmeactuelle.fr/sante/sante-des-femmes/enceinte/methodes-qui-permettent-eviter-episiotomie-accouchement-45229
2017episio.info est une opéra­tion de l’Alliance Francophone pour l’Accouchement Respecté (AFAR). Pour plus d’efficacité, l’AFAR est mem­bre avec une trentaine d’autres asso­ci­a­tions du Collectif Interassociatif autour de la nais­sance (CIANE). Nombre de mem­bres act­ifs de l’AFAR sont bénév­oles au sein du CIANE où il tra­vail­lent à l’amélioration des con­di­tions de nais­sance. HAS = Haute Autorité de Santé. CNGOF= Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français
2017Un arti­cle avec de nom­breux liens vers des arti­cles, études et livre. http://theconversation.com/sexualite-au-feminin-quand-les-rapports-font-mal-86415
2017Belgique: Article sur l’épisiotomie dans le vif. Les pre­mières lignes sont en accès libre. Nous invi­tons celles et ceux qui ont accès à l’ensemble de l’article à nous don­ner quelques infos sur la tonal­ité générale. Merci! http://www.levif.be/actualite/sante/l-accouchement-n-est-pas-une-pathologie/article-normal-759609.html
2017Soyez patientes les filles, si vous êtes opérées pour rien parce que dans le ser­vice on est un peu vieil­lis­sant et qu’il n’y a pas eu de for­ma­tion con­tin­ue. Ce n’est pas pour ca qu’il faut rous­peter, hein, une fille c’est souri­ant, com­préhen­sif, empathique avec l’équipe épuisée qui est devant vous. Tiens, n’oubliez pas de les pren­dre en charge: écoute, mou­choirs, choco­lat, sourire déten­du durant les con­trac­tions. Vous pou­vez bien jouer votre vie sex­uelle á la roulette russe pour être gen­tilles, non? Bonnes filles, braves, voilá…Allo doc­teur? J’ai mal á Francoise Héritier c’est nor­mal? Un truc avec des valences… En plus on fait moins d’opérations inutiles qu’avant alors les meufs faut pas la ramen­er! Non, vrai­ment!🙄🙄🙄🙄🙄😱 http://www.allodocteurs.fr/emissions/allo-docteurs/
2017Episiotomie: des femmes en sont mortes, c’est le deux­ième témoignage que je glane sur le web avec un décès mater­nel. http://indianexpress.com/article/cities/mumbai/10-years-after-pregnant-womans-death-rights-panel-asks-bmc-to-pay-rs-10-lakh-to-patients-family-4925892/
2017Emeline Ferry (06 40 14 13 75; emeline.ferry@orange.fr), étu­di­ante en école de jour­nal­iste et auteure de plusieurs arti­cles sur les vio­lences obstétri­cales dans Ouest France nous a con­tac­té pour un nou­veau pro­jet. Pour un doc­u­men­taire radio elle recherche des femmes qui accepteraient de témoign­er, et qui vivent à Toulouse ou aux alen­tours pour les ren­con­tr­er. Il s’agit d’interviews audio donc pas d’images. Nous avons échangé plusieurs mes­sages et son pro­jet me parait bien con­stru­it avec un angle encore peu soulevé (se recon­stru­ire). Emeline Ferry a déjà tra­vail­lé sur ce sujet qui lui tient à coeur. ci‐dessous les arti­cles qu’elle a déjà pub­lié sur le sujet: https://www.ouest-france.fr/sante/violences-obstetricales-quand-l-accouchement-tourne-au-cauchemar-5160245 https://www.ouest-france.fr/sante/episiotomie-une-mutilation-sexuelle-pour-martin-winckler-5154526
2017Découvert via la veille twit­ter AFAR que vous retrou­vez égale­ment sur le côté droit du site du CIANE. Cela bouge côté épi­siotomie, après 14 ans de mil­i­tance voici des “pro­to­coles sans épi­siotomies” des taux de 1,7 %…Je n’ai pas eu le temps de lire en entier l’étude aus­si n’hésitez pas à com­menter, à remon­ter une phrase clef…“A non‐episiotomy pro­to­col appears to be safe for moth­er and child, and high­lights the need to inves­ti­gate whether there is, in fact, any indi­ca­tion for this pro­ce­dure.” https://reproductive-health-journal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12978-017‑0315-4
2017Sujet douloureux. Scandale san­i­taire. https://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20171011.OBS5857/prothese-vaginale-cathy-59-ans-transformee-par-la-douleur.html
2017Article très com­plet. J’avais décor­tiqué ici l’étude alle­mande de 2009 qui est bour­rée de biais grossiers.http://losf.fr/epino-business-perineal/
2017Un arti­cle plus pub­lic­i­taire qu’informatif sur un ton auquel per­son­nelle­ment j’allergise. Je le sig­nale pour info et débats… /Barbara https://www.doitinparis.com/fr/news/beaute/la-game-boy-du-minou-22711
2017Phase de décourage­ment total. Voilà. La vari­abil­ité des taux c’est comme les érup­tions vol­caniques on y peut rien sauf les cail­loux qui récla­ment de la lave et s’entrainent à résis­ter aux coulées avec un coulomètre. D’ailleurs le jour­nal pro­pose une dis­so­lu­tion. Enfin, presque. 😰🌋✂️✂️✂️✂️ http://m.lavenir.net/login-premium?goto=/cnt/dmf20171103_01079717/une-solution-pour-eviter-l-episiotomie&articleid=dmf20171103_01079717
2017C’est sur­prenant ce matin, une étude sur l’ananas, je ver­rai plus tard si je peux trou­ver le texte orig­i­nal: http://www.thehealthsite.com/pregnancy/eat-pineapples-to-speed-up-healing-of-episiotomy-wound-d1017/
2017Un arti­cle dans la voix du Nord qui m’avait échap­pé. L’enquête péri­na­tale résumée en quelques mots et une inter­view de Mélanie Déchalotte, auteure du Livre noir de la gynécologie.http://www.lavoixdunord.fr/234899/article/2017 – 10‐05/petit‐tour‐d‐horizon‐des‐mauvaises‐pratiques‐gynecologiques‐et‐obstetriques
2017Bon résumons. Que des femmes soient sou­vent opérées en dehors d’une indi­ca­tion médi­cale mais en fonc­tion de leur code postal ou de l’horoscope du per­son­nel la jour­nal­iste s’en fiche. Par con­tre si l’âge moyen des femmes qui met­tent au monde change de 4 mois c’est mal, et des cat­a­stro­phes en série vont s’abattre sur l’humanité. Evidemment l’obésité est influ­encé par l’environnement (pol­lu­tion, pau­vreté…) tout comme la pré­ma­tu­rité.… Nous déclarons donc les femmes coupables! https://www.la-croix.com/Sciences-et-ethique/Sante/Le-taux-depisiotomie-continue-reculer-2017 – 10‐11 – 1200883487
2017Un arti­cle long et très intéres­sant sur les pra­tiques à Besançon. Probablement une des dernière inter­view de Chantal Ducroux‐Schouwey aus­si, ce qui le rend très émou­vant pour ceux qui l’ont con­nue et appré­ciée. “Ailleurs, on aurait peut‐être pra­tiqué une épi­siotomie. Mais on s’est don­né deux min­utes de plus, une con­trac­tion sup­plé­men­taire, pour que le périnée s’amplifie, s’allonge, et cela a suf­fi. » « Notre but n’est pas de ne plus en faire du tout. Dans cer­taines sit­u­a­tions, si on attend cinq min­utes de plus, on risque une déchirure très grave ou une césari­enne en urgence », explique‐t‐elle. N’empêche : quand elles sai­sis­sent les ciseaux, elles ne sont pas à l’aise.” ” À Besançon, « nous ne sommes ni meilleurs ni plus malins que les autres, nous avons juste com­mencé plus tôt à nous inter­roger sur les béné­fices de cette pra­tique », explique le Pr Didier Riethmuller, le chef du ser­vice de gyné­colo­gie et d’obstétrique. N’empêche, dans les années 1990, alors que 70 % des pre­mières nais­sances en France se fai­saient par épi­siotomie, le CHRU de Besançon cul­mi­nait à 30 %. Héritage d’une tra­di­tion obstétrique basée sur l’apprentissage du geste juste. « Nous sommes des manoeu­vri­ers, des arti­sans », revendique le gyné­co­logue.” « Tout cela va dans le sens d’une philoso­phie de respect du périnée et du corps de la femme, qui se traduit aus­si dans notre taux de césari­ennes. Il est sta­ble, à 13 – 14 %, alors que la moyenne nationale est de 21 %. Une césari­enne, c’est bouclé en quarante‐cinq min­utes, un accouche­ment par voie basse, cela se sur­veille pen­dant douze à quinze heures. Vous voyez la dif­férence ? » http://www.elle.fr/Societe/News/Accoucher-sans-episiotomie-oui-c-est-possible-3564311
2017On par­le du point du mari “dad­dy stich” ou hus­band stich” dans Romper. arti­cle à con­serv­er pour un future page su rue site en rai­son des liens à exploiter et des indi­ca­tions his­toriques. https://www.romper.com/p/joking-about-the-daddy-stitch-after-childbirth-is-freakin-gross-74700
2017Article très utile sur les dis­par­ités dans le Télégramme. Episiotomie: Il vaut mieux accouch­er en Bourgogne Franche Comté (8,80%) qu’à Paris (28,2%). Et dans votre région? http://www.letelegramme.fr/webdoc/maternite/maternite-episiotomie-des-disparites-regionales-qui-interpellent-20 – 10‐2017 – 11704161.php
2017“Manage HCV dur­ing preg­nan­cy, labor, and birth to decrease the risk of trans­mis­sion of ver­ti­cal trans­mis­sion. Recommendations include: 1.) if inva­sive pre­na­tal diag­nos­tic test­ing is request­ed, women should be coun­seled that data on risk is lim­it­ed and amnio­cen­te­sis is pre­ferred over chori­on­ic vil­lus sam­pling; 2.) HCV alone is not an indi­ca­tion for cesare­an birth; and 3.) providers should avoid inter­nal fetal mon­i­tor­ing, pro­longed rup­ture of mem­branes, and epi­sioto­my in HCV‐positive women. Treat HCV in the post­par­tum peri­od. HCV pos­i­tive women can breast­feed.” https://medicalxpress.com/news/2017 – 10-medical-issue-hepatitis-pregnancy.html
2017L’exemple d’étude pas banale: Cette équipe chi­noise a souhaité faire des comparaisons.Ils ont quand même. réus­si à faire 77,5 % d’épisiotomie dans l’eau con­tre 84,6% en “con­ven­tion­nel”. Nan mais ho, les taux les gygy chi­nois, les taux, il faudrait com­ment dire?… lire un peu la lit­téra­ture… vous immergez par ex dans la base de don­nées de l’AFAR (416 études à dis­po­si­tion). Après ce n’importe quoi de départ l’équipe con­clue: Water immer­sion deliv­ery has been proved to a ben­e­fi­cial alter­na­tive method for con­ven­tion­al deliv­ery method. This deliv­ery mode is asso­ci­at­ed with few­er epi­sioto­my rate, and avoid­ing epi­sioto­my is ben­e­fi­cial for main­tain­ing PFM strength of women in post­par­tum 6 – 8 weeks. The strength of PFM dur­ing post­par­tum peri­od can be improved by doing Kegel exer­cise at home. Moi, je me demande, si quand même pass­er de l’épisiotomie de rou­tine à des indi­ca­tions médi­cales et une pra­tique respec­tive pour de vrai ce ne serait pas encore plus effi­cace. Plouf ou pas. https://www.urotoday.com/recent-abstracts/pelvic-health-reconstruction/stress-incontinence/99162-the-effect-of-water-immersion-delivery-on-the-strength-of-pelvic-floor-muscle-and-pelvic-floor-disorders-during-postpartum-period-an-experimental-study.html
2017Pour info une action de crowd­fund­ing pour per­me­t­tre à un pro­jet de réé­d­u­ca­tion à domi­cile avec une sonde biofeed­back et un télé­phone mobile. Attention cepen­dant pour l’efficacité ce n’est pas la quan­tité de séance de réé­d­u­ca­tion qui prime mais bien le type de réé­d­u­ca­tion qui doit con­venir à votre sit­u­a­tion post accouche­ment (mus­cler, assou­plir, décon­tracter…). http://www.dna.fr/sante/2017/10/18/un-mois-decisif-pour-emy
2017Usage abusif du con­di­tion­nel: après plusieurs décen­nies de chiffres offi­ciels nationaux mon­trant un taux plus élevé d’épisiotomie chez les femmes qui accouchent pour la pre­mière fois, le/la jour­nal­iste n’est tou­jours pas certain.e de la réal­ité des faits. Une inter­view du Conseil de l’Ordre des ciseaux et du Conseil National des fils résorbables auraient pour­tant per­mis de con­firmer le pro­pos. “Concernant tou­jours la pra­tique de l’épisiotomie, les patientes qui accouchent de leur pre­mier enfant seraient les plus exposées à cette inter­ven­tion. Mais en 2016, le taux d’épisiotomie est de 35 % pour les prim­i­pares con­tre 44 % en 2010. Le taux de l’épisiotomie varie aus­si d’une mater­nité à une autre, selon Béatrice Blondel : “la Bourgogne‐Franche‐Comté et les départe­ments et Régions d’Outre Mer (DROM) sont les deux régions qui ont des taux par­ti­c­ulière­ment bas”.” http://www.linfo.re/magazine/sante-beaute/728431-france-la-pratique-de-l-episiotomie-en-baisse
2017Via La Comtesse sans honte, un texte en anglais sur le point du mari et la dif­fi­culté d’être crue. https://www.google.co.uk/amp/s/electricliterature.com/amp/p/690899157394
2017Un papi­er per­ti­nent mais qui omet de not­er l’importance des asso­ci­a­tions d’usagers comme l’AFAR, Césarine, Bien‐Naitre sur Nantes ou Lyon… qui en se regroupant au sein du Collectif CIANE ont eu plus de poids pour chang­er les pra­tiques, inter­peller, deman­der des RPC, accom­pa­g­n­er des recours…Pour l’épisiotomie l’AFAR a été le moteur du change­ment depuis 2003. http://m.rtl.be/info/961594 Episio.info (site, page et groupe de dis­cus­sion sur Facebook) est une opéra­tion de l’AFAR.
2017“Ensuite, le fait que la mal­trai­tance médi­cale en gyné­colo­gie et obstétrique soit par­fois com­pa­ra­ble à un viol. Cette médecine, entière­ment liée à la sex­u­al­ité fémi­nine, se définit par des gestes qui touchent les organes géni­taux et qui impliquent sou­vent une péné­tra­tion sex­uelle. Quand le geste est posé sans con­sen­te­ment, sous la men­ace ou sous la con­trainte, l’acte médi­cal peut être vécu par les femmes comme un viol. Il entraîne ain­si les mêmes séquelles psy­chiques qu’une agres­sion sex­uelle.” https://www.grazia.fr/news-et-societe/news/melanie-dechalotte-l-episiotomie-peut-etre-vecue-comme-un-viol-870121
2017Non, non et non l’expression abdom­i­nale n’est pas plus jus­ti­fiée au Maroc qu’en Belgique! 😡http://www.moustique.be/19469/violences-obstetricales-madame-un-vagin-n-est-pas-fait-pour-accoucher
2017On peut se deman­der si un sujet comme la fis­tule ne devrait pas être porter par le min­istère de la san­té plutôt que par des “pre­mières dames”… http://www.lactuacho.com/cedeaoeradication-de-la-fistule-obstetricale-les-premieres-dames-tiennent-un-forum-en-ce-debut-octobre/
2017On nous dit par­fois que les asso­ci­a­tions sont trop…molles. Voici un texte que Stéphanie Saint‐Amant, mem­bre de l’AFAR, avait écrit à l’occasion de la pre­mière Semaine Mondiale pour l’Accouchement Respecté (SMAR) en 2004. Avec peu de mots et une cul­ture du sujet rarement égalée Stéphanie y dénonce de manière implaca­ble la pra­tique de l’épisiotomie de rou­tine. “L’épisiotomie, enfin, est une forme “atténuée” d’excision : elle atteint tou­jours la struc­ture cli­tori­di­enne. Ignoré par des siè­cles d’anatomie phal­lo­cen­triste, le cli­toris est beau­coup plus qu’un mon­tic­ule (kleitoris en grec). Une étude récente dirigée par Helen O’Connell, chirurgi­en­ne uro­logue au Royal Melbourne Hospital en Australie, mon­tre que ses tis­sus érec­tiles “s’étend[ent] pro­fondé­ment dans le corps de la femme”, qu’ils cou­vrent une zone beau­coup plus éten­due que ce qu’on imag­ine générale­ment”, au moins deux fois plus grand[e] et des dizaines de fois plus large que ce qu’en mon­trent la plu­part des ouvrages d’anatomie : les nerfs cav­erneux par­courent les parois de l’utérus, du vagin, de la vessie, de l’urètre. Pas même le Gray’s Anatomy — qui est con­sid­éré comme la bible des anatomistes — ne décrit en détail les nerfs et les vais­seaux san­guins reliés au clitoris10.” Anne Frye, sage‐femme améri­caine recon­nue, ne par­le plus d’épisiotomie. Selon elle, il s’agit plutôt d’une cli­toro­tomie” http://cybersolidaires.typepad.com/ameriques/2004/06/lpisiotomie_une.html
2017Vous ne savez pas quoi lire cet automne sur le périnée, pas de panique l’association péry­o­nis a pré­paré une bib­li­ogra­phie. Elle est ici: http://www.peryonis.com/peryonis-lu/
2017Série de témoignages poignants dans l’obs, voici un extrait du témoignage de Sophie 47 ans: “Après plusieurs jours, je ressen­tais de très fortes douleurs. Je me suis ren­du compte que l’un des points était infec­té. Impossible d’avoir un rendez‐vous chez un gyné­co­logue avant des semaines, alors j’ai crevé moi‐même l’abcès. Le seul con­seil que l’on m’a don­né : “Il faut mass­er, ça ira mieux.” J’ai en tout subi trois épi­siotomies dans ma vie : une pour cha­cun de mes accouche­ments. A aucun moment on ne m’a expliqué ce qu’on allait me faire, et l’on m’a encore moins demandé mon con­sen­te­ment. Je ne sais pas si j’ai eu le fameux “point du mari”**. En défini­tive, j’ai été con­sid­érée à chaque fois comme un corps accouchant sur une table. Je n’étais plus un être pen­sant, mais un sim­ple bout de viande. Un con­tenant, une enveloppe faite pour met­tre au monde. Après cha­cun de mes accouche­ments, j’ai mis au moins trois mois à retrou­ver une vie intime. Pour le pre­mier, quand j’ai expliqué à mon gyné­co­logue que la reprise d’une activ­ité sex­uelle était très com­pliquée à cause de la douleur, on m’a répon­du qu’il fal­lait “faire des efforts”. Mon épi­siotomie n’était pas du tout prise en compte. Une autre fois : “Mettez‐y un peu du vôtre, c’est en faisant que vous aurez envie.” Mes douleurs étaient, pour lui comme pour les autres médecins, de l’ordre de la nor­mal­ité. Me réap­pro­prier mon corps a été très long et com­pliqué.”
2017Jacques Lancac ancien prési­dent du CNGOF et Président du fond pour la san­té des femmes est décédé. Nos pen­sées à ses par­ents, col­lègues et amis dans la peine.
2017Connaissez‐vous les grandes étapes de l’histoire de l’épisiotomie? Pour tout savoir de manière syn­thé­tique con­sul­tez notre site. http://www.episio.info/connaitre/histoire/
2017Que fait‐on à l’AFAR un lun­di ? Aujourd’hui Barbara, la franco‐suédoise de l’équipe vient d’intégrer un réseau de sages‐femmes spé­cial­isées sur les déchirures et trau­ma­tismes du périnée. Devoir du jour: décou­vrir le site dédié au sujet http://backenbottenutbildning.se Objectifs de cette par­tic­i­pa­tion, mieux con­naître les pra­tiques en Suède, com­pren­dre pourquoi les déchirures sévères du périnée sont plus impor­tantes en Suède qu’en France, favoris­er la cir­cu­la­tion de l’information et des bonnes pra­tiques entre les pays, se tenir à jour des dernières avancées de la recherche, repér­er les sujets à creuser pour des mini‐bibliographies à venir. Vous trou­vez notre tra­vail orig­i­nal et utile? pourquoi ne pas nous rejoin­dre? trop occupé.e? soutenez‐nous finan­cière­ment, nous avons des pro­jets en attente d’un coup de pouce. http://afar.info/about-2/adherer
2017Un arti­cle sur la réé­d­u­ca­tion n’hésitez pas à laiss­er un com­men­taire. http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/comment-retrouver-un-perinee-elastique-avec-la-gym-hypopressive-140917 – 134051
2017Madame Odile Buisson, C’est avec intérêt que j’ai écouté votre inter­ven­tion chez Fréderic Taddéi sur Europe 1 hier. (1) https://blogs.mediapart.fr/barbara-strandman/blog/220917/en-reponse-odile-buisson
2017Lecture du jour, bon­jour! http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/508296/anatomie-du-feminisme-gynecologique
2017Info de piètre qual­ité dans neuf mois. Il est pos­si­ble de met­tre des com­men­taires (pas encore fait pour ma part). Quelques con­seils à celles qui se lan­cent: rester cour­tois­es et factuelles, ren­voy­er sur le site; l’objectif est de diriger les femmes vers une infor­ma­tion de meilleure qual­ité. Vous souhaitez nous aider? Contactez‐nous en mp, nous man­quons de bras. J’ai lu que, pour le pre­mier enfant, l’épisiotomie était fréquente. Est‐ce que ça fait mal ? Pour un pre­mier bébé, on pra­tique sou­vent cette inci­sion du périnée. Elle est effec­tuée lors d’une con­trac­tion pour que vous ne sen­tiez pas la douleur. Vous serez recousue sous anesthésie locale ou sous l’effet de la péridu­rale. En France, l’épisiotomie est trop fréquente selon les spé­cial­istes, alors qu’elle ne pro­tège pas de l’incontinence ni de la descente d’organes. https://www.neufmois.fr/ma-grossesse/grossesse-18-questions-genantes-que-lon-nose-pas-poser
2017Reportage toute la semaine à la mater­nité de Besançon. Aujourd’hui minute 43, la non suture de la déchirure légère. Plus tôt dans l’émission un entre­tien intéres­sant avec Nadia El Bouga à pro­pos de son livre, La sex­u­al­ité dévoilée: Sexologue fémin­iste et musulmane.http://www.allodocteurs.fr/emissions/le-magazine-de-la-sante/le-magazine-de-la-sante-du-18 – 09-2017_26441.html
2017A quoi peux‐ton s’occuper un dimanche matin? et bien à relire et com­menter les arti­cles anciens de Marie‐Claire. N’hésitez pas vous aus­si à ajouter votre petit com­men­taire. Via SIVO Ethique: Peut‐on rire des vic­times? Non!, on peut rire avec la vic­time mais pas de la vic­time. La fis­tule est un prob­léme de san­té lourd de con­séquences. Qualité des sources: dans aucun des arti­cles anglo­phones que j’ai pu lire ne se trou­ve men­tion­né une urgence médi­cale pour le bébé, ni d’ailleurs que l’incontinence aux gaz gêne entourage et col­lègues. L’absence de con­sen­te­ment est d’ailleurs rarement lié à de l’urgence mais à une abs­cence de cul­ture du con­sen­te­ment de l’établissement. Anatomie: l’épisiotomie lèse le périnée qui est util­sé pour chanter. Dommages pour la vic­time: renon­cer à une car­rière promet­teuse, à une pas­sion, perte du tra­vail et des revenus, dif­fi­cultés dans la vie quo­ti­di­enne pour la vie sociale, sex­uelle et affec­tive, dif­fi­cultés pour porter et met­tre aux monde d’eventuels autres enfants, besoin de subir une ou plusieurs opéra­tion de chirurgie répara­trice sans garan­ti de suc­cès, enfin con­fi­ance en soi et goût de la vie. Bref, votre arti­cle devrait être repris et mod­i­fié: change­ment de titre, de contenu…/Barbara Strandman http://www.marieclaire.fr/,une-chanteuse-d-opera-devient-petomane-et-poursuit-l-hopital-qui-l-a-operee,709551.asp
2017Non, ce n’est pas un prob­lème de pédagogie…c’est un prob­lème d’amplitude des taux : pourquoi à pro­fil égal deux hôpi­taux ont des taux d’épisiotomie qui varie de 0,5 % d’épisiotomie à plus de 30 % ??? L’ampliation du périnée ne dépend pour­tant pas de la lat­i­tude! L’épisiotomie doit être pra­tiquée unique­ment sur une indi­ca­tion médi­cale et celle -ci reste trop sub­jec­tive. Ces écarts impor­tant de taux con­cer­nent égale­ment les césari­ennes, les for­ceps et ven­tous­es, les déchirures sévères du périnée.… Nous accep­tons l’opération lorsqu’elle est absol­u­ment néces­saire mais nous n’acceptons pas que des femmes soient char­cutées parce que le per­son­nel n’est pas à jour des con­nais­sances sci­en­tifiques, pour des raisons de ser­vice, par habitude…Nous avons besoin d’une réflex­ion de fond sur la qual­ité, la devise du médecin est d’abord ne pas nuire et c’est cette ques­tion que pose depuis des années les asso­ci­a­tions d’usagers: le soin oui; mais quand il faut, si il faut, comme il faut, du mieux possible,avec bien­veil­lance, respect des per­son­nes et soulage­ment de la douleur (et pas prend ça main­tenant ou t’aura rien). Et c’est ensem­ble que soignants et citoyens nous pou­vons amélior­er le ser­vice. Les gyné­co­logues nous ne sommes pas con­tre mais tout con­tre, c’est dif­férent. 🙂 https://www.youtube.com/watch?v=x-ipjjdEwAM
2017En Suède le taux d’épisiotomie chez prim­i­pares (femmes accouchant pour la pre­mière fois) varie aus­si con­sid­érable­ment d’un hôpi­tal à l’autre: en 2014 la mater­nité de Huddinge affichait un taux d’épisiotomie de 1,9 %, la moyenne était à 11,3%, et le taux le plus haut à Karlskoga 37,6 %. Attention lisez bien les chiffres con­cer­nent les prim­i­pares (le taux moyen est donc plus bas). Pour ce qui est des taux de déchirures sévères grade 3 – 4: le meilleur chiffre était à Sollefstå (la mater­nité a fer­mé depuis) avec 0,9 %, le chiffre moyen était à 3,4% et Södersjukhuset détient le plus mau­vais résul­tat avec 5,8%. http://enbrastart.se/statistik-forlossning/har-anvands-mest-eller-minst-av-ingrepp-och-metoder/
2017Un exem­ple de texte qui min­imise les douleurs post‐épisiotomie: on par­le de 1 % de femmes qui auraient des douleurs sévères (les douleurs sex­uelles étant par ailleurs présen­tées comme fréquentes après un accouche­ment du fait de l’allaitement…). Durée de la récupéra­tion hors com­pli­ca­tions 6 semaines nous dit‐on. Aucune parole de femme.… 🙁 C’est en anglais ici: https://www.romper.com/p/will-episiotomy-make-sex-hurt-experts-explain-81438
2017J’ai par­cou­ru les pre­mières lignes, j’y reviendrai plus tard. Pour vous don­ner envie “Fecal incon­ti­nence (FI) is a poten­tial con­se­quence of OASIS. Midline epi­sioto­my (even with­out exten­sion into the sphinc­ter) is also a risk fac­tor for FI and fourth‐degree lac­er­a­tion has a high­er risk com­pared to third‐degree lacerations.6,7”, des infos sur les fis­tules aux USA, les com­pli­ca­tions divers­es, l’intérêt de tra­vailler à la répa­ra­tion à plusieurs spé­cial­istes. Si vous dis­posez de temps et souhaitez com­menter lancez‐vous! !http://contemporaryobgyn.modernmedicine.com/node/440628?page=0,2
2017episio.info a partagé une pub­li­ca­tion.
2017Notre page témoignages est très vis­itée. C’est en lisant les réc­its des unes et des autres que nous pou­vons réalis­er que nous ne sommes pas seules avec nos douleurs, avec ce vécu, avec cette dif­fi­culté à con­sul­ter après plusieurs con­tacts inutiles ou humiliants. Lire des réc­its c’est s’assurer que des solu­tions exis­tent même si leur acces­si­bil­ité est mau­vaise et que des femmes qui ont essayées avant nous ont été au bout du chemin écoutées et aidées (sou­vent avec une amélio­ra­tion de leur état), Vous souhaitez écrire votre témoignage et per­me­t­tre sa pub­li­ca­tion sur notre site? Contactez‐moi en mes­sage privé via la page episio.info /Barbara http://www.episio.info/category/temoignage/
2017Un arti­cle du Monde en accès pro­tégé. L’illustration est iden­tique a un arti­cle précé­dent. Des témoignages de nais­sance oú les femmes sont hous­pillées, insultées, mal­traitées. « Comme un viol » Solène, 21 ans Solène ne veut pas citer le nom de l’hôpital ni même de la ville où elle a accouché. Seulement un départe­ment : la Corrèze. Le sou­venir de l’événement la hante. Le jour, la cica­trice de son épi­siotomie lui fait par­fois encore mal, un an après. La nuit, elle fait des cauchemars. Elle a vécu l’événement « comme un viol » et ne veut plus d’enfants. La jeune femme voulait un accouche­ment « le plus naturel pos­si­ble », sans péridu­rale. Ce jour‐là, on lui « rit au nez ». « On en repar­lera dans deux heures », lui répond‐on. Le tra­vail étant très lent et douloureux, elle accepte, mais ne sent pas les effets de l’anesthésie. Après plusieurs heures, le gyné­co­logue arrive « en trombe, sans dire bon­jour, il fourre la main à l’intérieur de moi sans prévenir ». Il tente la ven­touse, les for­ceps. Sept ou huit per­son­nes sont présentes. « Je me suis fait crier dessus, traiter de grosse feignasse. » En larmes, elle n’a ni la force de réa­gir ni le choix : elle doit con­tin­uer avec ce médecin pour met­tre au monde son enfant. Une épi­siotomie « du haut du vagin à l’anus » est pra­tiquée, qui sera recousue avec un fil trop gros. Elle n’a rien dit à l’hôpital. « Ma pri­or­ité est de me recon­stru­ire. » En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/08/30/acouchement-je-me-suis-fait-crier-dessus-traiter-de-grosse-feignasse_5178450_1651302.html#rqAsbFBxvjOiSBIY.99
2017Retour his­torique du Monde sur les con­di­tions d’accouchement. Travail rigoureux et bien doc­u­men­té, en accès libre. http://www.lemonde.fr/maternite/article/2017/08/30/comment-la-naissance-est-progressivement-devenue-un-acte-medicalise_5178707_1655340.html
2017C’est l’histoire d’une meuf qui plutôt bien vécu ses accouche­ments, son épi­sio et tou­s­sa, voilà ses réflex­ions et finale­ment… http://www.huffingtonpost.fr/agnes-l/mes-petites-violences-obstetricales_a_23189032/
2017Nouvel arti­cle dans le Monde avec une inter­view du CIANE (col­lec­tif interas­so­ci­atif autour de la nais­sance) dont fait par­tie l’AFAR (qui pro­duit le site episio.info). Article payant. http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/08/30/la-violence-de-l-accouchement-en-question_5178270_1651302.html
2017http://information.tv5monde.com/terriennes/en-finir-ou-pas-avec-l-episiotomie-violence-obstetricale-187506
2017L’association gyné­colo­gie sans fron­tière recherche une bénév­ole disponible tout sep­tem­bre pour son refuge de femmes dans le Nord de la France (Calais, Grande Synthe…) Faites pass­er auprès de vos con­tacts.
2017Petit arti­cle en anglais. L’info sur les indi­ca­tions est basée sur le site de Mayo clin­ic qui n’est pas à jour (mais arrive en pre­mier choix sur le sujet dans le moteur de recherche),par con­tre sur le con­sen­te­ment le grand jeu est sor­ti avec des illus­tra­tions sym­pas. https://www.romper.com/p/how-will-i-know-if-my-doctor-is-doing-episiotomy-consent-matters-74181
2017Ai‐je le droit ? Sophie Gamelin‐Lavois se pro­pose de répon­dre à vos ques­tions sous l’angle juridique dans sa prochaine émis­sion. Un avant goût de la mise à jour de son livre “Le droit des mères”. Pour poster vos ques­tions rendez‐vous sur sa page (cf ci‐dessous) et pour suiv­re l’émission en direct lun­di 28/8, 10.30 et bien sûr en dif­féré quand vous le voulez.
2017De même que notre base de don­nées et notre col­lecte des études sur l’épisiotomie est util­isée tout autour du monde, les posters “de l’AFAR” sont riche d’histoire et de sol­i­dar­ité entre mil­i­tants des 4 coins du monde. L’AFAR, l’asso petite par la taille mais grande par son effi­cac­ité.
2017Les beaux réc­its de nais­sance de par­ents qui se sont sen­tis écoutés, infor­més, respec­tés exis­tent aus­si. Mettre les per­son­nes au coeur de la nais­sance n’est pas si dif­fi­cile! L’AFAR sou­tient la bien­veil­lance dans les soins, l’information éclairée, le con­sen­te­ment loy­al et le choix entre plusieurs alter­na­tives et rend hom­mage aux pro­fes­sion­nels engagés qui s’efforcent d’individualiser le soin. Obs: Le sèche cheveux pour la cica­trice d’épisiotomie n’est pas une bonne idée (air chaud, microbes…), en cas d’épisiotomie installez‐vous “à l’air libre” quand vous le pou­vez main­tenez une bonne hygiène et con­sul­tez notre site episio.info à la page soulager.
2017Un chat un peu ancien avec des répons­es bien dans l’esprit des RPC français­es de 2005. Une sorte de FAQ pour les per­son­nes qui nous rejoignent. RPC: Recommandations de Pratique Clinique http://mobile.allodocteurs.fr/actualite-sante-ch-t-l-episiotomie_2920.html
2017Allez, je vous donne en mille, c’est l’oeuvre d’un médecin français de Brive la Gaillarde, je serai lui je me méfierai car il se pour­rait bien qu’une douzaine de gail­lardes vien­nent lui bot­ter l’oignon. Q: What did the gynae­col­o­gist say about women who have lost the abil­i­ty to have sex due to botched surgery? You’re not going to like the answer. In a series of emails ten­dered to an Australian court hear­ing this week, one gynae­col­o­gist can be seen jok­ing that women who can no longer have vagi­nal sex should per­haps try anal instead. “… Sodomy could be a good alter­na­tive!” he quips. Unsurprisingly, no one else appears to be find­ing it fun­ny. (…) When I spoke to Kath Sansom, who runs the Sling The Mesh cam­paign, this morn­ing, she said that the com­ments made by French gynae­col­o­gists in the emails revealed in court this week were “hor­ren­dous, but not uncom­mon”. Sansom added, “The sad thing is we’ve become used to being treat­ed like this.” Lisez l’article en entier car il traite de scan­dales impor­tants. https://www.the-pool.com/news-views/latest-news/2017/33/zoe-beaty-vagina-mesh-implant-emails#
2017La fièvre à repris après une courte accalmie. Article ou annonce pub­lic­i­taire dans le Figaro…disons que ce n’est pas très équili­bré comme arti­cle. http://madame.lefigaro.fr/bien-etre/epi-no-la-methode-qui-pourrait-permettre-deviter-lepisiotomie-170817 – 115645#auteur Du coup je vous mets quelques élé­ments de réflex­ion épars­es pour assur­er le débat con­tra­dic­toire avant que nous ne sor­tions un doc­u­ment plus car­ré: “Epi‐No birth train­er is a device that did not reduce epi­sioto­my rates and had no influ­ence on reduc­ing per­ineal tears.” https://www.ncbi.nlm.nih.gov/m/pubmed/25851585/ “However the cur­rent lit­er­a­ture still lacks high qual­i­ty tri­als, which would metic­u­lous­ly inves­ti­gate the effects of EpiNo. Some sug­ges­tions for future research could be to design ran­dom­ized tri­als with good sta­tis­ti­cal pow­er, avoid report­ing and per­for­mance bias (obstet­ri­cal inter­ven­tions and per­ineal tech­niques), stan­dard­ise the use of EpiNo (fre­quen­cy and num­ber of ses­sions), assess patients’ sat­is­fac­tion, and obtain long‐term data on pelvic floor func­tion, dys­pare­u­nia, and uri­nary and fecal incon­ti­nence.” https://www.hindawi.com/journals/ogi/2016/3818240/
2017Odile Buisson remet 20 sous dans le bas­tringue du buzz épi­siotomie. Apparemment elle n’a tou­jours aucune con­science de l’énorme ampli­tude entre les taux des mater­nités français­es. C’est dom­mage car les résul­tats de la mater­nité de Besancon sont élo­quents: taux d’épisiotomie en 2003: 18,8 % taux de déchirures sévères: 1 % taux d’épisiotomie en en 2010: 1,3% taux de déchirures sévères: 0,3% Vous voyez bien que les déchirures sévères aug­mentent de 1,3% à 0,3%. Ca vous fait peur non? Alors oui le Ciane revendique depuis tou­jours qu’une femme puisse avoir accès à ces infor­ma­tions. Parce que le pour­cent­age d’opération réal­isée varie de plus de 1 à 30 entre 2 hôpi­taux. Choquant peut‐être? http://www.huffingtonpost.fr/odile-buisson/l-episiotomie-une-violence-obstetricale-vraiment_a_23080156/
2017Envie de lire un arti­cle plus ou moins débil­i­tant, pas de soucis, Féminin bio est là et vous explique com­ment prévenir l’épisiotomie. On vous y présente toutes les méth­odes qui “sem­blent avoir fait leurs preuves”, tout est au con­di­tion­nel et rien n’est sour­cé, nor­mal vous êtes une fille! On attend de lire avec impa­tience l’article “Compresses oubliées dans le bide du patient: quelles straté­gies pour prévenir l’étourderie du chirurgien”. Moi j’hésite entre l’homéopathie ou la méth­ode post‐it sur le front, et vous ? http://www.femininbio.com/sante-bien-etre/conseils-astuces/episiotomie-quelles-strategies-prevenir-90297
2017Via Union des sages‐femmes belges: Il reste encore quelques places pour la for­ma­tion du 15 sep­tem­bre sur Bruxelles. cf ci dessous. Vous y aller? racontez‐nous… http://sage-femme.be/evenement/suture-du-perinee-3/
2017Urgent! Lucile André de France 3 vient de con­tac­ter L’AFAR pour un sujet épi­siotomie sur France 3. France 3 aurait besoin de filmer une jeune femme ayant subit une épi­siotomie récente en région parisi­enne. Le sujet est pour ce soir donc il faut être effi­cace et relay­er auprès de nos réseaux pour boucler. Merci d’avance! Me tenir au courant, Barbara Strandman (AFAR; episio.info) Tel 01 56 22 85 42 Mail: lucile.andré@francetv.fr
2017The implants have been wide­ly used as a sim­ple, less inva­sive alter­na­tive to tra­di­tion­al sur­gi­cal approach­es for treat­ing uri­nary incon­ti­nence and pro­lapse, con­di­tions that can com­mon­ly occur after child­birth. For the major­i­ty of women the oper­a­tion is suc­cess­ful. However, con­cerns are mount­ing over the severe com­pli­ca­tions suf­fered by large num­bers of patients, includ­ing chron­ic pain, mesh cut­ting through tis­sue into the vagi­na and being left unable to walk or have sex. Johnson & Johnson, whose sub­sidiary Ethicon pro­duces one of the most wide­ly used mesh prod­ucts, is fight­ing a major class action in Australia and could face legal pro­ceed­ings in the UK. https://www.theguardian.com/society/2017/aug/15/scandal-of-vaginal-mesh-removal-rates-revealed-by-nhs-records?CMP=fb_gu
2017Interview de l’historienne Nathalie sage Pranchère dans Libé “Les cen­tres hos­pi­tal­iers sont dans une logique man­agéri­ale où le résul­tat (un bébé en bonne san­té) prime sur le proces­sus (le déroule­ment de l’accouchement) et où le temps con­sacré à une patiente n’est pas perçu comme rentable. Il ne tient qu’au monde médi­cal d’exiger d’autres con­di­tions de tra­vail. Je ne vois pas les gynécologues‐obstétriciens dans la rue pro­test­er con­tre l’inhumanisation des accouche­ments, comme l’ont fait avant eux des obstétriciens admirables comme Fernand Lamaze, Max Ploquin, Frédéric Leboyer ou Claude‐Emile Tourné. La spé­cial­ité gynécologie‐obstétrie est indis­pens­able, mais le cadre de la for­ma­tion est à revoir si on veut faire évoluer les men­tal­ités et répon­dre aux attentes légitimes des futures mères. http://www.liberation.fr/france/2017/08/15/nathalie-sage-pranchere-il-y-a-une-perte-de-controle-de-son-propre-corps_1590110 C’est-à-dire ? On n’est plus dans l’après-guerre, quand l’ampleur des mor­tal­ités infan­tile et mater­nelle pesait sur l’exercice quo­ti­di­en des obstétriciens et jus­ti­fi­ait cer­tains gestes médi­caux. Il y a une sorte de tech­ni­ci­sa­tion du méti­er qui fait primer les sta­tis­tiques sur l’être humain. Il serait utile d’intégrer dans la for­ma­tion de tous les futurs médecins une grosse part de sci­ences humaines et sociales pour ancr­er en pro­fondeur le car­ac­tère essen­tiel du «con­sen­te­ment». Dans les pays anglo‐saxons, le patient a vrai­ment une capac­ité déci­sion­nelle. Si la loi Kouchner de 2002 sur les droits des malades est insuff­isam­ment respec­tée, c’est parce qu’en France, le savoir médi­cal prime sur la déci­sion indi­vidu­elle, sans qu’un échange sere­in et pro­fond ne puisse rétablir l’égalité entre médecin et patient. Nos jeunes étu­di­ants sont bril­lants mais font per­dur­er cette hiérar­chie des savoirs incon­sciem­ment.”
2017Libération aujourd’hui: Pour Martin Winckler, écrivain et médecin, auteur en 2009 du best‐seller le Chœur des femmes et du blog l’Ecole des soignants, «le débat n’est pas “le chiffre de la secré­taire d’Etat est‐il faux ?” mais “y en a‐t‐il trop ?” Si Israël Nisand donne le chiffre moyen de 27 %, et qu’au CHU de Besançon c’est moins de 1 %, alors cer­taines mater­nités en sont à 75 % ! Oui, l’épisiotomie est trop fréquente quand on n’a pas demandé à la femme son accord. Même pour une échogra­phie intrav­agi­nale, quand vous êtes enceinte, on doit vous deman­der votre con­sen­te­ment, sinon c’est un viol. Les médecins font comme si la loi ne s’appliquait pas à eux. Ils dis­ent que c’est pour le bien des patientes, mais la loi est la loi. Il s’agit de la loi Kouchner de 2002 rel­a­tive aux droits des malades». (…) Pour Chantal Ducroux‐Schouwey, porte‐parole du Collectif interas­so­ci­atif autour de la nais­sance (Ciane), cer­tains trau­ma­tismes gyné­cologiques se retrou­vent plus «dans des paroles mal­adroites, voire blessantes, que dans des actes physiques à pro­pre­ment par­ler» :«Il y a un manque de dia­logue car les médecins pensent mieux savoir que les patientes. Trop sou­vent ils ne dis­cu­tent pas, ils imposent.» Impossibles à recenser, par­fois même dif­fi­ciles à détecter, ces vio­lences sym­bol­iques envahissent les cab­i­nets gyné­cologiques sous divers­es formes et à dif­férentes inten­sités. http://www.liberation.fr/france/2017/08/15/contre-les-violences-gynecologiques-la-lutte-prend-corps_1590109
2017En exclu­siv­ité mon­di­ale, episio.info présente : http://www.episio.info/lepisiotomie-hymenale-une-revolution-en-obstetrique/ Merci à Margareta Pettersson qui a répon­du avec patience à toutes mes ques­tions, ain­si qu’à Florence et Signora Gwen pour la relec­ture.
2017“Les prati­ciens ne coupent pas pour punir la patiente”, affirme Didier Riethmuller. Ben, encore heureux! Mais vu l’énorme dif­férence de pra­tiques entre les mater­nités, il faut croire que cette opéra­tion dépend de la lat­i­tude et de la lon­gi­tude. Le GPS fait donc office d’indication médi­cale? Qui en 2017 peut accepter ca? Cet arti­cle de Capital rha­bille égale­ment Odile Buison d’une veste mol­leton­née en duvet de canard sauvage, ce qui en été doit tenir chaud! http://www.capital.fr/polemik/les-gynecologues-maltraitent-ils-leur-patientes-1239119
2017Via Blandine Marie (mer­ci pour le tag!). http://www.courrier-picard.fr/48355/article/2017 – 08‐07/accouchement‐lincision‐loin‐detre‐systematique L’évolution du dis­cours en 15 ans est impres­sion­nante!: le doc­teur Troivaux, souligne les con­séquences d’un tel geste sur la femme : « C’est douloureux, inval­i­dant. Ça néces­site de la petite chirurgie répara­trice. Mais surtout ça peut con­tin­uer de faire mal en suite de couche, et entraîn­er à long terme des douleurs pen­dant les rela­tions sex­uelles. » Et d’insister : « On voit des femmes qui, plusieurs mois après, ont encore mal. Ça peut foutre un cou­ple en l’air. » (…)Depuis qu’elle a lim­ité sa pra­tique, la clin­ique a observé une diminu­tion des déchirures du périnée. Sa con­som­ma­tion d’antalgiques s’est effon­drée, à l’instar de celle de fer qui a dimin­ué d’un tiers : con­séquences de la baisse du nom­bre de mamans en sit­u­a­tion d’anémie post­na­tale. “Et en même temps” cet arti­cle est ultra‐agaçant. Les don­nées sont disponibles depuis les années 80. C’est super de baiss­er du jour au lende­main de 28% à 4% mais cela sig­ni­fie aus­si que quelques mois avant on fai­sait 7 fois trop d’épisiotomie (et que l’hôpital 50 ou 100 km plus loin con­tin­ue de le faire tout tran­quille­ment et c’est bien là le prob­lème). C’est un taux bas aujourd’hui mais je ne dirai pas très bas. Mon meilleur taux est à 0,4% il est donc très prob­a­ble que l’on puisse encore en faire 10 fois moins. Ce qui sig­ni­fie qu’avec une pra­tique -certes meilleure‐ que dans d’autres hôpi­taux cet hôpi­tal pra­tique encore beau­coup trop d’épisiotomies. Et on peut penser que c’est sans doute 10 fois trop, alors cocori­co? déjà?Vraiment ?. Tomber sur Schiappa ca va peu. Elle prononce — une fois — un chiffre, erroné c’est clair, on peut cri­ti­quer, certes. Mais les per­son­nes qui ont tenu le ciseau de manière répéti­tive en ayant sous le nez toutes les études sci­en­tifiques sont‐elles légitimes pour venir faire la morale pour une erreur factuelle isolée puis cor­rigée, pour faire des procès en incopé­tence qui traine en longueur? Combien d’années ils ont pour­suiv­it les épi­siotomies en trop ? Combien de femmes aujourd’hui sont opérées pour rien? Ils sont trau­ma­tisé par le mot “vio­lence obstétri­cale” mais les femmes qui ont eu des suites de couch­es douloureuses pour rien, les femmes qui sont repassées sur le bil­lard pour faire de la chirurgie cor­rec­tive de la vul­ve et du périnée, les femmes ont souf­fert durant les rap­ports pen­dant des mois voir des années, qui ont renon­cées à faire des enfants, par­fois à vivre en cou­ple ou à un suivi médi­cal trouvez‐vous vrai­ment jus­ti­fié de leur deman­der en plus de vous lancer les fleurs, de jouer les pom­pom girls encour­ageantes, de vous défendre con­tre la vilaine min­istre qui fait troooop peur! Pardon les équipes qui bougent mais le cor­po­ratisme qui vous place en défense de l’indéfendable c’est d’un ridicule con­som­mé.
2017Félicitations à la mater­nité de Mayotte et à son per­son­nel dévoué. Taux d’épisiotomie: 2,86% Taux de déchirures sévères: 0,27% Source: com­mu­ni­ca­tion per­son­nelle (encore mille mer­cis pour ce pré­cieux ren­seigne­ment)
2017Le site de la cam­pagne cana­di­enne “choisir avec soin” (cli­quer sur le petit tri­an­gle dans l’angle droit pour dérouler l’explication cor­re­spon­dant à chaque recom­man­da­tion) Évitez l’épisiotomie de rou­tine lors d’un accouche­ment naturel par voie vagi­nale. ShowTopic 11 Il a été démon­tré que l’épisiotomie de rou­tine provoque plus de mal que de bien. Des études mon­trent, en effet, que la mise en place de règle­ments qui freinent le recours à l’épisiotomie est asso­ciée à une diminu­tion des trau­ma­tismes périnéaux postérieur et à une réduc­tion des points de sutures et des com­pli­ca­tions; de tels règle­ments ne changent pas la majorité des indices de douleur ou de trau­ma­tismes vagin­aux ou périnéaux graves. Lorsque l’accouchement est entravé par un prob­lème périnéal, en par­ti­c­uli­er lorsque la fréquence car­diaque fœtale est anor­male, l’épisiotomie peut faciliter la nais­sance par voie vagi­nale. Sources : Carroli G, et coll. Episiotomy for vagi­nal birth. Base de don­nées des révi­sions sys­té­ma­tiques Cochrane. 2000; vol. 2 : CD000081. PMID : 10796120. Lee L, et coll. Management of Spontaneous Labour at Term in Healthy Women. J Obstet Gynaecol Can. Sept. 2016; vol. 38, no 9 : p. 843 – 865. PMID : 27670710.
2017Canada: le point sur les pra­tiques avec la cam­pagne “Choisir avec soin” vient d’être fait par le CNGOC. Ici un arti­cle dans l’Acadie Nouvelle https://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/07/27/eliminer-soins-inutiles-susceptibles-de-nuire-aux-patientes/?pgnc=1
2017Nouvel arti­cle qui nous a été sig­nalé par Mounia El Kotni (mer­ci !) https://www.consoglobe.com/episiotomie-tabou-femmes-enceintes-cg/comment-page-1#comment-1830188 et qui reprend la vidéo Draw my news de Linh‐Lan Dao.
2017Osez le fémin­isme, un arti­cle paru le 25/7 que je n’avais pas repéré. Note pour plus tard, de quoi fournir la page cita­tions du site. http://www.marieclaire.fr/,episiotomie-accouchement,846248.asp
2017Mounia el Kotni vient de faire une syn­thèse très com­plète de la semaine médi­a­tique avec graphique et liens. Très utile à l’ensemble des blogueuses et mil­i­tantes pour retrou­ver rapi­de­ment les élé­ments mar­quants surtout au retour de vacances https://mouniaelkotni.com/2017/07/31/lepisiotomie-fait-la-une-retour-sur-la-semaine-ou-ma-veille-sest-emballee/ Billet décou­vert via le groupe Les copines (post de M‐H Lahaye)
2017Partout en Europe les femmes com­men­cent à exiger que leur sex­u­al­ité soit perçu comme un élé­ment impor­tant de leur san­té et de leur qual­ité de vie. Portugal, la bataille pour avoir des indem­nités. Tiens, côté lésions ca cor­re­spond à ce que cer­taines femmes ayant subit une épi­siotomie expéri­mentent. http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170726.OBS2616/pour-la-justice-portugaise-une-femme-de-50-ans-a-une-sexualite-moins-importante.html
2017Le coup de gueule de 10lunes http://10lunes.com/2017/07/lhistoire-sans-fin/
2017En exclu­siv­ité mon­di­ale, episio.info présente : http://www.episio.info/lepisiotomie-hymenale-une-revolution-en-obstetrique/ Merci à Margareta Pettersson qui a répon­du avec patience à toutes mes ques­tions, ain­si qu’à Florence et Signora Gwen pour la relec­ture.
2017“Les prati­ciens ne coupent pas pour punir la patiente”, affirme Didier Riethmuller. Ben, encore heureux! Mais vu l’énorme dif­férence de pra­tiques entre les mater­nités, il faut croire que cette opéra­tion dépend de la lat­i­tude et de la lon­gi­tude. Le GPS fait donc office d’indication médi­cale? Qui en 2017 peut accepter ca? Cet arti­cle de Capital rha­bille égale­ment Odile Buison d’une veste mol­leton­née en duvet de canard sauvage, ce qui en été doit tenir chaud! http://www.capital.fr/polemik/les-gynecologues-maltraitent-ils-leur-patientes-1239119
2017Via Blandine Marie (mer­ci pour le tag!). http://www.courrier-picard.fr/48355/article/2017 – 08‐07/accouchement‐lincision‐loin‐detre‐systematique L’évolution du dis­cours en 15 ans est impres­sion­nante!: le doc­teur Troivaux, souligne les con­séquences d’un tel geste sur la femme : « C’est douloureux, inval­i­dant. Ça néces­site de la petite chirurgie répara­trice. Mais surtout ça peut con­tin­uer de faire mal en suite de couche, et entraîn­er à long terme des douleurs pen­dant les rela­tions sex­uelles. » Et d’insister : « On voit des femmes qui, plusieurs mois après, ont encore mal. Ça peut foutre un cou­ple en l’air. » (…)Depuis qu’elle a lim­ité sa pra­tique, la clin­ique a observé une diminu­tion des déchirures du périnée. Sa con­som­ma­tion d’antalgiques s’est effon­drée, à l’instar de celle de fer qui a dimin­ué d’un tiers : con­séquences de la baisse du nom­bre de mamans en sit­u­a­tion d’anémie post­na­tale. “Et en même temps” cet arti­cle est ultra‐agaçant. Les don­nées sont disponibles depuis les années 80. C’est super de baiss­er du jour au lende­main de 28% à 4% mais cela sig­ni­fie aus­si que quelques mois avant on fai­sait 7 fois trop d’épisiotomie (et que l’hôpital 50 ou 100 km plus loin con­tin­ue de le faire tout tran­quille­ment et c’est bien là le prob­lème). C’est un taux bas aujourd’hui mais je ne dirai pas très bas. Mon meilleur taux est à 0,4% il est donc très prob­a­ble que l’on puisse encore en faire 10 fois moins. Ce qui sig­ni­fie qu’avec une pra­tique -certes meilleure‐ que dans d’autres hôpi­taux cet hôpi­tal pra­tique encore beau­coup trop d’épisiotomies. Et on peut penser que c’est sans doute 10 fois trop, alors cocori­co? déjà?Vraiment ?. Tomber sur Schiappa ca va peu. Elle prononce — une fois — un chiffre, erroné c’est clair, on peut cri­ti­quer, certes. Mais les per­son­nes qui ont tenu le ciseau de manière répéti­tive en ayant sous le nez toutes les études sci­en­tifiques sont‐elles légitimes pour venir faire la morale pour une erreur factuelle isolée puis cor­rigée, pour faire des procès en incopé­tence qui traine en longueur? Combien d’années ils ont pour­suiv­it les épi­siotomies en trop ? Combien de femmes aujourd’hui sont opérées pour rien? Ils sont trau­ma­tisé par le mot “vio­lence obstétri­cale” mais les femmes qui ont eu des suites de couch­es douloureuses pour rien, les femmes qui sont repassées sur le bil­lard pour faire de la chirurgie cor­rec­tive de la vul­ve et du périnée, les femmes ont souf­fert durant les rap­ports pen­dant des mois voir des années, qui ont renon­cées à faire des enfants, par­fois à vivre en cou­ple ou à un suivi médi­cal trouvez‐vous vrai­ment jus­ti­fié de leur deman­der en plus de vous lancer les fleurs, de jouer les pom­pom girls encour­ageantes, de vous défendre con­tre la vilaine min­istre qui fait troooop peur! Pardon les équipes qui bougent mais le cor­po­ratisme qui vous place en défense de l’indéfendable c’est d’un ridicule con­som­mé.
2017Félicitations à la mater­nité de Mayotte et à son per­son­nel dévoué. Taux d’épisiotomie: 2,86% Taux de déchirures sévères: 0,27% Source: com­mu­ni­ca­tion per­son­nelle (encore mille mer­cis pour ce pré­cieux ren­seigne­ment)
2017Le site de la cam­pagne cana­di­enne “choisir avec soin” (cli­quer sur le petit tri­an­gle dans l’angle droit pour dérouler l’explication cor­re­spon­dant à chaque recom­man­da­tion) Évitez l’épisiotomie de rou­tine lors d’un accouche­ment naturel par voie vagi­nale. ShowTopic 11 Il a été démon­tré que l’épisiotomie de rou­tine provoque plus de mal que de bien. Des études mon­trent, en effet, que la mise en place de règle­ments qui freinent le recours à l’épisiotomie est asso­ciée à une diminu­tion des trau­ma­tismes périnéaux postérieur et à une réduc­tion des points de sutures et des com­pli­ca­tions; de tels règle­ments ne changent pas la majorité des indices de douleur ou de trau­ma­tismes vagin­aux ou périnéaux graves. Lorsque l’accouchement est entravé par un prob­lème périnéal, en par­ti­c­uli­er lorsque la fréquence car­diaque fœtale est anor­male, l’épisiotomie peut faciliter la nais­sance par voie vagi­nale. Sources : Carroli G, et coll. Episiotomy for vagi­nal birth. Base de don­nées des révi­sions sys­té­ma­tiques Cochrane. 2000; vol. 2 : CD000081. PMID : 10796120. Lee L, et coll. Management of Spontaneous Labour at Term in Healthy Women. J Obstet Gynaecol Can. Sept. 2016; vol. 38, no 9 : p. 843 – 865. PMID : 27670710.
2017Canada: le point sur les pra­tiques avec la cam­pagne “Choisir avec soin” vient d’être fait par le CNGOC. Ici un arti­cle dans l’Acadie Nouvelle https://www.acadienouvelle.com/mon-opinion/2017/07/27/eliminer-soins-inutiles-susceptibles-de-nuire-aux-patientes/?pgnc=1
2017Nouvel arti­cle qui nous a été sig­nalé par Mounia El Kotni (mer­ci !) https://www.consoglobe.com/episiotomie-tabou-femmes-enceintes-cg/comment-page-1#comment-1830188 et qui reprend la vidéo Draw my news de Linh‐Lan Dao.
2017Osez le fémin­isme, un arti­cle paru le 25/7 que je n’avais pas repéré. Note pour plus tard, de quoi fournir la page cita­tions du site. http://www.marieclaire.fr/,episiotomie-accouchement,846248.asp
2017Mounia el Kotni vient de faire une syn­thèse très com­plète de la semaine médi­a­tique avec graphique et liens. Très utile à l’ensemble des blogueuses et mil­i­tantes pour retrou­ver rapi­de­ment les élé­ments mar­quants surtout au retour de vacances https://mouniaelkotni.com/2017/07/31/lepisiotomie-fait-la-une-retour-sur-la-semaine-ou-ma-veille-sest-emballee/ Billet décou­vert via le groupe Les copines (post de M‐H Lahaye)
2017Partout en Europe les femmes com­men­cent à exiger que leur sex­u­al­ité soit perçu comme un élé­ment impor­tant de leur san­té et de leur qual­ité de vie. Portugal, la bataille pour avoir des indem­nités. Tiens, côté lésions ca cor­re­spond à ce que cer­taines femmes ayant subit une épi­siotomie expéri­mentent. http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/nos-vies-intimes/20170726.OBS2616/pour-la-justice-portugaise-une-femme-de-50-ans-a-une-sexualite-moins-importante.html
2017Le coup de gueule de 10lunes http://10lunes.com/2017/07/lhistoire-sans-fin/
2017L’interview de Didier Riethmuller, fig­ure de référence en France sur la préser­va­tion du périnée lors de l’accouchement. Description de la manoeu­vre de Couder. Etude en cours sur la non suture des déchirures sim­ples. Bravo à toute l’épuipe! http://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/episiotomie-minimum-au-chru-besancon-1304277.html
2017Je résume la page droite: Pour le pre­mier accouche­ment 4 femmes sur 10 subis­sent une épi­siotomie alors qu’il n’y a pas d’indication médi­cale sys­té­ma­tique. Cela génère pour cer­taines de femmes des douleurs sex­uelles mais c’est paaaas grave: elles peu­vent repass­er sur le bil­lard! Que demande le peu­ple!
2017Nouvelle inter­view de Martin Wincler. 🙂 http://www.elle.fr/Societe/News/Dr-Martin-Winckler-Le-jour-de-l-accouchement-ceux-qui-doivent-bien-se-tenir-ce-sont-les-professionnels-pas-les-femmes-3496232
2017Article dans le soir avec Fabienne Richard de la Plateforme pour une nais­sance respec­tée et Marie‐Hélène Lahaye. Réservé aux abon­nés mais on me dis dans l’oreillette qu’un gyné­co­logue de plus croit que l’épisiotomie pro­tège des déchirures. 🙁 Ben, les gygy, les études sont sor­tis depuis les années 80 – 90 main­tenant; ma coif­feuse qui lit des mag­a­sines fem­i­nins le sait bien. Allez, cet été en Belgique aus­si, on sort de sa cav­erne et on se doc­u­mente sur episio.info. http://www.lesoir.be/archive/d-20170728 – 3G1Y1P?referer=%2Farchives%2Frecherche%3Fdatefilter%3Dlastyear%26sort%3Ddate%2520desc%26word%3D%25C3%25A9pisiotomie
2017Ghana Hatem‐Matzer (Maison des femmes de St Denis) « Les gyné­co­logues tra­vail­lent avec des recom­man­da­tions qui sont là pour empêch­er les actes non néces­saires. Si on vous opère de l’estomac et qu’il faut enlever une tumeur, vous ne deman­dez pas au chirurgien de ne pas faire telle ou telle procé­dure, si ? » Heu oui, mais bon, pour l’estomac vous n’avez pas d’un côté un ser­vice qui décou­vre une tumeur à 50 – 60 % des patients qui con­sul­tent pour la pre­mière fois et à l’autre bout de la ville un ser­vice qui dépiste des tumeurs chez moins de 3 % de la même pop­u­la­tion. Non, parce que si c’était le cas fig­urez vous que les gens deman­deraient. Mais la dif­férence c’est que pour l’estomac, on peut deman­der un 2ème avis alors que pen­dant l’accouchement, on ne va pas repren­dre la bag­nole pour se ren­dre au ser­vice d’à côté pren­dre un rendez‐vous pour la semaine suiv­ante. A part ca beau­coup de témoignages encore.… http://www.neonmag.fr/polemique-face-aux-violences-obstetricales-elles-temoignent-490363.html
2017“Bonjour. Je viens juste de lire votre arti­cle, je me suis mise à pleur­er de suite , c’est bien que le trau­ma­tisme est tou­jours là. Ça fait 39 ans que J’ai eu mon fils avec for­ceps et epi­siotomie, je pense aus­si que c’est de la boucherie. Ce jour là j’aurais voulu mourir. Car une fois toutes ces atroc­ités il a fal­lu recoudre sans même une anesthésie. À vous les médecins j’aimerais vous faire souf­frir comme vous savez si bien le faire, ensuite nous pour­rons dis­cuter de la bar­barie que vous faites subir vu que vous ne sen­tez rien, que vous êtes très sou­vent pressés. Est‐Ce vrai­ment ça la Médecine À ce jour J’ai 60 ans je ne suis plus jamais allée con­sul­ter un geny­co­logue. Pas plus que le médecin trai­tant . Mon cou­ple à été détru­it .je vis seule . Je n’ai plus jamais voulu qu’un homme me touche. UN GRAND MERCIVOUS LES BARBARES QUON APPELLE (MEDECIN). Fabienne Philippe, com­men­taire pub­lié sous le fil de com­men­taires de Marianne https://www.marianne.net/societe/m-retire-ma-vie-sexuelle-l-episiotomie-cet-acte-qui-peut-traumatiser-autant-qu-il-humilie#comment-3439895208 Est‐ce que le syn­gof nous lit? Épisiotomie n’est pas une préven­tion! L’épisiotomie, l’absence d’anesthésie, de dia­logue bien­veil­lant génèrent des stress post trau­ma­tiques lourds chez cer­taines femmes.
2017Nouvel arti­cle qui en cite d’autres. http://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/marlene-schiappa-violences-obstetricales-41590
2017Curieusement, on n’a pas enten­du le SYNGOF réclamer la démis­sion de l’actuel prési­dent du CNGOF, Israël Nisand, quand il a pré­ten­du que l’expression abdom­i­nale était une pra­tique révolue. Pourtant, ce sujet fait par­tie de ce qui est théorique­ment au cœur de ses com­pé­tences. Aurait‐il été épargné par leurs foudres parce qu’il s’agit d’un con­frère ? Ou parce qu’il s’agit d’un homme ? (..) Le Ciane se tient prêt à être audi­tion­né par le HCE (Haut Conseil à l’Égalité entre les hommes et les femmes) et à faire des propo­si­tions pour lut­ter con­tre le phénomène des vio­lences obstétricales.https://ciane.net/?wysija-page=1&controller=email&action=view&email_id=34&wysijap=subscriptions-2
2017Nouvel arti­cle très fourni en témoignages avec une inter­view de Clara de Bort. https://www.marianne.net/societe/violences-obstetricales-il-faut-beaucoup-de-volonte-pour-dire-c-est-le-systeme-qui-deconne
2017Nan, mais oh mais il faut arrêté de nous pren­dre pour des poires. La recherche s’est fait pour être lu et com­pris. « C’est un acte préven­tif pour éviter une déchirure grave, déclare le doc­teur Bertrand de Rochambeau, prési­dent du Syndicat nation­al des gyné­co­logues et obstétriciens de France (SYNGOF).😵😨😱 C’est effrayant quand même! Une bonne nou­velle pour se remettre:Cécile Thiébaut, sage‐femme à la poly­clin­ique Saint‐Côme, à Compiègne (Oise). Ici, le taux d’épisiotomies est passé de 28 % à 4 % « du jour au lende­main ». Elle racon­te : « pour chang­er nos pra­tiques, il a fal­lu une grande remise en ques­tion de toute l’équipe. » http://www.ouest-france.fr/sante/violences-obstetricales-quand-l-accouchement-tourne-au-cauchemar-5160245
2017Le sujet con­tin­ue de faire l’actualité. http://www.rtl.fr/girls/intime/episiotomie-point-du-mari-quelles-sont-ces-violences-obstetricales-7789521129
2017Via Marie‐Héléne Lahaye: Les débats en France sur les vio­lences obstétri­cales se réper­cu­tent en Belgique. Elodie Blogie, jour­nal­iste au Soir, cherche des témoignages de femmes ayant subi des mal­trai­tances pen­dant leur accouche­ment en Belgique. Contactez là au 0498 378 453. Merci pour elle !
2017Un des arti­cles pour lequel nous avions appelé à témoignage est sor­ti. Il est écrit avec soin par Floriane Valdeyron pour Marianne et alterne une inter­view de Nasrine Callet et des témoignages poignants. “L’épisiotomie est un acte assez vio­lent, bar­bare et agres­sif, estime Nasrine Callet, gyné­co­logue à l’institut Curie. Ça atteint la patiente physique­ment et psy­chologique­ment dans son intim­ité à un moment cru­cial de sa vie” https://www.marianne.net/societe/m-retire-ma-vie-sexuelle-l-episiotomie-cet-acte-qui-peut-traumatiser-autant-qu-il-humilie
2017Article spé­cial quich­es, pour celles qui aiment le périmé réchauf­fé. https://www.neufmois.fr/mon-bebe/episiotomie-eviter-cicatrice-ne-sinfecte
2017Dans cet arti­cle il y a à boire et à manger au sens lit­téral du terme. Parmi les méth­odes pour prévenir la préven­tion des nou­veautés, en effet: éviter les pro­téines per­me­t­trait selon la sage‐femme anonyme qui à suivi Joanna d’affiner le périnée. Il faudrait aus­si con­som­mer de l’huile de germe de blé et de carotte. Compte tenu de tous les oui‐dire sur lequel il a dû se posi­tion­ner Etienne Fortin s’en tire bien, l’exercice ne doit pas être sim­ple. http://www.lexpress.fr/styles/enfant/comment-eviter-une-episiotomie_1930712.html Avec tout ca je n’ai tou­jours pas sor­tie ma ligne de char­lotte pour la douche qui pro­tège de l’épisio…
2017Un arti­cle très pré­cis de Jean‐Yves Nau pour Slate: qui a dit quoi, tout est sour­cé minu­tieuse­ment, min­u­tage de la vidéo pour retrou­ver les pro­pos de Marlène Schiappa… http://www.slate.fr/story/149043/violences-obstetricales-disparites
2017Les arti­cles rela­tant le com­mu­niqué du Conseil National de l’Ordre des Sages‐femmes com­men­cent à arriv­er. Ici Ouest France: http://www.ouest-france.fr/sante/les-violences-obstetricales-un-sujet-essentiel-pour-l-ordre-des-sages-femmes-5158711
2017Article dans l’Humanité: réservé aux abon­nés. L’initiative de Marlène Schiappa n’a pas été du goût du Collège nation­al des gyné­co­logues et obstétriciens français. Photo : Jean‐François Monnier/AFP La secré­taire d’État chargée de l’égalité entre hommes et femmes a com­mandé un rap­port sur les mal­trai­tances obstétri­cales. Les gyné­co­logues s’insurgent. Un tabou tombe en France. Et pas des moin­dres. Celui des vio­lences subies par les femmes au moment de leur accouche­ment. Les témoignages se font de plus en plus nom­breux de mères qui racon­tent des épi­siotomies pra­tiquées à vif (un acte chirur­gi­cal qui con­siste à sec­tion­ner par­tielle­ment le périnée), des déclenche­ments abusifs, de l’… https://www.humanite.fr/mieux-evaluer-les-violences-pendant-laccouchement-639466
2017Un arti­cle dans ChEEk mag­a­sine qui reprend la mise à jour de France Info. L’article a néan­moins le mérite de s’intéresser au vécu féminin et au con­cept de vio­lence obstétri­cale. http://cheekmagazine.fr/societe/violences-obstetricales-temoignages/
2017Article dans Causeur. Niveau mag­a­sine de coif­feur. https://www.causeur.fr/marlene-schiappa-obstetrique-macron-145761
2017Interview de Didier Riethmuller: “Aujourd’hui, dans mon ser­vice, on a une adhé­sion des équipes qui fait que — sans avoir aug­men­té les lésions sphinc­téri­ennes — on a réus­si à dimin­uer le taux d’épisiotomie à moins de 1%. Ce n’est pas 0%: il y a des sit­u­a­tions où ça rend ser­vice à l’enfant en devenir et à la mère.” “Certains ser­vices sont à moins de 10% d’épisiotomie, et chez d’autres ça pren­dra un peu plus de temps. Mais le tour­nant est amor­cé. Et on va aller vers une diminu­tion dras­tique de ce taux. Le pays va arriv­er sous peu à moins de 10% d’épisiotomie”. http://rmc.bfmtv.com/emission/l-episiotomie-etait-basee-sur-des-croyances-du-18e-siecle-mais-les-pratiques-ont-completement-change-1223824.html
2017Interview de Ghana Hatem, gynécologue‐obstétricienne, fon­da­trice de la Maison des Femmes à Saint‐Denis, 3 accouche­ments 3 épi­siotomies (!) Bon le dis­cours sur l’épisiotomie et le con­sen­te­ment ce n’est pas encore ca. https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-27-juillet-2017
2017Nous avons reçu la demande suiv­ante: “Bonjour, je suis jour­nal­iste chez Ouest‐France. Je pré­pare un arti­cle sur les vio­lences obstétri­cales. Je recherche une ou deux femmes ayant subi une épi­siotomie imposée qui accepterait de témoign­er. Je pré­cise que mon arti­cle abor­de plusieurs types de vio­lences lors de l’accouchement, mais je souhait­erais spé­ci­fique­ment un témoignage à pro­pos de l’épisiotomie. Pouvez‐vous relay­er ma demande sur votre page ? Je vous remer­cie” Emeline Ferry (Ouest‐France) emeline.ferry@ouest-france.fr ou 06 40 14 13 17. C’est le moment de témoign­er!
2017Odile Buisson en plein délire com­plo­tiste. Le titre à lui tout seul vaut son pesant de syn­to­ci­non mais le corps de l’article est du même ton­neau ligne à ligne. Les bras m’en tombent! http://www.atlantico.fr/decryptage/violences-obstetricales-marlene-schiappa-embrigadee-dans-combat-feministes-ultra-contre-phenomene-exagere-odile-buisson-3120833.html#PojOJ6Pl1y2I9mZi.01
2017Heu, ce n’est pas un tout petit peu puéril et pré­maturé? http://syngof.fr/communiques-presse/schiappa-demission/
2017L’interview de Clara de Bort. https://www.marianne.net/societe/episiotomies-imposees-autour-de-l-uterus-d-une-femme-il-y-un-cerveau?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Twitter#link_time=1501086772
2017Un bon con­seil, servez‐vous une tasse de camomille avant de lire cet inter­view de Jacques Lansac ancien prési­dent du CNGOF pour qui ce sont des « raisons tech­niques » qui inci­tent les obstétriciens à pra­ti­quer une épi­siotomie. Il appelle à « faire con­fi­ance » à des « gens bien for­més » et tient à rap­pel­er qu’ils sont « là pour aider les mamans ». Heu,les écarts de plus de 1 à 10 dans les mater­nités ce n’est pas “tech­nique” sauf à penser que l’ampliation du périnée varie selon la lat­i­tude! Les femmes aus­si ont fait des études et sont capa­bles d’esprit cri­tique. Certaines sont astro­physi­ci­ennes, ingénieurs, ou pilotes de ligne. Et pour les prob­lèmes de prostate on aide “les papis” ???https://www.publicsenat.fr/article/politique/episiotomie-retour-sur-l-audition-polemique-de-m-schiappa-76425
2017Attention epi‐no épineux en fin d’article. http://mobile.francetvinfo.fr/societe/droits-des-femmes/cinq-questions-sur-l-episiotomie-une-operation-trop-pratiquee-en-france-selon-la-secretaire-d-etat-marlene-schiappa_2299379.html#xtor=CS1-746&xtref=http://m.facebook.com/
2017L’interview de Martin Wincler. Bonne lec­ture. http://www.ouest-france.fr/sante/episiotomie-une-mutilation-sexuelle-pour-martin-winckler-5154526
2017Autre arti­cle: http://www.lci.fr/societe/polemique-marlene-schiappa-episiotomie-pourquoi-l-expression-violences-obstetricales-fait-elle-autant-debat-2059583.html
2017Via Clara de Bort. Une jour­nal­iste de la presse écrite pré­pare une nou­velle enquête sur les épi­sio non con­sen­ties et cherche (aujourd’hui si pos­si­ble) des femmes à qui c’est arrivé, pour un entre­tien télé­phonique. Son numéro pour la con­tac­ter +33 6 95 56 13 51 Merci
2017Nouvel arti­cle arti­cle citant Chantal Dutroux Schouwey prési­dente du CIANE et Marie‐Hélène Lahaye.” Autre néces­sité : instau­r­er plus de trans­parence et de respect envers les mères. Pour les futures mamans qui voudraient choisir une mater­nité peu portée sur « l’épisio », trou­ver des chiffres acces­si­bles par étab­lisse­ment est pour ain­si dire impos­si­ble. « Il faut absol­u­ment tra­vailler sur ce manque de trans­parence », exi­gent de con­cert Marie‐Hélène Lahaye et Chantal Ducroux‐Schouwey. « Certes, glob­ale­ment le nom­bre d’épisiotomie a bais­sé ces dernières années : le taux d’épisiotomie est de 30 % sur la péri­ode 2010 – 2013, mais atteint encore 47 % des cas pour un pre­mier accouche­ment (16 % pour les suiv­ants), selon la dernière étude du Ciane », indique sa prési­dente. « Mais il n’existe pas de chiffres mater­nité par mater­nité. Or pour choisir en con­science où elles veu­lent accouch­er, les femmes devraient pou­voir accéder facile­ment aux taux d’épisiotomie, de césari­ennes et de péridu­rales de l’établissement où elles sont sus­cep­ti­bles de faire naître leur enfant ». Plus encore, « une réflex­ion glob­ale sur l’amélioration du bien‐être des futures mères doit être menée, poursuit‐elle. Il ne s’agit pas d’émettre un sim­ple con­stat, il fau­dra enclencher une révi­sion com­plète des pra­tiques obstétri­cales, rétablir la con­fi­ance et faire preuve de plus d’écoute et de respect pour le pro­jet de nais­sance souhaité par les futures mères».http://www.20minutes.fr/sante/2109551 – 20170725‐violences‐obstetricales‐pourquoi‐faut‐faire‐etat‐lieux
2017Je vous laisse déguster: “La dernière étude du Ciane évoque un taux d’épisiotomie établit à 30% sur la péri­ode 2010 – 2013 (47% pour un pre­mier accouche­ment, 16% pour les suiv­ants). Selon une enquête nationale péri­na­tale réal­isée par l’Inserm en 2010, les chiffres font état de 26,8% (44,4% pour une pre­mière nais­sance, 14,2% pour les suiv­antes). Ni Marlène Schiappa ni Ismaël Nisand n’ont évo­qué ces chiffres‐clés. La secré­taire d’Etat a préféré rap­porter le 75% men­tion­né sur son pro­pre blog Maman Travaille en 2010 (une étude menée sur seule­ment 983 mères). La min­istre a la main bien trop lourde, quand le médecin min­imise le phénomène.” http://www.liberation.fr/france/2017/07/25/episiotomie-les-chiffres-de-la-discorde_1586090 Anaïs Moran
2017Mise à jour de l’article du fait du buzz Schiappa/CNGOF sur l’épisiotomie. http://www.francetvinfo.fr/sante/cesariennes-a-vif-episiotomies-imposees-le-grand-tabou-des-violences-durant-l-accouchement_1881273.html#xtor=CS1-746
2017Au Jim c’est les vacances, l’apéro trop alcoolisé sous le soleil sans doute… Autrement com­ment expli­quer cette titraille instil­lant le doute sur qui mal­traite qui et affirmer « La néces­sité de l’épisiotomie est par ailleurs sou­vent remise en cause : si des pra­tiques abu­sives ont pu être con­statées (ou si des raisons non médi­cales, comme le manque de disponi­bil­ité des équipes sont par­fois invo­quées), son util­ité est cepen­dant régulière­ment con­fir­mée. » Elle est con­fir­mé par qui ? par quoi? Rlalala ces milieux autorisés.… http://www.jim.fr/medecin/actualites/pro_societe/e-docs/quand_le_ministre_des_droits_des_femmes_maltraite_gynecologues_et_obstetriciens__166697/document_actu_pro.phtml?reagir=1#formulaire-reaction
2017Actualité: La secré­taire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa a affir­mé jeu­di, lors d’une audi­tion devant la délé­ga­tion aux droits des femmes du Sénat, qu’il y avait « 75 % d’épisiotomies » en France et elle a com­mandé un rap­port sur les vio­lences obstétri­cales. L’erreur sur le taux d’épisiotomie ne doit pas mas­quer l’essentiel: il y’a trop d’épisiotomies pra­tiquées sans indi­ca­tion médi­cale et/ou sans con­sen­te­ment en France. http://www.lemonde.fr/sante/article/2017/07/24/violences-obstetricales-des-gynecologues-contestent-les-chiffres-de-marlene-schiappa_5164518_1651302.html L’audition http://videos.senat.fr/video.379101_59704ef4e76fa.audition-de-mme-marlene-schiappa-secretaire-d-etat-chargee-de-l-egalite-entre-les-hommes-et-les-fem?timecode=3811000
2017Une mise au point impor­tante de Marie‐Hélène Lahaye pour rap­pel­er les erreurs d’Odile Buisson sur l’épisiotomie et de manière plus générale son atti­tude lors du débat sur France Inter. http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2017/07/20/debat-sur-les-maltraitances-medicales-sur-france-inter-les-violences-de-la-gynecologue-odile-buisson/
2017Emission à réé­couter sur France Inter avec Odile Buisson, Marie‐Hèlène Lahaye et Dominique Dupagne sur les mal­trai­tantes médi­cales. Intervention en fin d’émission d’Amina Yamgnagne qui était aus­si très bien. La dis­cus­sion sur l’épisiotomie est vers la minute 19. Il est à not­er qu’Odile Buisson a été appelée à la dernière minute en rem­place­ment du pro­fesseur Israël Nisand qui n’a plus souhaité débat­tre à la dernière minute. Par con­séquent elle n’a pas pu pré­par­er son inter­ven­tion en lisant le blog de MH Lahaye par exem­ple. Il est remar­quable qu’elle change d’avis en cours de débat ce qui est encour­ageant. https://www.franceinter.fr/emissions/le-debat-de-midi
2017Une petite vidéo sym­pa sur les dif­férentes méth­odes de réé­d­u­ca­tion du périnée. Info grand publique rien de nou­veau pour le soleil pour un pro. J’ai appré­cié qu’Aurélie mette l’accent sur le choix de la méth­ode en fonc­tion du rap­port au corps de cha­cune d’entre nous.https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1922914814659651&id=1499373090347161
2017Suède: une étude va être financée (12, 3 mil­lions de couronnes) avec pour objec­tif d’étudier la ven­touse avec ou sans épi­siotomie. Au moins 700 femmes devraient être enrôlées. 🙁 https://www.mynewsdesk.com/se/danderyds_sjukhus/pressreleases/kan-klipp-minska-foerlossningsskador-1970496
2017Nous avons reçu la demande suiv­ante: Bonjour, Je suis jour­nal­iste indépen­dante et je tra­vaille sur la réal­i­sa­tion d’un doc­u­men­taire, pour la télévi­sion, sur les vio­lences obstétri­cales. Je suis au début de mon tra­vail, c’est à dire que je ren­con­tre mes inter­locu­teurs pour par­ler, m’informer et échang­er. Le tour­nage aura lieu dans un sec­ond temps, lorsque j’aurai trou­vé une boite de pro­duc­tion qui achète mon pro­jet, dans l’objectif de le ven­dre à une chaine. Je souhaite ren­con­tr­er des femmes qui on été vic­times de vio­lences obstétri­cales, d’épisiotomie notam­ment, cette année (2017) ou l’année dernière (2016). Mais aus­si des cou­ples, car je souhaite don­ner la parole aux hommes. Lors des pre­mières ren­con­tres, le plus impor­tant pour moi est de tiss­er un lien de con­fi­ance. C’est un tra­vail d’équipe, entre la per­son­ne qui souhaite s’exprimer, et moi qui rend ce mes­sage audi­ble. Le sujet touche à l’intime, c’est pourquoi je m’engage à ce que nos ren­con­tres soient con­fi­den­tielles. Et les inter­views filmés seront pré­parés en amont. Je me tiens à votre dis­po­si­tion pour toute infor­ma­tion com­plé­men­taire, Géraldine Bavoillot 0686175384 — geraldine.bavoillot@hotmail.fr
2017Connaissez‐vous des liens intéres­sants expli­quant les dif­férents recours dans les dif­férents pays fran­coph­o­nes? Nous avons des pages bien faites vers qui ren­voy­er pour la France mais nous souhai­te­ri­ons pou­voir pro­duire des doc­u­ments utiles pour toute la francophonie…Europe, Amérique du Nord, Afrique, Magreb…envoyez nous vos meilleurs liens! Merci pour votre aide pré­cieuse.
2017Pas encore lu mais c’est sur la pile: http://www.midwiferyjournal.com/article/S0266-6138(16)30207 – 8/fulltext
2017Vi våga vägra för­loss­ningsskador. Annie témoigne en sué­dois. après la nais­sance on lui a dit qu’elle avait déchirée mais le per­son­nel a “oublié” de pré­cisé que cette déchirure avait atteint les sphinc­ter et l’intestin sur 7 cm. Elle a donc dû le décou­vrir seule, après coup. Chaque jour elle rem­plit une servi­ette hygiénique de sell­es et n’ose plus men­er de nom­breuses activ­ités. Elle man­qué la pre­mière année de sa fille. Deux ten­ta­tives de restau­ra­tion de chirurgie répara­trice ont été ten­té mais il a fal­lu atten­dre 8 mois pour la pre­mière et 14 pour la sec­onde. Elle demande pourquoi, con­sid­ère -t‐on qu’elle vaut si peu? Lorsque son mari a expliqué la sit­u­a­tion à sa belle‐mère elle a eu telle­ment honte qu’elle l’a évité pen­dant des semaines. Alors elle veut bris­er le tabou pour qu’il y ait plus de spé­cial­istes, moins d’attente, mois de honte…Un jour Annie ira bien.
2017Mode fan‐club on: “Couper pour éviter de déchir­er, c’est débile” (…) “On pour­rait devenir exem­plaire en Europe” (…) “Le périnée est élas­tique. Respectons le stretch­ing, il faut laiss­er le temps, la nature a prévu ça. Le temps est très impor­tant pour dimin­uer le déchire­ment”, détaille‐t‐il avant de miser sur la nou­velle généra­tion d’obstétriciens pour con­tin­uer à baiss­er le taux d’épisiotomie. Super inter­view de Didier Riethmuller, chef du pôle mère‐femme du CHU de Besançon sur RTL girls, ce jour http://www.rtl.fr/girls/intime/l-episiotomie-n-evite-pas-la-dechirure-du-sphincter-assure-didier-riethmuller-7788597973
2017Mode fan‐club on: ““Couper pour éviter que ça se déchire, c’est débile” (…) “on pour­rai devenir exem­plaire en Europe” (..)“Le périnée est élas­tique. Respectons le stretch­ing, il faut laiss­er le temps, la nature a prévu ça. Le temps est très impor­tant pour dimin­uer le déchire­ment”, détaille‐t‐il avant de miser sur la nou­velle généra­tion d’obstétriciens pour con­tin­uer à baiss­er le taux d’épisiotomie.http://www.rtl.fr/girls/intime/l-episiotomie-n-evite-pas-la-dechirure-du-sphincter-assure-didier-riethmuller-7788597973
2017La page episio.info per­met le suivi de l’actualité (recherche, arti­cles de presse) et la dis­cus­sion de fond. Ce groupe fer­mé per­met le sou­tien de femme à femme. Nous tra­vail­lons en parte­nar­i­at. Merci aux per­son­nes qui en mod­érant ce groupe sont venues nous don­ner des forces nou­velles. 3
2017Hors sujet sans doute mais si l’une ou l’autre est de la région, et allaite avec facil­ité ce serait d’un grand sec­ours pour les enfants et leurs familles que de récolter un peu d votre sur­plus. L’hôpital de Cherbourg ne reçoit régulière­ment du lait que de 2 don­neuses! http://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/manche/nord-cotentin/cherbourg-en-cotentin/lait-maternel-hopital-cherbourg-lance-appel-aux-dons-prematures-1260099.html
2017Belle info­gra­phie sur la vio­lence obstétri­cale en français (anglais et espag­nol disponible sur le site) http://www.may28.org/wp-content/uploads/2014/04/Obstetric-Violence-FRENCH.png
2017Via Marc Zaffran, 10 témoignages de vio­lence obstétri­cale dont bien sûr plusieurs épi­siotomies. Morgane, 27 ans a don­né nais­sance dans le Val de Marne: “Le lende­main, j’ai décou­vert qu’ils m’avaient coupée trois fois. Pourtant mon bébé fai­sait 47cm pour 3,06kg.” (…) “Je n’envisage pas d’avoir d’autres enfants, j’ai beau­coup trop peur de l’accouchement.» https://www.buzzfeed.com/sandrinechesnel/10-femmes-nous-racontent-les-violences-obstetricales?utm_term=.kn94wnNKR#.nvjj0AP4L
2017Une jour­nal­iste de la presse fémi­nine souhait­erait un ou des témoignages d’épisiotomie sans info ni con­sen­te­ment. Je pré­cis­erai peut‐être la demande par la suite car je ne suis pas par­v­enue à l’avoir au télé­phone. Vous pou­vez me con­tac­ter en per­so pour que je vous mette en con­tact ou plac­er votre témoignage sous le fil (atten­tion dans ce cas il est pub­lic et pas for­cé­ment anonymis­able). Dites moi si vous souhaitez que votre témoignage soit anon­imisé (nou­veau prénom, pseu­do, prénom sans nom de famille ou si vous témoignez sous votre identité)…Dans la foulée je me dis qu’autant faire d’une pierre deux coups si vous souhaitez que votre témoignage soit ren­du pub­lic sur notre site cela sim­pli­fiera le tra­vail des jour­nal­istes les plus pré­caires qui tra­vail­lent pour avant‐hier. Donc indiquez moi pour quel sup­port vous acceptez de témoign­er. Merci!
2017Un arti­cle sur le périnée et sa per­cep­tion en Suisse. je n’ai pas encore exploré les liens cités. Et vous vous en pensez quoi ?https://www.letemps.ch/sciences/2017/03/03/perinee-dernier-tabou-lintimite
2017Il y a un petit soucis en fin d’article qui néces­site un petit mot de rap­pel factuel doc­u­men­té et une demande de cor­rec­tion. Je n’ai pas vu de con­tact par mail mais une adresse postale. Je le stoque pour m’y coller quand j’ai 2 min­utes. Si vous avez un peu de temps pour ce type d’activité signalez‐vous: à plusieurs on avance plus vite. Et à l’AFAR nous ne sommes pas con­tre de nou­veaux mem­bres! http://bx1.be/news/davantage-de-femmes-en-surpoids-ou-obeses-en-debut-de-grossesse-a-bruxelles/
2017J’étais cer­taine qu’elle percerait depuis que nous l’avions décou­verte et relayée les super BD sur l’épisiotomie de sa copine et les réac­tions que la BD avait sus­citée. Bravo Emma! Bon coup de cray­on, répar­ties sail­lantes et plein de sujet pris avec déter­mi­na­tion et tendresse.…http://cheekmagazine.fr/societe/emma-dessinatrice-femmes-charge-mentale/
2017France 2017, Manosque, une jeune femme trans­férée à l’hôpital pour hémor­ragie racon­te les remar­ques mul­ti­ples qui lui ont été faites d’avoir choisi d’accoucher à la mai­son, le refus de répon­dre à des ques­tions basiques sur ce qui a été fait comme soin et in fine décou­vre que ses lèvres ont été suturées ensem­bles, tirées et coincées dans le vagin par ailleurs resser­ré arti­fi­cielle­ment de plusieurs points. De ce fait le vagin est obstrué et par le rétres­sisse­ment et par les lèvres glis­sées en dedans, un espace cor­re­spon­dant à peine au pas­sage du petit doigt avait été lais­sé. Information décou­verte via Sutradu Lotus qui a don­né l’alerte sur plusieurs groupes. http://www.zinzine.domainepublic.net/emissions/CUP/2017/CUP2017-02 – 17-cup16violencesGyneco.mp3
2017Cette blogueuse est juste géniale! Elle nous racon­te son expéri­ence (en anglais), oui mais… elle ponctue son pro­pos de recherch­es récentes et cela change tout. Sur le soulage­ment de la douleur il n’y a pas foule d’études et je la suis les yeux fer­més. Sur la préven­tion il y a davan­tage de pub­li­ca­tions et on peut dis­cuter du choix de telle étude plutôt que telle autre. Mais waou, quel beau bil­let! http://www.evidentlycochrane.net/perineal-pain-birth-help/
2017Côte d’Ivoire, arti­cle qui remue les tripes avec des épi­siotomies payantes. La papi­er nous décrit le décès inutile d’une jeune femme incisée mais pas recousue car elle ne pou­vait pay­er. Quelle tristesse! http://news.abidjan.net/h/400376.html
2017Finlande: un arti­cle sur les déchirures graves (grade 3 – 4), plutôt en mode auto‐congratulation car les résul­tats fin­landais ( 1%) sont meilleurs que les sué­dois. La volon­té de per­me­t­tre de par­ler davan­tage de ces trou­bles est là (don­ner la parole aux femmes) mais les com­pli­ca­tions des déchirures et épi­siotomies restent large­ment sous estimés par l’article. https://svenska.yle.fi/artikel/2017/05/05/forlossningsskador-inget-man-talar-hogt-om
2017Suède (2017) un arti­cle avec un inter­view du pro­fesseur Olof Stefansson. On y apprend que le taux d’épisiotomie varie en Suède de 35, 7 % à l’hôpital de Karlskoga à 2,7 % à l’hôpital de Huddinge. Au niveau région­al les taux vari­ent de 25 % dans le comté de Västernorrland à 4,7 % dans le comté de Östergötland. Un dia­gramme mon­tre l’évolution des épisit­o­mies (prim­i­pares, mul­ti­pares et moyenne) entre les années 2000 et 2015. http://www.aftonbladet.se/nyheter/a/JmWpb/experten-om-man-kan-undvika-klipp-ar-det-bast-for-alla
2017Suède (2016) Un arti­cle de jour­nal mal infor­mé sug­gère de faire plus d’épisiotomies pour baiss­er le nom­bre des déchirures sévères du périnée. Je viens de lui envoy­er un petit mot doc­u­men­té. http://www.gp.se/ledare/något-är-ruttet-med-den-svenska-förlossningsvården-1.3522929
2017Beaucoup d’articles parus sur cette études por­tant sur 69 femmes dans la presse, je pense que je vais les met­tre l’un sous l’autre en com­men­taires car ils sont redon­dants et n’apportent pas d’infos sup­plé­men­taires. Par con­tre voici l’étude en ques­tion, acces­si­ble en texte com­plet en ligne ou en pdf. Bonne lec­ture et bon dimanche! https://www.dovepress.com/body-after-baby-a-pilot-survey-of-genital-body-image-and-sexual-esteem-peer-reviewed-article-IJWH
2017Encore un arti­cle sur cette étude sur 69 femmes. “Ce qui est très préoc­cu­pant, c’est que nous avons exporté cette méth­ode vers les pays en développe­ment où le taux est extrême­ment élevé, en par­ti­c­uli­er pour les mères qui accouchent pour la pre­mière fois”. Ruth Zielinski, auteur de l’étude. https://www.topsante.com/maman-et-enfant/accouchement/episiotomie-tout-savoir/l-episiotomie-provoque-des-troubles-psychologiques-617480
2017Un arti­cle tout nou­veau tout chaud rend compte d’une étude parue le mois dernier et por­tant sur 69 femmes. “Au total, 84% des par­tic­i­pantes ont décrit des change­ments au niveau du vagin et du rec­tum après la nais­sance de leur enfant. Parmi elles, 15 ont eu une épi­siotomie, 28 ont con­nu des déchirures vagi­nales de sévérité vari­able et 23 des déchirures anales. Celles ayant eu une épi­siotomie ont obtenu les scores les plus bas au ques­tion­naire. «Ce sont ces femmes qui ont la vision la plus néga­tive de leur corps et de leur vie sex­uelle», expliquent les auteures.” Je vous posterai dans les jours qui vien­nent l’étude en ques­tion. http://sante.lefigaro.fr/article/l-episiotomie-un-coup-dur-pour-l-intimite-des-femmes
2017“Le tra­vail a été appelé fonc­tion nor­male, et nom­breux sont ceux qui le croient encore. Il est tou­jours dif­fi­cile pour les médecins comme pour les pro­fanes d’appeler le tra­vail fonc­tion anor­male, une mal­adie, et pour­tant c’est incon­testable­ment un proces­sus pathologique. Chaque chose, bien sûr, dépend de ce que nous définis­sons comme nor­mal. Si une femme tombe sur une fourche et enfonce le manche à tra­vers le périnée, nous con­sid­érons cela comme pathologique, anor­mal, mais si un gros bébé s’enfonce à tra­ver­sée planch­er pelvien, nous dis­ons que cela est naturel, et par con­séquent nor­mal. Si un bébé se trou­ve avoir la tête prise dans une porte, légère­ment mais assez pour causer une hémor­ragie cérébrale, nous diri­ons que c’est incon­testable­ment pathologique, mais si la tête du bébé est écrasée con­tre un planch­er pelvien ten­du et ser­ré , et qu’une hémor­ragie cérébrale le tue, nous appelons cela nor­mal, tout au moins nous dis­ons que la fonc­tion est naturelle, non pathogène. Dans les deux cas, la cause du dom­mage est pathogène. Dans le cas de la fourche et le cas de l’enfant coincé dans la porte, il y a une cause de mal­adie, et tout ce qui est pathogène est pathologique ou anor­mal.” J Delee, 1920 in Gisèle Steffen, L’épisiotomie pro­phy­lac­tique dite de rou­tine est‐elle jus­ti­fiée? Compte ren­du de recherch­es sur les dernières pub­li­ca­tions, 1990
2017Je vous gâte pour cette fin de semaine avec des sujets essen­tiels comme: ce bon vieux bidet pour soulager les suites de couch­es? http://www.foxnews.com/lifestyle/2017/04/17/bidet-use-on-rise-in-us-do-need-one.html
2017C’est le WE, voici le dernier arti­cle paru, je vous laisse la parole, à vos com­men­taires. http://www.glamourparis.com/amour-et-sexe/sexualite/articles/le-vrai-faux-du-sexe-apres-laccouchement/52313
2017Un dossier très com­plet du Figaro: témoignages (dont plusieurs épi­siotomies, inter­views croisées d’associations et col­lec­tif, gyno‐obs, sages‐femmes, juristes…). Pour vous don­ner envie de le lire une petite cita­tion et votre sang j’en suis sûre ne fera qu’un tour: «Au moment de l’accouchement, tout le sang est drainé vers l’utérus, au détri­ment du cerveau. La manière dont on vit et décrit a pos­te­ri­ori son accouche­ment peut ne pas cor­re­spon­dre com­plète­ment à la réal­ité.» (Pr Nisand). http://grand-angle.lefigaro.fr/quand-laccouchement-se-vit-dans-la-violence
2017Via Blandine Marie Bonjour, J’ai le plaisir de vous annon­cer que le groupe : “SOUTIEN, AIDE ET INFORMATION AUTOUR DE L’ÉPISIOTOMIE” a ouvert ses portes ! https://www.facebook.com/groups/207359699755701/?ref=group_coverfaut C’est un groupe fer­mé, et l’admission s’y fait sur les mêmes modal­ités que sur ce groupe : vous envoyez une demande, une admnin vous répond avec la charte et une demande de présen­ta­tion brève, et pourquoi vous venez, et vous approu­vez la charte. Et une admnin valide. Le groupe est encore un peu en chantier, mais on tra­vaille dessus 😀 !
2017Publi reportage dans le New York post avec une vidéo bien fichue sur l’utilisation de l’epi-no. Pour rap­pel pour le moment peu d’études sur le sujet et sur un petit nom­bre de femmes avec des con­clu­sions con­tra­dic­toires et mou­vante des taux d’épisiotomie impor­tant dans les deux groupes. Des études plus impor­tantes vien­nent de sor­tir (je n’ai pas fini de lire je vous en repar­lerai) con­clu­ent l’une sur l’inutilité de l’objet et l’autre sur son util­ité poten­tielle devant être étudiée plus serieuse­ment. http://nypost.com/2017/04/11/pregnant-american-women-are-anxious-to-get-this-foreign-sex-toy/
2017Via le CIANE, dont notre asso­ci­a­tion l’alliance Francophone pour l’Accouchement Respecté (AFAR) est un mem­bre act­if. C’est une bonne occa­sion pour lire ou relire notre bib­li­ogra­phie sur la vio­lence obstétri­cale. http://afar.info/wp/docs/Bibliographie-violenceobs-2016.pdf episio.info est une opéra­tion de l’AFAR des­tiné à main­tenir la pres­sion pour faire baiss­er le taux d’épisiotomie et à informer sur cette opéra­tion et ses con­séquences.
2017Ce site pro­pose une astuce (en anglais) pour calmer les douleurs des suite de couch­es après une épi­siotomie ou une déchirure: utilis­er un préser­vatif rem­pli d’eau et mis à gel­er. La capote glacée est ensuite enroulée dans un morceau de coton et placé sur le périnée. https://www.romper.com/p/how-to-make-vagina-ice-pops-because-your-postpartum-recovery-deserves-the-chill-50840
2017Fait divers: en Inde un interne pra­tique une épi­siotomie dans un train guidé par un médecin joint sur whats app. D’après l’article le bébé arrivait par l’épaule avec des soucis res­pi­ra­toires. http://www.ndtv.com/offbeat/how-a-nagpur-mbbs-student-delivered-a-baby-on-train-thanks-to-whatsapp-1679662
2017Pour éviter l’épisiotomie il faut ranger les ciseaux . Ceci dit les nou­velles méth­odes de préven­tion de la préven­tion foi­son­nent. Après le fit­ness, le mas­sage, la gon­flette voici les huiles essen­tielles: “C’est durant ma grossesse que j’ai décou­vert le pou­voir des huiles essen­tielles : grâce à l’huile de soin pour l’assouplissement du périnée, con­seil­lée par ma kiné, j’ai évité l’épisiotomie ! Depuis, je suis dev­enue une adepte des “HE”.” http://weekend.levif.be/lifestyle/beaute/valentine-a-teste-un-atelier-d-huiles-essentielles/article-normal-638591.html
2017Via la mater­nité de Nanterre, comme quoi il est pos­si­ble de con­stituer des cer­cles vertueux: bonnes con­nais­sances de la recherche donc taux d’épisiotomie bas (2,2%) et tra­vail éthique sur le con­sen­te­ment. Bravo pour cette poli­tique!
2017Dernière actu dans par­ents: http://www.parents.fr/nos-experts/sexologue/la-cicatrice-de-mon-episio-me-fait-souffrir-quand-je-fais-lamour-jai-peur-de-ne-plus-jamais-avoir-de-plaisir-164944
2017Suite à une dis­cus­sion sur le groupe Echange pour l’accouchement à domi­cile voici une mes­sage de Blandine Marie. Ce groupe aurait une fonc­tion de sou­tien aux per­son­nes mais per­me­t­trait des échanges pour abor­der les douleurs, les dif­fi­cultés de reprise des rap­ports, les recherch­es de solution.….Episio.info est davan­tage dans une dimen­sion de veille et de rebond sur l’actualité. Voilà, n’hésitez pas à vous sig­naler car pour avoir mod­ér­er longtemps ce type de groupe c’est mangeur de temps et Blandine et moi seule n’y suf­firi­ons pas. A bien­tôt. /Barbara Strandman *** GROUPE DE SOUTIEN ET D’INFORMATION SUR L’ÉPISIOTOMIE *** Suite à la dis­cus­sion ini­tiée par Laurence sur l’épisiotomie et à la propo­si­tion de Barbara de créer un groupe sur le sujet, qui serait OK pour y par­ticiper : — en tant qu’admnin ? — en tant que per­son­ne intéressée ? Signora est déjà ok pour être de l’aventure (comme admnin j’espère !) Barbara un ou plusieurs mem­bres de episio.info (grrrrrr ça veut pas tagguer) sont les bien­venus, évidem­ment. Amies SF (et élèves SF) j’aimerais con­stituer un pan­el de “con­sul­tantes” afin d’avoir des points de vues pros, sur le groupe, pas for­cées du tout de tout suiv­re, mais pou­vant répon­dre à des deman­des ponctuelles ; des volon­taires ?
2017Bon évidem­ment il vaut mieux lire ça que d’être aveu­gle. Le sport c’est bon pour la san­té, certes. Cependant pour éviter l’épisiotomie ce n’est pas de fit­ness dont nous avons besoin mais d’une sage‐femme ou d’un obstétricien à jour des con­nais­sances de la recherche. Allez on laisse un petit mot ?http://miami.cbslocal.com/2017/04/03/moving-u-getting-fit-for-birth-for-a-healthy-baby/
2017Via Echange pour l’accouchement à domi­cile. De l’art pour dénon­cer, Courbet revis­ité: http://leedor.com/2016/05/11/maria-pichot-violencia-obstetrica-e-historia-del-arte/
2017Via la Lettre péri­na­tal­ité. a par­tir de la minute 18 une descrip­tion de l’épino. Pour rap­pel pour éviter l’épisio le mieux c’est de ranger les ciseaux, de for­mer l’accompagnant par la lec­ture de la lit­téra­ture et le com­pagnon­nage auprès d’un/d’une con­frère ayant con­sid­érable­ment baiss­er ses taux et enfin bien sûr de dis­pos­er de ses sta­tis­tiques per­so pour un retour sur sa pra­tique. Notons que l’utilisatrice est ici sat­is­faite mais que les incon­vénients engen­drés par l’appareil ne sont pas décrits: dans l’étude de Ruckhaberle (2009): 8 % de saigne­ments (dont le gyné­co­logue nous dit qu’ils impliquent une con­sul­ta­tion), 9% de douleur; 1,5 % de con­trac­tion, 15 % d’éclatement du bal­lon (ça peut être drôle ou pas) , 6% d’abandon en court d’étude (pas d’explications sur les caus­es dans l’étude). Pas de présen­ta­tion du fait que les études (de petites tailles !) ne dis­ent pas toutes la même chose, ni comme le fait remar­quer Sophie Gamelin‐Lavois rien sur les aspects hor­maux de l’ampliation. Donc pour résumer: le pro­fes­sion­nel est respon­s­able de ce que font ses mains. La majorité des épi­siotomies sont faites sans indi­ca­tions médi­cales en fonc­tion des habi­tudes. Les femmes doivent recevoir une infor­ma­tion loyale. Ce sujet reste con­tro­ver­sé, vous pou­vez choisir en fonc­tion de votre ressen­ti (moment agréable ou non, à l’aise avec l’idée ou non…). L’étude de Ruckäberle mon­tre une dif­férence de 41,9% d’épisio avec epino (ça fait encore 4 femmes sur 10 de mal gaûlées ou beau­coup de gestes inutiles au choix) con­tre 50,5 % avec sachant que l’étude (sur 276 per­son­nes) est réal­isée durant une péri­ode oú l’épisiotomie chute con­sid­érable­ment en Allemagne (60 % en 200 con­tre 37 % en 2002), sur 4 hôpi­taux qui n’ont pas har­mon­isés leurs pra­tiques et qui n’ont pas for­cé­ment le même nom­bres de sf et gyné­co.…
2017Un petit topo des­tiné au pros comme on les aime. Bien à jour tant sur le plan sci­en­tifique et qu’historique. Cerise sur le gâteau: la recon­nais­sance de l’importance de la pres­sion des usagers (veille sur la recherche de l’AFAR, SMAR 2004, sai­sine de l’ANAES, actions et réac­tions du CIANE, presse, cita­tion de l’AFAR en 2014.…) et des propo­si­tions pour favoris­er la baisse des taux et un soin opti­mal. Bravo au dr Martino ! http://www.hopital-saint-joseph.fr/1_votre_hopital/1d_vous_entrez_a_l_hopital/docs/Episiotomie.pdf
2017Un arti­cle de décem­bre. Je reviens un peu en arrière pour récupér­er les arti­cles que nous avons man­qués durant mon coup de mou.http://www.20minutes.fr/sante/1971587 – 20161212‐maternite‐episiotomie‐cauchemar‐feminin‐dont‐parle‐assez
2017Un témoignage en anglais. “Your sex­u­al health is just as impor­tant as any­thing else in your life. I nev­er thought I’d have vagi­na ther­a­py but I’m very glad I did.” http://thespinoff.co.nz/parenting/23 – 03‐2017/i‐had‐vagina‐therapy‐with‐a‐vagina‐physiotherapist/
2017Allez je le refais pass­er. Mon pre­mier com­men­taire avait dis­paru mais qu’à cela ne tienne, je m’y suis remise. http://www.marieclaire.fr/,temoignage-episiotomie-ratee,848523.asp
2017Désolée je sauve le lien pour moi. Article très inter­res­sant sur les dif­férences de taux d’épisio et de déchirures graves en Suède avec les docs offi­ciels à éplucher. Il va fal­loir met­tre en valeur les bons résul­tats de Besancon en sué­dois et pro­pos­er des jume­lages avec Stockholm! http://www.svt.se/nyheter/inrikes/forlossningskador-skiljer-stor-mellan-landstingen http://www.socialstyrelsen.se/Lists/Artikelkatalog/Attachments/20498/2017 – 3-3.pdf
2017Merci à Aurélie Sogny et Marie‐Claire de pub­li­er cet arti­cle qui cor­re­spond mieux au vécu des femmes que celui de la semaine dernière. 3 Ne lâchez pas le sujet ! Jessica vous pou­vez lire la page soulager sur le site http://www.episio.info et pos­er vos ques­tions sur notre page face­book. https://www.facebook.com/episio/?fref=nf https://www.facebook.com/episio/?fref=ts Pour faire chang­er les pra­tiques ou recevoir le sou­tien dont vous avez besoin rejoignez‐nous au sein de l’AFAR (asso­ci­a­tion mem­bre du CIANE) http://afar.info https://www.facebook.com/afar.info/?fref=ts http://ciane.net/2016/05/maltraitances-obstetricales-actions/
2017Pas de men­tion d’indication médi­cale, non écoute, non soulage­ment de la douleur, manque d’informations en suite de couch­es, des pre­miers mois gâchés par la douleur et au final la crainte de repass­er par là pour un autre enfant. Merci à Marie‐Claire que nous avons épinglée il ya quelques jours de faire aujourd’hui un arti­cle plus con­forme à nos vécus. http://www.marieclaire.fr/,temoignage-episiotomie-ratee,848523.asp
2017Chez vous le lun­di à 9.30 ? Les émis­sions en direct de Sophie Gamelin‐Lavois (Lettre péri­na­tal­ité, site Projet de nais­sance) sont là: https://www.facebook.com/projetdenaissance/ et c’est main­tenant! Vous avez raté le coche, pas de soucis, il est pos­si­ble de regarder après coup et de lire les ques­tions, com­men­taires.…
2017La vidéo est meilleure que l’article qui est vieux jeu. Il est pos­si­ble d’avoir des rap­ports dès lors que l’envie est là pour les parte­naires. Il est par­faite­ment pos­si­ble de faire l’amour pen­dant les loc­chies ou les règles.… Si une femme n’a pas d’épisiotomie ou de déchirure douloureuse et qu’elle est disponible émo­tion­nelle­ment pour un rap­port elle fait ce qu’elle veut! “Physically speak­ing, a woman can have inter­course when the integri­ty of the per­ineum has returned and lochial dis­charge ceas­es. This may be com­plete with­in two to four weeks post­par­tum, but varies between indi­vid­ual women.” voir égale­ment “Many women do not desire sex­u­al activ­i­ty at this time, to allow prop­er heal­ing to occur. If a woman returns to her doc­tor with a gap­ing epi­sioto­my, one rea­son may be pre­ma­ture sex­u­al activ­i­ty pri­or to prop­er per­ineal heal­ing, often forced by her part­ner.” http://www.news-medical.net/health/How-Soon-Can-You-Have-Sex-After-Having-a-Baby.aspx
2017Pfff ce ton débil­i­tant ! J’ai mis un petit com­men­taire et vous ? http://www.magicmaman.com/,episiotomie-quand-comment-et-pourquoi,3344574.asp
2017Voilà ça c’est de l’article et de la belle ouvrage! Bravo à Renée Greusard! https://www.facebook.com/lapaodebxl/posts/10155209849772578
2017Découvrez la chaîne you tube de Sophie Gamelin‐Lavois et retrouvez‐la en direct tous les lundis matin à 9.30 pour pos­er vos ques­tions autour d’un thème. Elle prévoit le thé, pensez aux madeleines ..lun­di dernier le pro­jet de nais­sance (après 4 min­utes) https://m.youtube.com/watch?v=yli9dHAVNw0
2017Vous vous sou­venez il y a 2 jours j’écrivais à l’équipe de Blausen a pro­pos d’une ani­ma­tion médi­cale sur l’épisiotomie en sué­dois qui com­por­tait des erreurs. L’équipe char­mante m’a répon­du de Houston pour me dire qu’ils allaient rapi­de­ment revoir cette vidéo et me deman­der si je souhaitais être infor­mée lors de la nou­velle pub­li­ca­tion. Bien enten­du j’en serai ravie! D’autant que j’imagine que cette vidéo existe en dif­férentes langues. Et bien sûr je leur ai envoyé le lien vers cet arti­cle pour faciliter leur tra­vail. En effet 0,4 % d’épisiotomie (Sutter Davis hos­pi­tal) est le taux le plus bas que j’ai pu réper­to­ri­er. Parfois il suf­fit de 3 lignes pour faire avancer le droit des femmes au meilleur soin! 3 http://californiahealthline.org/news/dont-cut-me-discouraged-by-experts-episiotomies-still-common-in-some-hospitals/
2017Je ne l’ai pas encore lu. Mais le titre est promet­teur! On en par­le ?https://www.sciencedaily.com/releases/2016/08/160823102234.htm
2017Cet arti­cle en anglais abor­de la ques­tion de la douleur (brûlure, picote­ments…) lorsque la femme fait pipi après une épi­siotomie ou une déchirure. Il ne par­le par con­tre pas de la crainte qu’on beau­coup de femmes du retour des sell­es et d’avoir à pouss­er. Encore un effort à faire pour se sen­tir libre d’aborder toutes les ques­tions! https://www.romper.com/p/does-it-hurt-to-pee-after-giving-birth-it-wont-be-pleasant-41824
2017La sit­u­a­tion effroy­able dans une région du Maroc à la fron­tière avec l’Algérie. http://www.huffpostmaghreb.com/dr-zouhair-lahna/le-8-mars-la-femme-et-le-bistouri_b_15259664.html
2017Cette vidéo et cette page en sué­dois pré­tend que l’épisiotomie per­met de prévenir les déchirures. Je leur ai écrit pour qu’ils rec­ti­fient l’information. “Hi! thanks you for your intress about epi­sioto­my The page epi­sioto­my in Swedish says thats epi­sioto­my are done when the open­ing is for tight or to avoid tears. This is actu­al­ly no med­ical indi­ca­tion. Research done since the 80’s that epi­sioto­my do not pre­vent tears. The only sys­tem­at­ic med­ical indi­ca­tion nowa­days in France is small per­ineum (less than 1 cm). Other sit­u­a­tions like macro­so­mia, for­ceps, pre­ma­tu­ri­ty or foetal dis­tress doesn’t need sys­tem­at­ic epi­sioto­my. Seven hos­pi­tal at least has already epi­sioto­my rates under 1 % (Besançon in France, the oth­ers in California USA). For more infor­ma­tion please check episio.info (in French) or our data­base with 412 stud­ies on epi­sioto­my http://naissance.asso.fr/biblio/result.php?sujet=épisiotomie&sortfield=annee&sortorder=descend&lang=en (in English)” /Barbara Strandman for episio.info http://blausen.com/sv/video/episiotomi/
2017Une jeune femme racon­te son épi­siotomie sans con­sen­te­ment et les suites en langue anglaise. Je rap­pelle à cette occa­sion qu’il est pos­si­ble de pra­ti­quer une ven­touse sans épi­siotomie. Les extrac­tions instru­men­tales restent néan­moins éprou­vantes pour le périnée et plus sus­cep­ti­bles de rac­com­pa­g­n­er de dom­mages. https://www.romper.com/p/8-things-i-wasnt-prepared-for-when-i-had-episiotomy-35028
2017La lutte pour faire respecter l’avis de la femmes (pas d’épisio sans con­sen­te­ment, respect du droit de refuser l’acte) et pour ren­dre la pub­li­ca­tion des taux oblig­a­toire con­tin­ue! En avant!!! NB: la recom­man­da­tion de l’OMS est main­tenant anci­enne et devrait être revu à la baisse. http://www.marieclaire.fr/,episiotomie-accouchement,846248.asp
2017Pour les médecins incré­d­ules, l’épisio ca fait TRÈS mal: “Many women expe­ri­ence pain in the per­ineum (the area between the vagi­na and anus) fol­low­ing child­birth. The per­ineum may be bruised or torn dur­ing child­birth, or a cut made for the baby to be born (an epi­sioto­my). After child­birth, per­ineal pain can inter­fere with women’s abil­i­ty to care for their new­borns and estab­lish breast­feed­ing. If per­ineal pain is not relieved effec­tive­ly, longer‐term prob­lems for women may include painful sex­u­al inter­course, pelvic floor prob­lems result­ing in incon­ti­nence, pro­lapse or chron­ic per­ineal pain. ” http://www.clinicalpainadvisor.com/acute-pain/episiotomy-related-pain-relieved-by-aspirin/article/641860/
2017Pour agir, rejoignez‐nous: http://afar.info ou sur face­book: https://www.facebook.com/episio/ https://www.facebook.com/afar.info/
2017Retour sur l’utilisation d’enzyme (Hyaluronidase) sur la préven­tion des trau­ma­tismes périnéaux: pas de résul­tats con­clu­ants. Etude de Zhou et al. (2014). http://www.cochrane.org/fr/CD010441/utilisation-de-hyaluronidase-pour-reduire-les-traumatismes-du-perinee-pendant-laccouchement-par-voie-basse
2017Vous êtes opérée du bras: on vous annonce une cica­tri­sa­tion en sur­face sur quelques jours et en pro­fondeur sur un peu plus d’un an. Le risque infec­tieux est inhérent à l’opération. Vous êtes opérée du périnée ça change tout…Non, les femmes qui ont une infec­tion ne sont pas des souil­lons! http://www.medisite.fr/accouchement-comment-entretenir-son-hygiene-intime-apres-laccouchement.1226907.31155.html
2017Pour info, une arti­cle sur l’épi-no, ne vous étouf­fez pas. Je regarde l’étude en ques­tion et je fais un com­men­taire mais grosso modo en util­isant un gad­get les soignants s’autorisent à faire moins d’épisio et donc sur­prise ils ont plus de périnées intacts. Dingue ! Bon, l’article ignore que la grande majorité des épi­siotomies ne cor­re­spond à aucune indi­ca­tion médi­cale. Donc en avant pour la préven­tion de la préven­tion qui s’est avérée être nuis­i­ble aux femmes sans trop de recul.… http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/sur-le-radar/20170228.OBS5926/accouchement-gonfler-un-ballon-dans-son-vagin-pour-eviter-l-episio.html /Barbara
2017Un site qui peut intéress­er nom­bre d’entre nous: http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20170228.OBS5923/gynopedia-le-wikipedia-de-ton-vagin-partout-dans-le-monde.html
2017Communiqué du CIANE (col­lec­tif interas­so­ci­atif autour de la nais­sance): “La vio­lence dans les soins est intolérable et choquante. Chacun souhaite aller plus loin, plus vite, plus fort pour défendre le droit des patients et des femmes. Le Ciane agit dans la mesure de ses moyens humains et financiers, sans s’arroger le mono­pole de cette lutte.” http://ciane.net/2017/03/violences-obstetricales-dabord-ne-pas-nuire/
2017La jour­nal­iste Linh Lan Dao nous écrit :“Bonjour, je me per­me­ts de partager avec vous ma vidéo Draw my news sur l’épisiotomie que j’ai réal­isée avec vos don­nées. Bien à vous.” Voilà qui fait chaud au coeur! Une vidéo de vul­gar­i­sa­tion effi­cace à partager en masse. Bravo! https://www.youtube.com/watch?v=YAhMKyb8ra0
2017Voici comme promis la demande de la jour­nal­iste Mathilde Gautry. Je l’ai eu 2 fois au télé­phone et je peux vous assur­er qu’elle est très motivée et épluche en ce moment même la bib­li­ogra­phie de l’AFAR sur les vio­lences obstétri­cales. N’hésitez pas à la join­dre directe­ment ou à me laiss­er vos coor­don­nées pour que je trans­mette. “Pour rap­pel, je tra­vaille pour la chaine M6. Dans le cadre d’un pro­jet doc­u­men­taire sur les vio­lences obstétri­cales et les nou­velles méth­odes d’accouchement, je souhait­erais être mise en rela­tion avec des femmes ayant subit une épi­siotomie abu­sive et non con­sen­tie. L’objectif serait de revenir sur les faits ain­si que d’enquêter sur les méth­odes des mater­nités qui pra­tiquent de façon quasi‐systèmatique l’épisiotomie. Dans ce cadre le témoignage d’une sage femme ayant assistée à des faits de vio­lences obstétri­cales serait intéres­sant, nous pour­rions met­tre en lumière ces deux témoignages. Nous cher­chons des per­son­nes dynamiques qui accepteraient de nous faire part de leur expéri­ence à vis­age décou­vert afin de représen­ter toutes les femmes qui n’ont pu inter­venir. Je suis à votre dis­po­si­tion pour toutes infor­ma­tions com­plé­men­taires. Merci d’avance pour votre pré­cieuse aide. Cordialement, Mathilde Gautry Journaliste +33 156261676 +33 623375781 mgautry@tonycomiti.com
2017Article de bonne volon­té mais con­fus. http://www.lexpress.fr/actualite/societe/sante/episiotomie-il-faut-expliquer-et-justifier-l-acte-avant-de-sortir-le-scalpel_1873572.html
2017Article réservé aux abon­nés. Quelqu’une l’a sous le coude ?http://www.estrepublicain.fr/edition-de-besancon/2017/02/24/episiotomie-l-indesirable-du-chru
2017Via Collectif CIANE: “Le Ciane se félicite de cette prise de con­science de plus en plus impor­tante des soignants sur le sujet de l’épisiotomie et de son util­ité, tant du point de vue médi­cal que de son vécu par les femmes. Rappelons que nous y tra­vail­lons depuis plus de 15 ans, et sommes fièr.e.s que ce com­bat soit posi­tion­né dans une lutte fémin­iste. Il reste beau­coup à faire, et nous con­tin­uerons d’œuvrer afin d’obtenir non seule­ment la pub­li­ca­tion des taux d’épisiotomie par mater­nité, mais aus­si leur diminu­tion. Des mater­nités prou­vent tous les jours qu’il est pos­si­ble de l’abaisser dras­tique­ment, alors partagez avec nous cette infor­ma­tion !” http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/des-gynecologues-et-des-femmes-se-mobilisent-contre-l-episiotomie-21 – 02‐2017 – 6697542.php
2017Bonjour, après quelques mois dif­fi­ciles sans ordi­na­teur pour ani­mer la page me revoilou. Au pro­gramme de cette fin de semaine les derniers arti­cles parus sur l’épisiotomie, des rap­pels his­toriques et des deman­des de témoignages sur vos épi­siotomies pour la télé. Hop, hop, hop, à toute suite, gardez un oeil sur la page !
2017Via Sophie Gamelin‐Lavois, une petite vidéo rafraichissante qui par­le du statut de la femme et… du point du mari! http://bit.ly/2ktOYWd
2017Le rap­port d’activités du CIANE est arrivé! http://ciane.net/wordpress/wp-content/uploads/2017/01/ActiviteCiane2016.pdf
2016L’endométriose au niveau de la cica­trice de l’épisiotomie — une com­pli­ca­tion rare et peu doc­u­men­tée. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3998897/#!po=0.625000
2016Voilà 12 ans main­tenant que nos asso­ci­a­tions font cam­pagne sur ce sujet ! Nous avons recen­sé plus de 400 arti­cles démon­trant l’inutilité de cet acte muti­la­toire : http://afar.info/sujet=épisiotomie http://m.20minutes.fr/sante/1971587 – 20161212-maternite-plus-francaise-deux-estime-etre-assez-informee-episiotomie?ref=http%3A%2F%2Fm.facebook.com
2016https://www.chu-besancon.fr/smfc/pdf201206/12 – 06-07.pdf
2016Avec une chou­ette vidéo à l’intérieur. https://www.facebook.com/marc.zaffran/posts/10154605239543150
2016Un grand nom­bre de pro­fes­sion­nels ignorent encore l’état de la recherche sur l’épisiotomie. Les témoignages restent méprisés, la bru­tal­ité jus­ti­fiée en dépit du bon sens et du pro­fes­sion­al­isme. Le soin de qual­ité est pour­tant pos­si­ble cer­taines d’entre nous l’ont expéri­men­té. http://www.facebook.com/groups/mouvementsoutienAAD/permalink/987810964663722/
2016Via Marie‐Hélène Lahaye une annonce pour un tra­vail jour­nal­is­tique: Documentariste pour France Culture, je tra­vaille depuis plusieurs années sur les fémin­ismes: https://www.franceculture.fr/emissions/grande-traversee-womens-power-les-nouveaux-feminismes/nos-corps-nos-choix http://www.franceculture.fr/…/grande-traversee-womens-power… http://www.franceculture.fr/emissions/nasawiyat Actuellement je pré­pare pour l’émission “Les pieds sur terre”, dif­fusée tous les jours à 13h 30 sur France Culture , plusieurs doc­u­men­taires autour de la mise au monde. J’aimerais enreg­istr­er plusieurs femmes (et/ou hommes) me racon­tant, en détail le déroulé de leur accouche­ment. (ou des sages femmes, médecins etc…) L’idée prin­ci­pale est de faire enten­dre, à tra­vers ces réc­its, les vio­lences obstétri­cales lors de la grossesse et de l’accouchement. Mais je suis aus­si intéressée par des réc­its plus joyeux, plus heureux. Je trou­ve qu’on ne racon­te jamais nos accouche­ments, vrai­ment, pleine­ment. Et cela per­me­t­trait de mieux appréhen­der les choses, dénon­cer les dérives, réfléchir à ce que l’on souhaite, retir­er la peur… C’est pour cette rai­son que je souhaite réalis­er cette émis­sion. Il y aura une ou plusieurs émis­sions d’une demi heure cha­cune. Avec plusieurs réc­its. De la même manière, je réfléchis égale­ment à une émis­sion autour des fauss­es couch­es, sujet tout aus­si taboux et dont, il me sem­ble, il serait vrai­ment impor­tant de par­ler beau­coup plus. Il s’agit d’un doc­u­men­taire, donc l’enregistrement ne se passe pas en stu­dio ni en direct. Il s’agit d’une ren­con­tre avec moi et mon (petit) micro. Il n’y a pas d’image puisque c’est la radio! Donc ça peut être tout à fait anonyme. Pour celles ou ceux qui seraient intéressés, mer­ci de me laiss­er vos coor­don­nées télé­phoniques. Je vous appellerai et nous en dis­cuterons ensem­ble. Merci d’avance. A bien­tôt Cordialement Charlotte Bienaimé France Culture 0664762942 “Nos corps, nos choix” IVG et mater­nités. franceculture.fr
2016Nouvel arti­cle qui dénonce les pra­tiques inac­cept­a­bles. Merci à Marie‐Hélène Lahaye et Martin Wincler! http://www.francetvinfo.fr/sante/cesariennes-a-vif-episiotomies-imposees-le-grand-tabou-des-violences-durant-l-accouchement_1881273.html
2016Canada: plas­tie de la vul­ve, des lèvres et du vagin. Un pas­sage sur le point du mari.://m.ledevoir.com/article-482737
2016La let­tre d’information du CIANE du mois d’octobre 2016 est arrivée. Saviez‐vous que le CIANE par­ticipe à l’élaboration du DIU (diplôme inter‐universitaire) sur la vio­lence obstétri­cale? Connaissez‐vous Bien‐Naître Nantes une des plus anci­ennes asso­ci­a­tions du paysage péri­na­tal français? Enfin jetez un œil à l’agenda de ce mois et à nos pro­jets et vous com­pren­drez que quelques bonnes volon­tés pour ren­forcer nos équipes ne seraient pas de trop ! Bonne lec­ture. 🙂 Episio.info est une action de l’AFAR, asso­ci­a­tion mem­bre du CIANE.
2016Via Marc Zaffran voici le guide illus­tré pub­lié par le Collectif Interassociatif sur la Santé (CISS) avec plein d’infos dedans. Bonne lec­ture 🙂 http://leciss.org/sites/default/files/Guide-CISS-Sante-BD.pdf
2016Pour celles et ceux qui n ‘ont pas pu se ren­dre au dernier col­loque de la Société d’Histoire de la Naissance Marie‐Hélène Lahaye a con­coc­té un réca­pit­u­latif des tweets qui per­met de pren­dre con­nais­sance de ce qui s’y est dit et de patien­ter en atten­dant les actes du col­loque. Bonne Lecture. https://storify.com/MHLahaye/6ecolloqueshn1epartie
2016Complétement hors sujet ? et pour­tant on retrou­ve: le bas­cule­ment du ser­ment d’Hyppocrate vers “mieux vaut prévenir que guérir” avec pour corol­laires la manip­u­la­tion, le men­songe ou la dif­fu­sion d’informations fauss­es ou tron­quées, le mépris du con­sen­te­ment, la banal­i­sa­tion d’actes médi­caux intrusifs, la nor­mal­i­sa­tion.… Avec pour prix humain très lourd des séquelles médi­cales, le vécu de type viol/torture de la per­son­ne, l’atteinte aux rela­tions avec les proches. Finalement d’ici quelques années une thèse pour­rait ten­ter de voir ces sujets dans leur glob­al­ité: quand la médecine déter­mine ce que doit être un homme, une femme et leur sex­u­al­ité. https://temoignagesetsavoirsintersexes.wordpress.com/2016/09/07/medicalisation-des-intersexes-de-la-theorie-a-la-pratique/
2016““The deci­sion to per­form epi­siotomies or cae­sare­an sec­tions are always based on clin­i­cal need. Specialist staff re‐evaluate these deci­sions based on con­di­tions at the time.” Non! Lorsque la mère réclame une épi­siotomie il faut la pra­ti­quer (et s’abstenir lorsqu’elle s’y oppose). Ici le cou­ple a per­du son bébé par asphyx­ie. Des années plus tard ils relan­cent la recherche de la vérité car il s’avère que des bébés ont reçu par erreur du “nitrous oxide” au lieu d’oxygène. “When it came time to do the final push Ms Arif knew some­thing was wrong. “I said I can’t push it out,” she said. Ms Arif claims she begged doc­tors to per­form an epi­sioto­my, to widen the open­ing and get the baby free, but they didn’t lis­ten. “The doc­tors even­tu­al­ly realised that after the child couldn’t get out they made the cut but the baby was pur­ple.” http://www.dailytelegraph.com.au/newslocal/the-express/granville-couple-who-lost-newborn-at-scandalhit-bankstown-lidcombe-hospital-call-for-answers/news-story/770a793361e7e699ec0a6d75c89ab302
2016Yes we can! Un arti­cle qui mon­tre que la cul­ture du con­sen­te­ment est en marche mais que cer­tains jour­nal­istes se con­tentent pour leur papi­er du pre­mier résul­tat google (ici Mayo clin­ique dont nous avons depuis longtemps dénon­cé les “infor­ma­tions” qui ne cor­re­spon­dent pas à l’état de la recherche). https://www.romper.com/p/can-i-refuse-episiotomy-16192
2016Lorsque une femme souhaite être accom­pa­g­née par du per­son­nel à jour des dernières con­nais­sances sci­en­tifiques c’est…tadam…le fémin­isme de la peur! Les sages‐femmes et médecins c’est mag­ique n’ont pas besoin d’échanger sur leur pra­tique pour l’améliorer, de se for­mer en cours de car­rière, ne se trompent jamais ni indi­vidu­elle­ment ni col­lec­tive­ment en val­i­dant une hypothèse caduque, bref ce sont ceux qui savent ver­sus nous autres les igno­rantes. Allez, ne vous énervez pas trop de bon matin! http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/defense-de-l-allaitement-contre-le-183524
2016Danemark: Les atteintes graves au périnée (tra­di­tion­nelle­ment impor­tantes dans ce pays) ont forte­ment dimin­uées suite à l’instauration de la pra­tique de main­tenir le périnée avec la main durant l’accouchement (de 6,2 % en 2012 à 4,2 % en 2015). Des études com­plé­men­taires sont souhaitées mais d’ores et déjà des for­ma­tions spé­ci­fiques du per­son­nel ont entrainé une amélio­ra­tion des résul­tats de 60% dans cer­tains hôpi­taux. Lilian Bondo prési­dente de l’association des sages‐femmes danois­es rap­pelle l’importance de la douceur et d’une bonne com­mu­ni­ca­tion avec la mère. http://www.b.dk/nationalt/faerre-danske-kvinder-brister-under-foedslen
2016“The risk of under­go­ing a spon­ta­neous per­ineal tear or an epi­sioto­my in the sec­ond deliv­ery is increased by the prac­tice of epi­sioto­my in the first one.“http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24344712
2016Via Svenska Barnemorskeförbundet L’étude impor­tante dont je vous ai par­lé en juil­let est main­tenant pub­liée. On y apprend que la pré­va­lence de l’accouchement à la mai­son est de 0,0 6% en Suède, 0,019 en Norvège, et entre 1,5 et 1,8% en Islande et au Danemark. La pré­va­lence du stress post trau­ma­tique varie dans les pays nordiques entre 2,3% en Norvège et 4,2 % au Danemark. Le trans­fert à l’hôpital (le plus sou­vent pour pro­gres­sion lente du tra­vail) est un fac­teur de risque d’épisiotomie. Les taux de SPT et d’épisiotomie sont plus bas à la mai­son qu’à l’hôpital. Les résul­tats: 2992 women with planned home births, who birthed spon­ta­neous­ly at home or after trans­fer to hos­pi­tal, between 2008 and 2013 were includ­ed. The preva­lence of SPT was 0.7 % and the preva­lence of epi­sioto­my was 1.0 %. There were dif­fer­ences between the coun­tries regard­ing all mater­nal char­ac­ter­is­tics. No asso­ci­a­tion between flex­i­ble sacrum posi­tions and sutured per­ineal injuries was found (OR 1.02; 95 % CI 0.86 – 1.21) or SPT (OR 0.68; CI 95 % 0.26 – 1.79). Flexible sacrum posi­tions were asso­ci­at­ed with few­er epi­siotomies (OR 0.20; CI 95 % 0.10 – 0.54).http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4966598/
2016Marc Zaffran/Martin Wincler revient sur l’attitude anti­sci­en­tifique et le biais cog­ni­tif qui con­siste à ne pas croire ce que dit le patient. Cette atti­tude inac­cept­able sur le plan éthique entraine nom­bre de retards de diag­nos­tiques et de souf­frances inutiles. http://ecoledessoignants.blogspot.se/2016/06/ne-pas-croire-ce-que-disent-les.html
2016Via Marc Zaffran, un arti­cle sur le con­sen­te­ment: http://www.lesinrocks.com/2016/08/02/actualite/societe/gynecologues-formes-consentement-11856783/
2016La mater­nité de Nanterre pré­cise ses sta­tis­tiques: 2,5 % d’épisiotomie; 40,5% de périnée intact; les déchirures ne sont pas suturées si elles ne saig­nent pas. Les chiffres con­cer­nant les déchirures graves ne sont pas con­nues pour le moment. Par ailleurs plus de 5,7 % des accouche­ments vagin­aux se sont fait dans la lib­erté de mou­ve­ments (sur le côté, à 4 pattes , dans l’eau…), les taux de césari­enne réduit y com­pris pour les sièges et un taux de déclenche­ment en dessous de la moyenne. Seuls les taux de for­ceps et ven­touse restent élevé (17 %). Encore tous nos encour­age­ments à cette mater­nité à l’écoute des usagères. https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=649353455220407&id=616296068526146&hc_location=ufi
2016Nous en avions déjà par­lé cette société com­mer­cialise un objet pou­vant amélior­er le quo­ti­di­en à la suite de déchirures ou d’épisiotomie. Le reportage per­met d’apercevoir le pro­duit. Si vous l’avez util­isé donnez‐nous vous impres­sions. http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/claripharm-bientot-championne-de-l-intimite-feminine-1053935.html
2016Un autre arti­cle revient sur les taux fab­uleux du Nord de la Californie et les moyens de par­venir à cette réus­site: “Dr. Tracy Flanagan, direc­tor of women’s health and mater­ni­ty at Kaiser Permanente in Northern California, said her office began exam­in­ing epi­sioto­my rates at dif­fer­ent hos­pi­tals four or five years ago. They first looked at rates at the hos­pi­tal lev­el, then at the physi­cian lev­el, she said. “When we gen­er­at­ed the data, we saw a lot of the vari­a­tion and got to work on it,” she said. They sent the data to the indi­vid­ual hos­pi­tals. Then, doc­tors at each hos­pi­tal who rarely per­formed epi­siotomies edu­cat­ed their col­leagues about the appro­pri­ate use and risks. Physicians tend to respond best if oth­er physi­cians present them with a com­pelling argu­ment to change their prac­tices, Flanagan said. Reliable data, trans­paren­cy and peer‐to‐peer edu­ca­tion is a good recipe for nar­row­ing vari­a­tion, she said. The aver­age epi­sioto­my rate for the Northern California Kaiser hos­pi­tals is now about 3 per­cent, she said. Zero per­cent would be too low, she added, since there are some cas­es where the procedure’s use is indi­cat­ed — if a baby’s shoul­der is stuck, if a baby’s heart rate drops, or if the moth­er is exhaust­ed and wants an epi­sioto­my, for instance.” http://www.medscape.com/viewarticle/866415
2016Suède: Une recherche de petite taille nous indique com­ment faire baiss­er de 10 à 20 % le nom­bre de déchirures (en par­ti­c­uli­er les déchirures “moyennes”) lors de l’accouchement. L’idée revient à Helena Lindgren qui a fait précédem­ment des recherch­es sur l’accouchement à domi­cile et con­staté que les déchirures y sont net­te­ment moins nom­breuses. Par con­séquent elle a cher­ché à importer ce mod­èle à l’hôpital avec un groupe de con­trôle (MIMA‐modellen). Il appa­rait que si l’on ne presse pas l’accouchement, que l’on laisse la femme suiv­re les sig­naux de son corps et choisir sa posi­tion son périnée se porte mieux. A mon avis son vécu de l’accouchement et les suites de couch­es pour­raient aus­si être meilleures 🙂 http://www.svt.se/nyheter/lokalt/stockholm/ny-metod-ger-skonsammare-forlossningar
2016Les dernières pub­li­ca­tions qui com­plè­tent les RPC améri­caines: http://www.medpagetoday.com/obgyn/pregnancy/58745
2016Les RPC (recom­ma­na­tions de pra­tiques clin­iques) des Etats‐Unis de 2006 pour lec­ture et com­para­i­son par exem­ple avec les fran­cais­es de 2005. http://www.aafp.org/afp/2006/1201/p1970a.html
2016Surprise! pen­dant des années on nous a dit que les danseuses chanteuses et cav­al­ières avaient un périnée trop mus­clé qu’il fal­lait épi­siotomiser main­tenant l’équitation nous ferait des périnées tout mous. Pourquoi, com­ment pas d’infos ni de références. Bon moi comme non pro il n’y a que le tram­po­line que j’ai repéré comme prob­lé­ma­tique. La piscine avec un périnée en mau­vais état c’est pas tou­jours agréable non plus. Par con­tre le périnée per­met un “bon fonde­ment” “un gainage de tout le corps” nous donne une idée de ce qui a été abimé et qui n’est pas dans la tête. Et vous quelles sont vos expéri­ences ? http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/perinee-un-organe-essentiel-et-mal-connu-836743.html
2016Une archive his­torique impor­tante. Il s’agit d’un arti­cle du jour­nal médi­cal sué­dois “läkar­tid­ning” qui souhaite revoir les pra­tiques en 1998. S’y trou­ve entre autre quelques infor­ma­tions sur l’épisiotomie en étoile. Le dr Knut Haadem dit que cette épi­siotomie a été décrite comme une série de petites coupures le long de l’introitus jusqu’à 14 coups et que la pra­tique a été aban­don­née du fait des pertes san­guines. La référence 2 qui nous aurait per­mis de retrou­ver cette descrip­tion manque mal­heureuse­ment. The pros and cons of epi­sioto­my reviewed; pro­vides only lim­it­ed pro­tec­tion agan­ist tears – time to revise our approach? Knut Haadem Läkartidningen 1998; 95: 4354 – 8 A review of the lit­er­a­ture on the pros and cons of epi­sioto­my sug­gests that it should be used restric­tive­ly. Although there is a gen­er­al agree­ment that episit­o­my is pro­tec­tive against anterier per­ineal tears, no evi­dence has been found to sup­port the belief that it is pro­tec­tive against anal sphinc­ter mus­cle tears, pelvic mus­cle dam­age or uri­nary incon­ti­nence in the par­turi­ent or intracra­nial haem­or­rhage or intra­partum asphyx­ia in the new­born. Women under­go­ing epi­sioto­my are char­ac­terised by greaterblood loss in con­junc­tion with deliv­ery, and there is a risk of improp­er wound heal­ing and increased pain dur­ing the ear­ly puer­peri­um. The preva­lence of epi­sioto­my in Sweden has been declin­ing over the past 20 years, and is now approx­i­mate­ly five per cent among mul­ti­parae and fif­teen per cent among prim­i­parae. Dr Knut Haadem, Senior Consultant, Dept of Obstetrics and Gynaecology, Trelleborgs lasarett, S‐23185 Trelleborg Sweden
2016Dans l’État de Californie le taux général est passé de 21 % en 2005 à 12 % en 2014. Ce taux moyen cache de très fortes dis­par­ités entre quelques hôpi­taux qui pra­tiquent des taux autour des 60 % et la majorité des hôpi­taux qui sont en dessous des 10 %. Cinq des hôpi­taux cal­i­forniens ont des taux inférieurs à 1% (0,4 % au Sutter Davis Hospital qui devient notre taux le plus bas con­nu) Pour faire baiss­er les taux l’administration de la san­té et de la mater­nité de la Californie du Nord a envoyé à chaque hôpi­tal et prati­cien ses taux. Les prati­ciens dont les taux étaient les plus faibles ont été chargé de for­mer les autres. Un exem­ple à suiv­re ! http://californiahealthline.org/news/dont-cut-me-discouraged-by-experts-episiotomies-still-common-in-some-hospitals/
2016Via Blandine Marie, Billet d’humeur du chef de ser­vice Dr de Sarcus (mater­nité de Nanterre, France, 92) 3 3 3 De l’épisiotomie con­sid­érée comme une muti­la­tion sex­uelle fémi­nine Dans les recom­man­da­tions du CNGOF qui datent de 2005, il est écrit qu’il n’y a aucune sit­u­a­tion clin­ique dans laque­lle une étude a prou­vé l’utilité de l’épisiotomie sys­té­ma­tique au cours de la nais­sance d’un enfant. Par con­tre dans la fin du texte court des recom­man­da­tions il est écrit : « … dans toutes les sit­u­a­tions obstétri­cales spé­ci­fiques (enfant trop gros, trop petit, anom­alies du RCF…) une épi­siotomie peut être judi­cieuse sur la base de l’expertise clin­ique de l’accoucheur… ». Il est noté que c’est une recom­man­da­tion basée sur un accord pro­fes­sion­nel et non sur des études. Donc le pro­fes­sion­nel qui aide une femme à accouch­er peut décider « qu’il est judi­cieux de faire une épi­siotomie » même si aucune étude ne prou­ve son util­ité. Je trou­ve la for­mu­la­tion du CNGOF assez ambiguë. Soit on a des argu­ments tirés d’études qui per­me­t­tent de soutenir que l’on rend ser­vice à la patiente ou à son enfant en pra­ti­quant une épi­siotomie ou bien on ne dis­pose pas de ces argu­ments et alors pourquoi impos­er cette muti­la­tion à une femme ? Il y a des mater­nités en France qui ont une poli­tique de réduc­tion mas­sive des épi­siotomies. C’est le cas à Besançon, mater­nité de niveau III qui pub­lie régulière­ment ses résul­tats. Actuellement ils en sont autour de quelques 1,5% des voies bass­es. A Nanterre, mater­nité non uni­ver­si­taire, en 2015 nous sommes à 2,5%. C’est encore trop de mon point de vue. Mon « exper­tise clin­ique » pour repren­dre le terme du CNGOF est qu’il est pos­si­ble de ne pas faire d’épisiotomie dans l’immense majorité des accouche­ments par les voies naturelles. Je tra­vaille dans une mater­nité où je ne suis appelé que pour les extrac­tions instru­men­tales ou les présen­ta­tions du siège ou les accouche­ments gémel­laires. Tous les accouche­ments à bas risques sont réal­isés par des sages‐femmes. Donc je ne viens que quand l’accouchement est dif­fi­cile. Dans l’immense majorité des cas je fais une extrac­tion instru­men­tale et cela fait bien un an au moins que je n’ai pas fait d’épisiotomie. Le vécu des patientes ayant eu une épi­siotomie n’est pas bon. Les patientes racon­tent sou­vent qu’elles ont mis plusieurs mois à pou­voir s’asseoir sans avoir mal et encore plus longtemps à avoir des rap­ports sex­uels sans douleur. Des chiffres cir­cu­lent de l’ordre de 20 à 30 % des femmes ayant eu une épi­siotomie seraient dans ce cas. Les médecins qui écrivent dans les manuels d’obstétrique expliquent que c’est parce que les épi­siotomies sont mal recousues que les suites sont douloureuses. Je ne suis pas cer­tain que cela soit vrai. Qu’est-ce qu’une épi­siotomie bien recousue ? Et surtout qui juge qu’elle est « bien recousue » ? La femme ou le pro­fes­sion­nel ? Je ne fais pas d’épisiotomie chez les femmes excisées, quelle que soit la nature de l’excision. Même les patientes d’Afrique de l’Est qui ont un rétré­cisse­ment majeur de l’orifice vul­vaire (exci­sion pharaonique) peu­vent échap­per à cette muti­la­tion sup­plé­men­taire. Il suf­fit d’ouvrir la vul­ve vers l’avant sur le tis­su cica­triciel qui recou­vre la par­tie antérieure de la vul­ve et générale­ment l’enfant peut naître sans provo­quer de grande déchirure chez sa mère. L’avantage de cette tech­nique est qu’elle élar­git l’orifice vul­vaire et per­met de décou­vrir le méat de l’urètre. Il me sem­ble qu’il serait bon que les futures mères deman­dent à la mater­nité dans laque­lle elles vont accouch­er à ne pas avoir d’épisiotomie. Il est dif­fi­cile à un pro­fes­sion­nel de refuser puisqu’il n’a aucun argu­ment médi­cal pour aller con­tre la volon­té d’une femme de ne pas avoir son sexe coupé au moment de la nais­sance de son enfant. Je pense que les femmes devraient être plus nom­breuses à faire cette demande. Cela incit­erait peut être les pro­fes­sion­nels à faire baiss­er le taux d’épisiotomie qui me parait encore beau­coup trop élevé en France. Le CNGOF écrivait en 2005 qu’on devrait pou­voir attein­dre le taux de 30% d’épisiotomies. L’expérience de Nanterre qui rejoint celle de Besançon sur ce point est qu’il est pos­si­ble de le faire baiss­er de manière beau­coup plus impor­tante. Un taux de 5% devrait être un objec­tif réal­iste.
2016Dr C. : « Je suis un adepte de ces claques d’accouchement. Une franche claque sur la fesse quand la femme n’a plus pied avec la réal­ité. Elle est per­due dans sa peur plus que dans sa douleur. L’accouchement se passe alors tran­quille­ment ensuite. Elles dis­ent toutes : “Merci doc­teur, et par­don”, aucune des autres (ou si peu) ne dit mer­ci. » https://www.cairn.info/revue-spirale-2005 – 2-page-208.htm
2016Un témoignage récent (2015) sans épi­siotomie puisque la nais­sance se fait par césari­enne mais quel cli­mat hos­tile! http://www.oummi-materne.com/violences-obstetricales/
2016Par Kate Petitclerc accom­pa­g­nante à la nais­sance, un texte qui ne traite pas d’épisiotomie en tant que tel mais plutôt de la vio­lence obstétri­cale en général et durant la PMA (pro­créa­tion médi­cale­ment assistée) en par­ti­c­uli­er https://materniteetdignite.wordpress.com/2016/05/31/la-violence-obstetricale-seulement-dans-les-maternites/
2016Un texte impor­tant de Valérie Maltais https://materniteetdignite.wordpress.com/2016/05/18/violence-obstetricale-et-agression-sexuelle-agression-sexuelle-et-violence-obstetricale/
2016Montréal, le pro­jet de maîtrise sociale promet­teur de Mariane Labrecque https://materniteetdignite.wordpress.com/2016/05/26/la-violence-obstetricale-une-violence-systemique/
2016Un peu de théa­tre et de cul­ture pour l’été parce que c’est com­pliqué d’être l’origine du monde: http://www.lepoint.fr/culture/a-avignon-l-humour-des-filles-de-simone-13 – 07‐2016 – 2054188_3.php
2016Un arti­cle bien doc­u­men­té de Nadia Daam dans Slate avec inter­view d’Emma, témoignages issus des dis­cus­sions ayant suivi la pub­li­ca­tion de ses BD, lien vers le site episio.info et le blog de Marie‐Hélène Lahaye…http://www.slate.fr/story/120899/epiosiotomie-systematique-non-consentie
2016Je viens de décou­vrir ce site qui affirme que 40% des douleurs pelvi­ennes sont liées aux adhérences. Je sig­nale le sigle Sanofi en haut à droite. http://prevenirlesadherences.com/accueil-2910.html
2016Stress post trau­ma­tique, du nou­veau dans les pris­es en charge au Canada. Reste à voir dans quelle mesure cela pour­rait être util­isé pour per­me­t­tre un suivi obstétri­cal aux femmes qui ont des dif­fi­cultés à con­sul­ter du fait de mal­trai­tances antérieures. http://ici.radio-canada.ca/regions/quebec/2016/07/07/002-chasam-chien-assistance-trouble-sante-mentale-levis.shtml
2016Une bonne nou­velle via Portail sage‐femme http://www.francetvinfo.fr/sante/contraception/saint-denis-une-maison-pour-accompagner-et-reparer-les-femmes_1537479.html
2016Les asso­ci­a­tions mem­bres du CIANE s’entraident pour répon­dre au mieux à vos besoins. Contactez‐nous par email: collectif@ciane.net http://ciane.net/infoparents/vecu-experience-difficile/
2016Emma est dans le nou­v­el obs. Les com­men­taires restent très misog­y­nes et mal infor­més. Je suis inter­venu dans le fil. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1536348-bd-ma-copine-cecile-son-accouchement-reve-et-une-episiotomie-contre-son-gre.html
2016Emma est dans le nou­v­el obs. Les com­men­taires restent très misog­y­nes et mal infor­més. Je suis inter­venu dans le fil. http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1536348-bd-ma-copine-cecile-son-accouchement-reve-et-une-episiotomie-contre-son-gre.html
2016La mater­nité a 13 ans n’est cer­taine­ment pas chose facile. Avoir en lus des suites de couch­es post-épisiotomie.…misère ! http://www.who.int/features/2016/liberia-training-midwives/fr/
2016La mater­nité a 13 ans n’est cer­taine­ment pas chose facile. Avoir en lus des suites de couch­es post-épisiotomie.…misère ! http://www.who.int/features/2016/liberia-training-midwives/fr/
2016Le huff­in­g­ton­post vient de sor­tir un arti­cle sur le tra­vail d’Emma. Ses ban­des dess­inées sur l’épisiotomie y sont égale­ment évo­quées. Bravo ! http://www.huffingtonpost.fr/2016/07/04/clitoris-dessiner-expliquer-bande-dessinee_n_10801734.html
2016Via Svenska Barnmorskaförbundet un arti­cle très intéres­sant sur la dif­fi­culté de cer­tains soignants à baiss­er leur taux et sur ce qui peut être entre­pris pour les aider à chang­er de pra­tique. http://www.npr.org/sections/health-shots/2016/07/04/483945168/episiotomies-still-common-during-childbirth-despite-advice-to-do-fewer
2016Une nou­velle bande dess­inée sym­pa d’Emma sur l’anatomie du sexe féminin. https://www.facebook.com/EmmaFnc/photos/?tab=album&album_id=296959303973621
2016Pas encore lu en entier con­clu­sion encour­ageante: En l’absence d’anomalies du RCF, pro­longer les EE (efforts expul­sifs) au‐delà de 45min per­met à plus de la moitié des femmes d’éviter une extrac­tion instru­men­tale et ain­si de réduire les lésions périnéales.http://www.em-consulte.com/article/1030321/alertePM
2016Via Droit au corps http://www.droitaucorps.com/jugement-circoncision-france-2016 Les atten­dus d’un juge­ment où les préju­dices d’un jeune homme ayant subit une cir­con­ci­sion pour traiter un phi­mo­sis sont recon­nus. Il n’avait pas été infor­mé des alter­na­tives thérapeu­tiques moins inva­sives ni des risques excep­tion­nels liés à la pra­tique. Espérons que cette jurispru­dence mas­cu­line pour­ra être util­isée dans les prochains procès liés à l’épisiotomie. https://drive.google.com/file/d/0ByJEfMZG64m1RXdVdUtSeWNhVzA/view
2016Une BD géniale bien illus­trée et qui dénonce l’épisiotomie, le manque d’empathie et donne une voix aux témoignages bref un très beau tra­vail d’Emma à lire absol­u­ment: https://www.facebook.com/EmmaFnc/photos/?tab=album&album_id=286811868321698
2016Le biofeed­back 2.0! Tout de même je m’étonne qu’il ne soit pas prévu de pou­voir inviter ses copines sur Facebook à faire un match ou de deman­der les encour­age­ments en temps réel de l’ensemble de sa liste de con­tacts 😀 http://www.huffingtonpost.fr/2016/06/15/muscler-perinee-jeu-video-perifit_n_10451984.html
2016Nous en avions déjà par­ler ici le Dr Abbassi qui avait sauvage­ment agressée une de ces par­turi­entes de 12 coups de ciseaux dans le périnée pour a punir de son refus de l’épisiotomie cesse d’exercer. L’article ci‐dessous revient sur les con­di­tions de l’accouchement (pas de souf­france foetale, tra­vail bref, mère non épuisée…) et l’état des recom­man­da­tions de pra­tique clin­iques aux Etats‐Unis. On y apprend que le taux de mor­tal­ité mater­nelles a dou­bler ces dernières années et que le taux de césari­enne est désor­mais à 33 %. Mais c’est surtout la dif­fi­cultés de faire enten­dre les souf­frances liées à la mal­trai­tance obstétri­cales qui sont ici mar­quantes: 18 mois et 80 refus d’avocats alors que Kimberley dis­pose d’une vidéo acca­blante. Plusieurs cita­tions du texte mérite de fig­ur­er sur episio.info pour reprise ultérieure. Enfin n’oubliez pas si vous en avez la pos­si­bil­ité les frais d’avocat sont lourds pour Kimberley et chaque petit don allège la dif­fi­culté qu’il y a pour elle à se faire enten­dre et ren­dre jus­tice. https://healthimpactnews.com/2016/doctor-who-abused-birthing-mother-denying-medical-rights-surrenders-medical-license/
2016Aux marges de notre sujet habituel mais cela peut per­me­t­tre de trou­ver des idées de lec­ture pour l’été. Colloque sex­olo­gies européennes, Approches his­toriques et sociales. Toulouse, 23 – 24 juin. Racontez nous si vous y allez. http://histoiresante.blogspot.se/2016/06/sexologies-europeennes.html
2016Un bon arti­cle de Béatrice Kammerer alias Mme Déjantée dans slate. http://www.slate.fr/story/119191/comment-accouchait-autrefois Et pour imprimer des posters d’aujourd’hui mon­trant plusieurs posi­tions adopt­a­bles par­mi l’infinité des pos­si­bles c’est bien sûr sur le site de l’AFAR: http://afar.info/about-2/ressourcesposters
2016Un événe­ment rassem­ble his­to­riens, anthro­po­logues et usagers début sep­tem­bre à Paris avec pour sujet ” la nais­sance au risque de la mort hier à aujourd’hui. Le CIANE (col­lec­tif asso­ci­atif autour de la nais­sance) y par­ticipera au côté de nom­breux inter­venants pas­sion­nants. http://www.societe-histoire-naissance.fr/spip.php?article109
2016Le point sur la jurispru­dence récente liée à la vio­lence obstétri­cale aux Etats unis par Eric J Frisch A mon avis il faut par­ler de muti­la­tions géni­tales puni­tives dans les agres­sions comme celle qu’a per­pétré Abbassi. Et vous vous en pensez quoi ? http://www.lawjournalnewsletters.com/issues/ljn_medlaw/33_5/news/obstetric_violence-162344 – 1.html
2016Ouverture d’un ser­vice spé­cial­isé au sein de l’hôpital roy­al de Londres pour les femmes ayant subit des viols:préparation à l’accouchement, sou­tien à l’allaitement, sou­tien psy­chologique. Belle ini­tia­tive mais l’article court et impré­cis nous laisse sur notre faim: l’ensemble des vio­lences sex­uelles sont‐elles pris­es en charge ? Rien n’est dit de l’accouchement qui tout de même est un moment ultra‐sensible. Comment fonc­tionne le ser­vice, quelles adap­ta­tions sont pro­posées? A suiv­re donc. http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/nhs-launches-first-maternity-clinic-8153530
2016Une bande dess­inée comme on les aime! https://www.facebook.com/EmmaFnc/photos/?tab=album&album_id=286811868321698
2016Encore un excel­lent bil­let de Marie‐Hélène Lahaye http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2016/06/07/ordre-des-sages-femmes-le-regne-du-catastrophisme-de-lignorance-et-du-sexisme/
2016Torture, viol, muti­la­tion, chirurgie à vif sans anesthésie: au moins un cas d’agression sex­uelle puni­tive (tech­nique­ment une épi­siotomie) réal­isée en post‐partum sur une réfugiée syri­enne en Grèce. Les femmes réfugiées subis­sent de fortes pres­sions pour accepter des césari­ennes sans indi­ca­tion médi­cale au point que cer­taines renon­cent à accouch­er à l’hôpital mais venir faire exam­in­er son bébé après la nais­sance peut aus­si se révéler dan­gereux pour les mères qui vivent sous tente. Ici le réc­it de Mariam: https://www.elpartoesnuestro.es/blog/2016/05/10/mariams-birth-story-obstetric-violence-against-refugee-women-greece
2016Et la palme d’or est décernée cette année à Maxi pour qui l’épisiotomie est pra­tiquée pour le “bien‐être” de la maman et du bébé. Vous en con­nais­sez vous des femmes qui préfèrent une “petite épi­sio” pour se déten­dre à un mas­sage, une cure de tha­las­so, une soirée sal­sa, un bon restau/ ciné, une prom­e­nade sous la lune, un bain de minu­it et que sais‐je encore.… Non ? Curieux quand même…Imaginez dans les familles “chérie t’es ten­due avec cette foutue dead­line pour la semaine prochaine, tu veux que je te fasse une petite épi­sio et que je te fasse couler un bain par­fumé à la berg­amote?” http://www.maxi-mag.fr/medecine-generale/lepisiotomie-la-connaitre-et-sen-remettre.html
2016Du 16 au 22 mai 2016, la semaine mon­di­ale pour l’accouchement respec­té (SMAR) a pour thème “Mon corps, mon bébé, mon choix”. A cette occa­sion l’AFAR vous pro­pose de décou­vrir quelques aspects soulevés dans les études de la bib­li­ogra­phie sur les vio­lences obstétri­cales qu’elle a récem­ment pub­liée. Bonne lec­ture et bonne SMAR ! Episio.info (page ani­mée par l’AFAR)
2016Au Québec la SMAR 2016 se pré­pare. http://quebec.huffingtonpost.ca/lorraine-fontaine/quand-naissance-rime-avec-violence_b_9962834.html
2016Une petite vidéo plus vraie que nature: “c’est pas pour vous embêter que je dis ça…”” ” et vous allez voir l’instinct pater­nel, pfou ça fait des mir­a­cles” Via Marc Zaffran/Martin Wincler https://www.youtube.com/watch?v=Gw2V7IcCOSE&list=PLzh7Xt_6O1l5JGpqYyfdZ6peFO873hc1p&index=4
2016Une petite BD sym­pa sur l’accouchement phys­i­ologique. http://www.temesira.org/laccouchement-physiologique-en-bd/