frFrançais (Franska) enEnglish (Engelska)

A, le 23 novembre 2005

Raymond S.

À
Dr R. S.
Directeur de cli­ni­que et
Chef du Service Maternité
Clinique C.

Objet : Accouchement de Caroline S.
Clinique C.

Courrier AR
Copie : Conseil National de l’Ordre des Médecins

Monsieur,

Mon épouse Caroline a accouché de not­re fil­le E. à la cli­ni­que C. le XX octob­re 2005. Suite aux com­pli­ca­tions sur­venues, je vous ai ren­con­tré à vot­re bureau le XX novem­b­re et je vous ai déjà rela­té les faits très cho­quants et dou­lou­reux.

Je vous pré­ci­se que mon épouse était sui­vie par le Docteur P.M. depu­is 2001.

Par le pré­sent cour­ri­er, j’at­ti­re vot­re atten­tion sur les dys­fon­c­tion­ne­ments consta­tés et sur le com­por­te­ment de l’équi­pe médi­ca­le. Dans l’at­ten­te de vot­re répon­se, je vous pré­ci­se que Caroline S. se réser­ve le dro­it de pour­su­iv­re devant la juri­dic­tion com­pé­ten­te.

1/ Antécédents :
Caroline a été césa­risée par le Docteur M. le XX févri­er 2002 à la cli­ni­que C., pour not­re enfant B. se pré­sen­tant en siège. Vu ce fait, le Docteur M. a avisé mon épouse que pour la nais­san­ce d’E., un accouche­ment par voie bas­se pour­rait être envi­sagé uni­que­ment s’il se pas­sa­it sans com­pli­ca­tion et sans fati­gu­er l’u­térus cica­tri­ci­el. Dans le cas contrai­re, aucun ris­que ne serait pris et l’on s’o­ri­en­te­rait vers une nou­vel­le césa­ri­en­ne, un utérus cica­tri­ci­el ne pou­vant être trop sol­li­ci­té.

2/ Sur les faits :
Le XX octob­re 2005 à 5h00, j’ai accom­pagné mon épouse à la cli­ni­que C. Les contrac­tions consta­té­es tou­tes les 5 minu­tes depu­is 2h30 du matin sont con­fir­mé­es par la sage fem­me de per­ma­nence de nuit. On effectue un moni­to­ring, puis une instal­la­tion en cham­b­re. Après quel­ques heu­res d’at­ten­te avec des contrac­tions géré­es, le Docteur D. vient exa­mi­ner mon épouse en fin de matinée et nous annon­ce une dila­ta­tion de 4 et deman­de donc une instal­la­tion en sal­le de tra­vail. La sage fem­me I. S. se pré­sen­te alors, exa­mi­ne éga­le­ment mon épouse, et annon­ce qu’en fait la dila­ta­tion est à 8 et qu’il faut poser la péri­du­ra­le sans tar­der.

L’anesthésiste procè­de à la pose vers 13h00 et quit­te la sal­le de tra­vail ; on ne le rever­ra pas...

Durant une heu­re tren­te, la péri­du­ra­le atténue con­sidérable­ment la dou­leur des contrac­tions. Mais vers 14h30, la dou­leur rede­vi­ent très for­te. Mon épouse avi­se la sage-femme du fait que l’a­nest­hé­sie ne fait plus effet. Cette der­niè­re lui décla­re en ces mots : “Vous ne souff­rez pas “ma gran­de”, vous allez avo­ir un bébé” Merci pour la nuan­ce ! Ma fem­me se plaint sur­tout d’u­ne dou­leur inter­ne du côté gauche au niveau de la cica­trice de son utérus. Mais rien n’y fait, per­son­ne ne prend en comp­te ce fait. Elle pré­ci­se aus­si qu’el­le se sent au bord du malai­se, et à ceci, la sage-femme répond­ra : “Vous ne fai­tes pas de malai­se, vous êtes vaga­le, met­tez vot­re mas­que…” On nous lais­se seuls durant enco­re une heu­re et c’est moi-même qui à cha­que contrac­tion un peu plus dou­lou­reuse, véri­fie si l’en­fant n’ap­pa­raît pas…

Tout à coup vers 15h30, le Docteur D. et la sage-femme entrent dans la sal­le de tra­vail et s’acti­vent, tou­jours sans aucun mot et aucu­ne expli­ca­tion. On veut visib­le­ment aller vite… Pourquoi, et pourquoi tout à coup, alors que rien n’an­non­ce une quel­con­que urgence (cela fait une heu­re que nous som­mes seuls dans la piè­ce !).

On deman­de à ma fem­me de pous­ser de tou­tes ses for­ces, elle s’ex­écu­te mais la dou­leur est ter­rib­le, tou­jours au niveau de la cica­trice de l’u­térus. On ne l’écou­te pasIl y a long­temps que la péri­du­ra­le n’est plus effi­ca­ce. Au bout d’un cer­tain temps, la sage-femme a même la phra­se mal­heu­reuse : “puis­que vous ne savez pas pous­ser, on va prend­re les for­ceps…”

Le Docteur D. procè­de aux épi­si­o­to­mi­es qui font bon­dir ma fem­me, prend alors les for­ceps, les intro­duit pro­fon­dément et com­mence alors une tor­tu­re qui parait inter­mi­nab­le, Caroline n’ay­ant plus d’ef­fet d’a­nest­hé­sie, je le répè­te. Je l’en­tends dire que c’est une “OS” et c’est sous les cris de ma fem­me que l’on sort dif­fi­ci­le­ment le bébé, bien marqué par les for­ceps.

Aucune paro­le de récon­fort, aucu­ne expli­ca­tion du Docteur et de la sage-femme… Devant ce qui vient de se pas­ser, on fait silence. Je sors à ce moment avec C. pour les soins du bébé. A mon retour dans la sal­le de tra­vail avec ma peti­te fil­le dans les bras, je con­sta­te, plus de tren­te minu­tes après, que le Docteur D. est tou­jours en train de fai­re les points de sutu­re, et tou­jours sans aucu­ne anest­hé­sie. J’apprends par ma fem­me tota­le­ment épu­isée qu’on vient de lui fai­re une révi­sion utéri­ne, des points dans le vagin (deux déchi­ru­res : à gauche et à dro­i­te) et qu’on con­ti­nue à la “recoud­re” sans anest­hé­sie.

Quand tout est ter­miné, le Docteur et la sage-femme dis­pa­ra­is­sent et l’on nous lais­se seuls pen­dant envi­ron une heu­re tren­te.

Ensuite, le Docteur D. pas­se nous voir dans la sal­le de tra­vail et décla­re à mon épouse : “C’était une OS donc un peu difficile…d’où les déchi­ru­res dans le vagin…” Quand je l’in­ter­pel­le sur ce qui s’est pas­sé, j’ob­ti­ens cet­te répon­se : “Ne jugez pas, vous ne savez pas…” Mes com­pli­ments pour une tel­le répon­se !

C., puéricultrice, vient pro­po­ser de l’ai­de à mon épouse pour l’as­se­oir dans une chai­se rou­lan­te et je l’ac­com­pagne à sa cham­b­re, tou­jours dans la dou­leur et les saig­ne­ments qui sont abon­dants.

J’ai dû quit­ter mon épouse ensu­i­te vers 20 h 00 pour rent­rer à mon domi­ci­le, ayant un aut­re enfant à char­ge.

Un gynéco­lo­gue et une infir­miè­re de nuit sont pas­sés exa­mi­ner mon épouse. Caroline a alors avisé qu’el­le souff­rait énor­mé­ment et que les saig­ne­ments étai­ent impor­tants. Elle a pré­cisé qu’el­le se sen­tait extrê­me­ment faible et ne pou­vait se lever du lit sans fai­re de malai­se. L’infirmière lui répond alors : “Vous avez un lever pire qu’u­ne césa­risée…” Magnifique consta­ta­tion ! Malgré cela, on l’ex­a­mi­ne som­mai­re­ment, le gynéco­lo­gue pré­ci­sant que tout va bien… On lui don­ne quel­ques cal­mants bien insuf­fi­sants en com­pa­ra­i­son de la dou­leur res­sen­tie, et l’in­fir­miè­re lui dit qu’ ”une épi­sio, c’est com­me ça, c’est nor­mal…”

La nuit s’est pas­sée dans une dou­leur ter­rib­le non cal­mée, et seu­le, de une heu­re à sept heu­res envi­ron. Ce n’est qu’au matin qu’u­ne sta­gi­ai­re pré­nom­mée A., en com­pagnie de M.H., con­sta­te­ront la blan­cheur de ma fem­me qui avait saig­né tou­te la nuit. Le Docteur G. de per­ma­nence a été pré­venu et ce der­ni­er a effectué une écho­grap­hie (l’après-midi) et une pri­se de sang. Bilan : 5,8 d’hé­mo­glo­bi­ne, un gros héma­to­me exter­ne, un héma­to­me inter­ne de 7cm (écho­grap­hie fai­te par le Dr G.), une pré­sence de sang au niveau de la cica­trice de l’u­térus, et une vision impres­sionnan­te des nom­breux points exter­nes (cli­chés dis­po­ni­b­les sur deman­de).

Le Docteur G. a été très com­pa­tis­sant en auscul­tant mon épouse, sen­sib­le à ce qu’el­le avait vécu et aux plai­es visi­b­les. Il m’a alors avisé qu’u­ne trans­fu­sion était néces­sa­i­re vu son état de san­té. Elle recev­ra deux culots vendre­di et un tro­i­siè­me same­di matin. Caroline est res­tée jusqu’au same­di 5 novem­b­re, date à laquel­le elle a sou­hai­té regag­ner not­re domi­ci­le.

Devant tout ce qui a été vécu et mal­gré le com­por­te­ment qu’ont eu le Docteur D. et I.S. la sage-femme, je dois féli­ci­ter une équi­pe soig­nan­te for­mi­dab­le, à l’écou­te, pro­fes­sion­nel­le, et je peux citer des noms com­me M., M.H., C., A., C. (une intéri­mai­re) et je suis déso­lé d’en oubli­er. Je ne fais pas d’a­mal­ga­me.

3/ Les ques­tions :
. Considérez-vous nor­mal qu’un anest­hé­sis­te qui pose une péri­du­ra­le vers 13h00 ne vien­ne pas s’as­su­rer qu’el­le fon­c­tion­ne correc­te­ment avant qu’on procè­de à l’ac­couche­ment à 15h44? Et que ce der­ni­er ne revi­en­ne pas du tout voir sa pati­en­te ? Je pré­ci­se tout de même que le chè­que de cent cinquan­te euros, mon­tant de la péri­du­ra­le, a bien été rédi­gé pour l’a­nest­hé­sie…
. Considérez-vous nor­mal que mal­gré les plain­tes de mon épouse con­cer­nant la dou­leur inten­se à son utérus cica­tri­ci­el, per­son­ne n’en tien­ne comp­te, et que le seul com­men­tai­re de la sage-femme soit : “Vous ne souff­rez pas, vous allez avo­ir un bébé…” ? On va com­mencer l’ac­couche­ment en lui disant seu­le­ment qu’il est enco­re une fois nor­mal qu’el­le “sen­te” quand il faud­ra pous­ser… Souffrir n’est pas sen­tir. Est-on auto­risé à tor­tu­rer une per­son­ne en tou­te léga­li­té et tou­te impu­ni­té sans action de la part de l’équi­pe pré­sen­te pour remé­di­er à la dou­leur ? Nous som­mes en 2005…
. Considérez-vous nor­mal que mal­gré une pré­sen­ta­tion en “OS”, (le plus grand périmèt­re crâ­ni­en), la dou­leur, et l’é­pu­i­se­ment de mon épouse, on procè­de à un accouche­ment voie bas­se en déchi­rant le vagin de cha­que côté et en fai­sant deux épi­si­o­to­mi­es énor­mes (même les infir­miè­res de vot­re ser­vice nous ont révé­lé avo­ir été impres­sionné­es par de tel­les plai­es…), en risquant à tout moment la rup­tu­re de l’u­térus fra­gi­lisé et enco­re une fois sans anest­hé­sie?
. Considérez-vous nor­mal qu’après l’ac­couche­ment bar­ba­re dont je suis témoin, on pour­su­i­ve avec une révi­sion utéri­ne, et qua­ran­te minu­tes de “coutu­re”, sans anest­hé­sie ?
– Que de plus, pour reti­rer la péri­du­ra­le, I.S. se com­por­te de façon pres­que vio­len­te en bouscu­lant mon épouse pour reti­rer sans ména­ge­ment aiguil­les et ban­des col­lan­tes ? Que cet­te der­niè­re un instant aupara­vant, alors que l’on recoud le vagin déchiré de mon épouse qui cher­che un peu de récon­fort, décla­re sèche­ment : “Ne me tenez pas le bras com­me ça, c’est fini l’ac­couche­ment…” ?
. Considérez-vous nor­mal les seu­les paro­les du Docteur D. à mes ques­tions sur la vio­lence de l’ac­couche­ment : “Ne jugez pas, vous ne savez pas…” ?
. Considérez-vous nor­mal que mal­gré les plain­tes de Caroline con­cer­nant ses saig­ne­ments et sa dou­leur insup­por­tab­le, elle ait pas­sé une nuit seu­le sans sur­veil­lan­ce ?
. Considérez-vous nor­mal qu’aucun exa­men plus pré­cis (com­me une écho­grap­hie) n’ait été effectué pour s’as­su­rer qu’il n’y avait pas de com­pli­ca­tions vu l’ac­couche­ment ?
. Considérez-vous nor­mal que pour un accouche­ment soit-disant sans com­pli­ca­tion, on doi­ve trans­fu­ser de tro­is culots une fem­me par­ce qu’on n’a pas sur­veil­lé ses saig­ne­ments, avec les ris­ques que cela com­por­te ?

Monsieur, vous pour­rez peut-être employer des ter­mes médi­caux com­plex­es, invo­quer un état de néces­si­té ou d’ur­gence, et ten­ter de mini­mi­ser ce qui s’est pas­sé, les faits se sont bien dérou­lés ain­si, nonob­stant la pré­ci­sion des horaires.

Mon épouse et moi som­mes extrê­me­ment cho­qués, aut­ant par les actes, que par les paro­les (ou absences de paro­le) et l’in­diffé­rence du per­son­nel face à une tel­le situ­a­tion. Il faut tout de même avo­ir un com­por­te­ment à la limite du sadis­me pour pou­vo­ir fai­re souff­rir ain­si une per­son­ne.

À ce jour, soit un mois après l’ac­couche­ment, Caroline souff­re tou­jours, phy­si­que­ment et mora­le­ment. Elle ne peut se dépla­cer sans efforts consé­quents, ne peut res­ter en posi­tion sta­tionnai­re plus de quel­ques instants. Une vive dou­leur demeure au niveau de l’u­térus et au niveau des cica­tri­ces. Des cauche­mars de tor­tu­re et de viol la réveil­lent cha­que nuit. Elle est très per­tur­bée.

Cet accouche­ment trau­ma­ti­sant va hélas cer­tai­ne­ment limi­ter not­re famil­le, pen­ser à pré­sent avo­ir un tro­i­siè­me enfant est séri­eu­se­ment remis en ques­tion.

Une sage-femme la visi­te régu­liè­re­ment à domi­ci­le. Elle est sui­vie par un psycho­lo­gue. On lui a annon­cé une lon­gue con­va­le­scence.

Le trau­ma­tis­me psycho­lo­gi­que pré­sent pour long­temps, les dou­leurs per­si­stan­tes, et un futur bilan san­gu­in dans tro­is mois sui­te à la trans­fu­sion ne per­met­tent pas d’i­ma­gi­ner accep­ter un seul instant que l’on puis­se nous dire qu’il faut rela­ti­vi­ser, la maman et l’en­fant étant en vie…

Les pati­ents ont le dro­it de s’ex­pri­mer, et vous avez l’ob­li­ga­tion de les écou­ter.

Dans l’at­ten­te de vot­re répon­se, je vous prie d’agré­er, Monsieur, mes salu­ta­tions dis­tin­gué­es.

Raymond S.