frFrançais (Franska) enEnglish (Engelska)

Des tri­bu­nes, réflex­ions et pub­li­ca­tions, notam­ment sur le thè­me du con­sen­te­ment et des vio­lences obs­tétri­ca­les. Voici ce que nous avons con­seil­lé en 2014‐ 2015, sur la page Facebook dédiée à l’épisiotomie

Publication sur FacebookDateLangue
Point du mari: le témoignage d’Agathe Tournesoleil que je ne sau­ra­is résu­mer en quel­ques mots. http://chroniquessagefemme.blogspot.se/2014/03/le-point-du-mari.html21/11/2014français
“L’épisiotomie pré­sen­te des par­ticu­la­ri­tés juri­di­ques tout en étant éga­le­ment con­tes­tée sur le plan médi­cal. (…) Outre qu’elle ne sau­rait être infli­gée à une partu­ri­en­te sans son accord éclairé, elle pour­rait le cas échéant être l’objet de pour­su­i­tes péna­les. La qua­li­fi­ca­tion pou­vant être retenue appel­le des pré­ci­sions. (…) La muti­la­tion ne con­sti­tue que la cau­se d’aggravation d’autres infrac­tions. Elle s’analyse ain­si en un résul­tat (la pri­va­tion per­ma­nen­te d’un orga­ne ou d’une par­tie du corps) et non en un acte en tant que tel. Dès lors que l’épisiotomie con­si­s­te à cou­per une par­tie du corps et a des consé­quences notam­ment au regard de la vie sex­u­el­le de la pati­en­te, il peut être retenu que la muti­la­tion est con­sti­tuée. On pour­rait ain­si song­er à la qua­li­fi­ca­tion de vio­lence, aggravée du fait d’une muti­la­tion et fai­sant alors encou­rir une pei­ne de dix anné­es d’emprisonnement et 150 000 euros d’amende (art. 222 – 9 du Code Pénal). L’acte du méde­cin peut incon­testable­ment être qua­li­fié de vio­lence volon­tai­re, spé­ci­a­le­ment dans le cas où la partu­ri­en­te s’y oppo­se et où le ges­te n’est objecti­ve­ment pas médi­ca­le­ment néces­sa­i­re. ” Extraits de « Les dro­its des mères. La gros­ses­se et l’accouchement », Sophie Gamelin‐Lavois & Martine Herzog‐Evans. L’Harmattan, 200324/11/2014français
Pas d’idée cadeau pour Noël ? Voici une idée de lectu­re pour le temps des vacan­ces avec un cha­pi­t­re sur l’épisiotomie de not­re amie Patricia Perrenoud à l’intérieur. J’ai hâte de le lire. Une ver­sion électro­ni­que sera dis­po­nib­le au début de l’année. http://www.bsnpress.com/accompagner-la-naissance/20/12/2014français
Toujours pour se fai­re gâter le nou­veau liv­re d’Andrée Rivard, histo­ri­en­ne. J’ai eu le plai­sir de la ren­cont­rer il y a quel­ques mois je vous recom­man­de cha­leu­reu­se­ment son tra­vail. http://lectures.revues.org/1648620/12/2014français
Un tex­te sur ce qu’implique de pas­ser out­re le con­sen­te­ment d’une fem­me. Le tex­te est plutôt cen­tré sur la césa­ri­en­ne mais pré­sen­te à mon avis un vécu com­mun avec les fem­mes ayant refusé une épi­si­o­to­mie.http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2015/01/26/les-violences-obstetricales-et-la-parole-confisquee/26/01/2015français
Un bon artic­le de fond de Aude Loriaux. http://www.slate.fr/story/97555/comment-pourquoi-sexisme-medecine-francaise06/02/2015français
Une tri­bu­ne écri­te par Marie‐Hélène Lahaye, Clara De Bord et Béatrice Kammerer et cosig­née par une cinquan­tai­ne de per­son­na­li­tés (Martin Winckler, Ovidie, la chan­teuse Juliette,Muriel Salmona, Paul Cesbron,…) sur l’importance du con­sen­te­ment des pati­ents à cha­que acte médi­cal. Merci à vous pour ce tex­te huma­nis­te écrit fort à pro­pos.http://marieaccouchela.blog.lemonde.fr/2015/02/06/le-consentement-point-aveugle-de-la-formation-des-medecins/06/02/2015français
L’association EFiGiES nous com­mu­ni­que: “Bonsoir, Suite à une mobi­li­sa­tion sur le sujet des touchers vaginaux sur pati­en­tes anest­hé­sié­es (voir ici pour plus d’informations), nous cher­chons à ras­semb­ler des témoigna­ges con­cer­nant le défaut de con­sen­te­ment dans la rela­tion méde­cin – patient.e. Cela dépas­se donc la ques­tion des touchers vaginaux et rectaux, qui a été beaucoup abordée ces der­ni­ers jours. L’objectif est, non seu­le­ment de per­mett­re de libé­rer la paro­le sur ce sujet sou­vent dif­fi­ci­le à abor­der, mais aus­si de mett­re en évi­dence 1) que le con­sen­te­ment doit aus­si s’appliquer dans ce cad­re 2) des man­que­ments éthi­ques gra­ves, qui se mani­festent dans les discours de cer­tains méde­cins ces der­ni­ers jours (un exemp­le ici). Les témoigna­ges ain­si ras­semb­lés seront col­lec­tés sur un tum­blr (en con­struc­tion), sur lequel il sera bien­tôt pos­sib­le de sou­mett­re direc­te­ment son histo­i­re. En atten­dant, vous pou­vez écri­re à l’adresse tvsousag@gmail.com (pour #TVsousAG, le hash­tag par lequel la mobi­li­sa­tion a démar­ré). Plus d’informations là Cordialement, Anne‐Charlotte Husson” Merci à cet­te asso­ci­a­tion de se mobi­li­ser sur ce sujet impor­tant.14/02/2015français
Catherine Marx remet les pen­du­les à l’heure dans une tri­bu­ne chez Brigitte Lahaie. A lire évi­dem­ment ! http://www.brigittelahaie.fr/blog/738/sexualite-feminine-et-episiotomie20/03/2015français
La pre­miè­re ques­tion c’est de savo­ir com­ment se fait il que la pra­ti­que de l’épisiotomie pré­ven­ti­ve per­du­re sur des décen­ni­es alors que nous savons qu’elle nuit à la san­té des fem­mes. Comment se fait‐il que le taux d’épisiotomie con­sidéré com­me sou­hai­tab­le par le CNGOF soit de 30 % alors que celle‐ci ne dis­po­se plus que d’une indi­ca­tion médi­ca­le sys­té­ma­ti­que? Imagine‐t‐on un instant que 30 % des hom­mes soi­ent opérés pour poser un pace­ma­ker même en l’absence de sou­cis car­di­a­ques ? Non, bien sûr, car ce serait absur­de. La répon­se me semb­le con­tenue dans l’histoire de l’épisiotomie. Les méde­cins ont pensé qu’ils pou­vai­ent amé­li­o­rer les fem­mes.” http://blogs.mediapart.fr/blog/barbara-strandman/260415/episiotomie-et-point-du-mari26/04/2015Français
Un artic­le de réflex­ion qui don­ne de nom­breux ren­sei­gne­ments et témoigna­ges sur la situ­a­tion aux USA et au Royaume Uni: “As awful as it may sound, this is not unu­su­al. A sur­vey in 2013 by Childbirth Connection sho­wed that 6 out of 10 US epi­si­o­to­mi­es were per­for­med wit­hout con­sent. ” ” A 2013 sur­vey by UK cha­ri­ty Birthrights and Mumsnet found that 12 per cent of women feel they did not con­sent to birth inter­ven­tions, rising to an alar­ming 24 per cent in the case of instru­men­tal deli­ve­ri­es.“http://www.telegraph.co.uk/women/womens-health/11574412/British-women-Consent-during-childbirth-is-a-joke.html08/05/2015Anglais